Citroën fait une croix sur cette année et se focalise sur 2018

Citroën Racing, qui connaît une saison 2017 difficile malgré une victoire au Mexique, a décidé de se concentrer sur la prochaine saison du Championnat du monde des Rallyes, qui sera la seconde de la C3 WRC.

Citroën fait une croix sur cette année et se focalise sur 2018
Craig Breen, Scott Martin, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Yves Matton, patron du Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Andreas Mikkelsen, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Craig Breen, Martin Scott, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Andreas Mikkelsen, Anders Jæger, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Craig Breen, Scott Martin, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Citroën World Rally Team

Il y a de cela un an, celle qui allait succéder à la DS3 WRC était attendue comme l'arme qui pourrait permettre à la marque aux chevrons de reprendre la domination d'une décennie lui ayant rapporté pas moins de 17 titres (pilotes et constructeurs confondus). Au lieu de quoi, alors que la saison est entrée dans sa seconde moitié, Citroën ferme la marche au championnat des constructeurs avec 142 points de retard sur le leader, M-Sport.

En conséquence, en plus de ne pas engager désormais plus de trois voitures par rallye en 2017, un des pilotes titulaires restant sur le banc de touche lors de ceux disputés par Khalid Al Qassimi, comme ce sera le cas en Finlande, décision a été prise de concentrer les efforts sur l'année prochaine.

"L'idée est maintenant de travailler avec une vision à moyen et long terme", explique Yves Matton, le directeur de l'équipe. "Nous travaillons en direction de 2018, où nous voulons retrouver le rythme. On ne peut pas dire que nous ne sommes pas dans le rythme, nous le sommes dans certaines conditions – mais en rallye, être dans le rythme à certains endroits ne suffit pas. Nous travaillons pour que la voiture soit dans le bon rythme en toutes conditions."

Quand nous testons désormais, nous travaillons davantage en développement que sur un set-up pour un rallye spécifique. Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons lutter pour la victoire dans un rallye [cette saison], mais nous avons changé un petit peu d'approche. Plus qu'un petit peu : nous changeons d'approche."

Rendons à Meeke...

Matton se félicite de l'apport de son pilote de remplacement, Andreas Mikkelsen, tant pour son travail en tests que pour avoir adapté la C3 WRC aux conditions humides du Rallye de Pologne. Mais il souligne aussi le désir de Kris Meeke, son pilote numéro un, exprimé plus tôt dans la saison, que les mêmes changements soient effectués.

"J'ai pris la décision après la Sardaigne que nous homologuerions le nouveau répartiteur de couple [apparu en Pologne sur la voiture de Mikkelsen uniquement, ndlr]", a-t-il poursuivi. "Ce n'est pas une nouveauté, c'est un des points sur lesquels nous avions des retours depuis longtemps. Kris [Meeke] en parlait depuis longtemps, ce n'est pas nouveau, mais nous avons décidé que la meilleure façon de faire était de l'introduire sur un rallye, ce qui donne des conditions différentes pour tester."

Un long processus

L'autre problème principal de la C3 WRC concerne la suspension, que Matton qualifie de chantier en cours.

"Le travail sur la suspension n'est pas si simple", dit-il. "Pour la répartition de couple, on change la pièce et ça fonctionne ou ça ne fonctionne pas. Avec la suspension, on ne peut prendre l'amortisseur sur son étagère et s'attendre à ce qu'il soit parfait. Nous avons pris quelques décisions après la Suède et commencé à faire des changements ensuite, mais nous savions alors que ces changements seraient pour 2018. Nous en avons déjà apporté trois à la suspension. Le plus gros viendra pour 2018, mais nous travaillons déjà dessus. C'est un long processus, qui dure un an pour la suspension."

Malgré des résultats en demi-teinte sur ses deux rallyes déjà disputés au volant de la C3, Mikkelsen, qui sera absent lors du Rallye de Finlande à la fin du mois, est confiant dans le fait que la voiture ait évolué dans la bonne direction avec ces évolutions.

"Nous avons fait beaucoup de changements sur la voiture avant la Pologne", rappelle le Norvégien. "Nous avons travaillé sur le différentiel pour essayer de faire en sorte que l'arrière glisse moins, et c'est bien. Nous avons fait beaucoup de choses durant ces deux jours [de tests], mais cela prend du temps – on sait qu'on ne construit pas un nouvel amortisseur en un jour. Il y a plus à venir, spécialement pour la suspension."

Une question d'équilibre

Mikkelsen se dit aussi confiant dans le fait que les problèmes sur la boîte de vitesses notamment, liés à des impacts et rencontrés par Meeke comme par Craig Breen en Argentine, aient été résolus.

"Il y a une meilleure protection désormais", dit-il. "Plus que nous n'en avions sur la [Volkswagen] Polo. OK, cela impacte un petit peu le grip et la réaction, mais tout est une question d'équilibre. Les rudes chocs de l'Argentine, je pense qu'ils sont derrière nous. Je commence à être très content de la voiture désormais."

Il retrouvera celle-ci en Allemagne, avec Meeke et Breen et en remplacement de Stéphane Lefebvre – un choix qui peut paraître étonnant au vu de ce qu'on pouvait attendre du Calaisien sur ce terrain. Rien n'a en revanche été annoncé ni pour la suite de la saison, ni pour l'année prochaine.

partages
commentaires
Citroën : Le résultat de Lefebvre augmentera sa confiance

Article précédent

Citroën : Le résultat de Lefebvre augmentera sa confiance

Article suivant

Deux nouveaux copilotes pour Østberg

Deux nouveaux copilotes pour Østberg
Charger les commentaires