Pour Citroën, la solidité de la C3 a sauvé les vies de Meeke et Nagle

À voir l'état de la voiture, c'est un soulagement que l'équipage soit indemne après sa sortie de route au Portugal.

Pierre Budar, directeur de l'équipe Citroën, estime que les vies de Kris Meeke et Paul Nagle ont été sauvées par la solidité de leur C3 WRC lors de leur accident au Rallye du Portugal.

Meeke est sorti de la route après être entré dans un virage à gauche en cinquième, lors du second passage dans la spéciale d'Amarante, samedi après-midi, et il est parti en glissade dans les arbres à l'extérieur du virage, ce qui a littéralement détruit l'avant de la C3.

Son copilote, Paul Nagle, était indemne, cependant Meeke a été héliporté vers l'hôpital après s'être plaint de douleurs dans le dos. Il a pu quitter l'établissement samedi soir et est rentré chez lui le lendemain.

"Nous avons vu la voiture glisser quand elle est passée sur la terre meuble et l'arrière de la voiture a décroché", explique Pierre Budar à Motorsport.com. "Il y a eu quelques impacts plus petits, puis ce très gros impact contre l'arbre avec le montant de pare-brise de la voiture. Cette partie de la voiture s'est enroulée autour de l'arbre. C'est le plus gros accident que j'aie jamais vu et les personnes qui sont chez Citroën depuis longtemps ont dit qu'il avait été énorme."

"Après l'accident, nous avons vu à la télévision que Kris et Paul étaient sortis de la voiture, et puis nous avons vu la voiture : wow, c'est vraiment impressionnant. Quand vous regardez cette voiture, vous ne pouvez pas imaginer que les deux gars qui étaient à l'intérieur sont indemnes à 100% – et ils le sont. Ils n'ont aucune blessure, rien de cassé. Le design de la voiture ? Merci beaucoup – il a sauvé Kris et Paul."

Aller plus loin que ce que demande le règlement

Budar explique la philosophie de la conception de la voiture, dont la cage de sécurité a été fortement endommagée après avoir encaissé l'énergie de l'impact : "Nous pourrions construire un tank, mais c'est un équilibre entre les forces G que l'on obtient quand on construit un tank et l'absorption que l'on obtient de la cage de sécurité."

"La cage a absorbé une partie de l'énergie de l'accident pour empêcher qu'elle se transfère directement vers les corps de l'équipage. Nous pourrions faire un tank, mais tout accident serait alors très agressif sur les corps du pilote et du copilote. Quand nous faisons la cage de sécurité et toutes les parties de la voiture, notre choix en termes de design va 100% vers la sécurité, c'est dans notre culture. Quand nous regardons les règles de la FIA, nous essayons toujours d'aller plus loin."

Pour Meeke, le prix à payer pour cet accident est bien trop élevé pour ce qui était à l'origine une erreur mineure lorsqu'il a pris ce virage tard.

"Les conséquences ont été très sévères, parce que nous avons fini au milieu de grands arbres", explique-t-il. "La voiture n'était vraiment pas très belle à voir. Je dois adresser un grand merci à Citroën pour avoir conçu une voiture aussi solide, et à l'équipe médicale qui s'est très bien occupée de moi."

Meeke a mené par deux fois le rallye vendredi, mais il a rétrogradé au classement durant l'après-midi de cette première journée en crevant sur deux spéciales consécutives, ce qui l'a forcé à aborder les spéciales urbaines de Porto avec une jante cassée. Ces problèmes l'ont fait rétrograder au septième rang, position qu'il occupait encore au moment de son accident.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye du Portugal
Pilotes Kris Meeke
Équipes Citroën Total Abu Dhabi WRT
Type d'article Actualités
Tags pierre budar