Citroën se dit mieux préparé cette fois

partages
commentaires
Citroën se dit mieux préparé cette fois
Par : Jean-Philippe Vennin
9 mars 2017 à 17:42

L'équipe française a expliqué par un manque de préparation ses résultats décevants sur les deux premiers rendez-vous du Championnat du monde des Rallyes, au Monte-Carlo et en Suède.

Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
La voiture de Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
La voiture de Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team et Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team

La Citroën C3 WRC, qui répond au règlement technique entré en vigueur cette année, a été la moins convaincante des quatre nouvelles World Rally Cars alignées en ce début de saison, même si Kris Meeke a signé des chronos encourageants tant au Monte-Carlo qu'en Suède avant de partir à la faute. Une situation assez inattendue dans la mesure où la marque aux chevrons, référence de la discipline et qui domina longtemps le championnat, avait pris une année sabbatique en 2016 pour se consacrer au développement de sa nouvelle arme.

Globalement, les pilotes ont souffert pour extraire un bon niveau de performance de la voiture, même si Meeke, on l'a vu, est parvenu à intégrer le groupe de tête lors des deux premiers rendez-vous.

"Nos résultats sur les deux premières manches de la saison ont été essentiellement dus à un manque de préparation de notre part dans les conditions réelles de course", assure le directeur technique de Citroën Racing, Laurent Fregosi. "La situation sera différente au Mexique, car la C3 WRC a effectué la majeure partie de ses tests sur la terre. C'est pourquoi, pour le premier rallye sur cette surface de la saison, nous pensons et espérons pouvoir profiter d'une meilleure performance."

Outre les nombreux essais effectués sur ce type de terrain l'année dernière, l'équipe a mené une importante séance de tests entre la Suède et le Mexique, dont le patron de l'équipe estime qu'elle a été très utile.

"Durant la séance de tests que nous avons effectuée, nous avons questionné certains principes des set-ups et cela nous a aidés à identifier les domaines dans lesquels nous pouvons progresser", détaille en effet Yves Matton. "Nous combattons pour un bon niveau de performance au Mexique."

De bonnes positions de départ

Pour cette première manche non-européenne de la saison, Meeke et Stéphane Lefebvre, qui va disputer son second rallye au volant de la C3 (dont il avait laissé le volant à Craig Breen en Suède), disposeront d'une bonne position de départ qui pourrait être un gros avantage par rapport aux concurrents s'élançant devant eux et devant balayer la route. Le Français, auteur au Monte-Carlo de ce qui reste le seul scratch de la C3 à ce jour lors du premier passage dans le Turini, s'élancera en sixième position et, surtout, le Britannique en neuvième – juste derrière Thierry Neuville et sa Hyundai qui lui serviront sans nul doute de valeur-étalon dans des conditions de route similaires.

"Étant donné sa position de départ pour l'étape d'ouverture, Kris [Meeke] essaiera d'être parmi les leaders dans l'espoir de bien lancer sa saison", précise Matton. "Dans le même temps, Stéphane [Lefebvre] aura besoin de se mettre en position de marquer des points pour le championnat constructeurs."

Mercredi après-midi au Mexique, Meeke a signé en toute fin de séance le troisième temps, derrière Neuville et la Ford de Sébastien Ogier, d'un shakedown sur lequel la pluie s'était invitée. "Il était difficile d’être en confiance sur cette route très sinueuse et technique", déclare le Britannique, qui se voulait rassurant. "Malgré la pluie, nous avons continué à travailler sur les réglages et nous avons progressé dans le bon sens."

Lefebvre, pour sa part, a lui aussi abaissé ses chronos après avoir modifié ses réglages, prenant le dessus sur la Toyota de Juho Hänninen pour s'installer au neuvième rang.

"J’ai l’impression d’avoir bien roulé lors de ma quatrième tentative", explique le pilote du Pas-de-Calais qui, comme son équipier, a réalisé sa meilleure performance lors de son quatrième et dernier passage dans la spéciale de Llano Grande, longue de 5,31 km. Mais il tempère aussitôt : "Pourtant, je suis un peu déçu par mon chrono. Lorsque les conditions évoluent ainsi, il est toujours difficile de savoir si l’amélioration des performances vient de la voiture, du pilotage ou du niveau de grip de la route."

Les premiers éléments de réponse arriveront vendredi quand se dérouleront les premiers secteurs chronométrés en montagne, après la super spéciale disputée ce jeudi soir (à partir de 1h05 en France) en plein centre de Mexico.

Prochain article WRC
Déjà une pénalité de cinq minutes pour Evans

Previous article

Déjà une pénalité de cinq minutes pour Evans

Next article

Les horaires de toutes les spéciales en heure de Paris

Les horaires de toutes les spéciales en heure de Paris

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye du Mexique
Pilotes Kris Meeke , Stéphane Lefebvre
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Actualités