L'ex-entraîneur de l'OM s'essaie au WRC et rêve encore du Dakar

André Villas-Boas sera dans une dizaine de jours au départ du Rallye du Portugal dans la catégorie WRC3.

L'ex-entraîneur de l'OM s'essaie au WRC et rêve encore du Dakar

Ancien entraîneur du club de football de l'Olympique de Marseille, André Villas-Boas fera la semaine prochaine sa première apparition sur une manche du calendrier WRC, engagé au Portugal au volant d'une Citröen C3 de la catégorie WRC3. Celui qui est également passé par les clubs de Porto, Chelsea et Tottenham se livre à cette première expérience avant tout pour mieux faire connaître les œuvres caritatives qu'il soutient. Le mois dernier, il a participé au Rali Vieira do Minho avec son copilote Gonçalo Magalhaes en guise de préparation, terminant dixième du classement général et neuvième de la catégorie R5.

Lire aussi :

Cette apparition en WRC devrait toutefois rester sans lendemain, même si Villas-Boas n'entend pas en rester là avec le sport automobile. Participant au Dakar en 2018, comme l'avait fait son oncle Pedro Villas-Boas entre 1982 et 1984, le Portugais a l'ambition de renouer à terme avec le rallye-raid.

"Je ne pense pas que je ferai d'autres rallyes, car je préfère le rallye-raid, il y a plus de contact avec la nature", explique-t-il à Motorsport.com. "L'expérience est différente, il y a une acceptation de l'imprévisible et du temps perdu en rallye-raid. Et puis le rallye est très, très cher. Je n'ai aucune idée de la somme d'argent qu'il faut ! OK, j'avais des idées pour le Dakar – qui est onéreux aussi – mais il y a onze journées avec environ 500 km par jour, donc il y en a un peu plus [pour son argent]."

André Villas-Boas sur le Dakar 2018 en Amérique du Sud.

André Villas-Boas sur le Dakar 2018 en Amérique du Sud.

André Villas-Boas est actuellement à la recherche d'un nouveau défi en football et pourrait bientôt rebondir à la tête d'une sélection nationale. En parallèle, il n'abandonne pas ses rêves de Dakar, même si son expérience de 2018 s'était conclue par une hospitalisation en raison de douleurs au dos.

"Après le Dakar, j'ai participé au Rallye du Maroc et j'ai terminé sixième, et douzième au Merzouga Rally, ainsi que d'autres rallye-raids au Portugal lors desquels j'ai terminé dans le top 10", rappelle-t-il. "C'est très différent car on a le droit à l'erreur. Si l'on perd une minute, dix minutes ou une heure, il y a une tolérance, mais en WRC c'est impossible, c'est une question de secondes. Alors je crois que ce sera la seule fois."

"J'ai plus d'expérience en rallye-raid, il y a davantage de continuité, et je veux revenir sur le Dakar parce que je veux le terminer. J'ai abandonné après la quatrième étape au Pérou, alors je veux y retourner, vivre l'expérience d'arriver au bout. Je n'étais pas pleinement préparé à l'époque. Si je refais le Dakar, je pense que ce sera en SSV. Ce n'est pas facile à piloter mais on retrouve la même excitation à un coût deux fois moins élevé."

Propos recueillis par Jason Craig  

partages
commentaires
Hyundai prolonge les contrats de Neuville et Tänak
Article précédent

Hyundai prolonge les contrats de Neuville et Tänak

Article suivant

Le Rallye de Croatie "mérite" de rester au calendrier WRC

Le Rallye de Croatie "mérite" de rester au calendrier WRC
Charger les commentaires