Comment la DS3 WRC est venue au secours de Citroën

partages
commentaires
Comment la DS3 WRC est venue au secours de Citroën
Par : David Evans
Co-auteur: Jean-Philippe Vennin
13 avr. 2017 à 18:15

Un test façon "retour aux basiques" impliquant la DS3 WRC ancienne spécification a déclenché le retournement de situation sur asphalte qui a permis à Kris Meeke de mener en Corse sur la nouvelle C3 WRC.

Craig Breen, Scott Martin, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Craig Breen, Scott Martin, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Craig Breen, Scott Martin, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Craig Breen, Scott Martin, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Craig Breen, Scott Martin, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Kris Meeke, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Yves Matton, directeur de Citroën Racing
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Hayden Paddon, John Kennard, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Michel Nandan, Team principal Hyundai Motorsport

Bien que Meeke soit arrivé sur l'île en ayant gagné la manche précédente du Championnat, sur la terre au Mexique, il restait un point d'interrogation concernant le rythme de la nouvelle Citroën sur le goudron après que l'équipe eut souffert en janvier au Monte-Carlo.

Mais ce même Kris Meeke a mené en Corse toute la première étape et la moitié de la seconde, jusqu'à ce qu'un problème moteur le contraigne à abandonner le samedi.

"D'accord, nous sommes dégoûtés par le résultat, mais le plus important est le rythme que nous avons montré et la vitesse de la voiture", a déclaré le pilote britannique.

Meeke avait poussé avec succès pour que Citroën retourne sur sa base d'essais originelle de Fontjoncouse, dans l'Aude, pour reprendre le processus de mise en place du set-up, une DS3 de la génération précédente des WRC étant amenée elle aussi pour servir de référence.

"Pour moi, c'était important de revenir sur la première route d'essais et d'y faire fonctionner la voiture. C'est ce que nous avons fait", a expliqué Meeke. "Avoir la DS3 là-bas a aidé. N'oubliez pas que c'est une gagnante pure race pour cette équipe, [Sébastien] Loeb a dominé avec elle et j'ai été en mesure récemment de l'utiliser pour menacer les Volkswagen."

"Ce dont nous avions besoin, c'était de prendre la recette de cette voiture, la mettre dans la nouvelle et faire fonctionner cette dernière sur cette route. Je n'ai pas piloté longtemps la DS3, peut-être seulement 20 ou 30 kilomètres, mais c'était assez pour avoir un feeling et voir que ce feeling était ce que je voulais de la C3."

"On a été en mesure de recréer ce feeling et cela a beaucoup aidé quand nous sommes arrivés en Corse pour les tests d'avant rallye. Durant l'épreuve, la voiture était sensationnelle. Je ne voulais tout simplement pas arrêter de la piloter. Elle était absolument fantastique et c'est le point positif du Tour de Corse pour moi."

"On aurait pu gagner, on ne l'a pas fait, mais on a clairement montré qu'on a une voiture qui peut gagner partout désormais."

Bien qu'utiliser la DS3 ait aidé l'équipe, le directeur de l'équipe française, Yves Matton, a dit que Citroën s'était reposé trop lourdement sur la technologie qui a été source de succès dans le passé, particulièrement en termes de suspensions.

"Nous avons compris que ce que nous avons appris sur les voitures précédentes n'est pas toujours la meilleure voie technique [à suivre] pour cette voiture – et c'est assez important", a dit Matton à Motorsport.com. "Certaines solutions du passé ne sont pas adaptées à cette voiture. Nous avons dû faire machine arrière pour trouver une référence afin de voir où nous en étions et sur quel point il nous fallait travailler. En seulement quelques jours, nous avons été en mesure de faire un grand pas en avant."

"La Corse est une déception en un sens, mais après les deux derniers rallyes, nous avons montré que la voiture et Kris sont capables de lutter au bon niveau sur la terre et sur l'asphalte."

Hyundai "un peu derrière" sur asphalte

Bien qu'une de ses voitures se soit imposée sur l'île de Beauté après l'abandon de Meeke, le directeur de Hyundai Motorsport, Michel Nandan, estime pour sa part que son équipe doit encore travailler pour amener sa i20 WRC Coupe au niveau de la C3 sur asphalte.

"Je pense qu'elle a besoin d'être un petit peu meilleure, et qu'on est un peu derrière", estime-t-il. "La Citroën a montré être une voiture fantastique sur asphalte et bien sûr, nous devons travailler spécialement pour les prochains rallyes [sur cette surface]. Mais je suis à peu près sûr que les ingénieurs trouveront une bonne solution pour améliorer la voiture."

Les prochaines manches asphalte du calendrier sont les Rallyes d'Allemagne, au mois d'août, et de Catalogne en octobre.

Prochain article WRC
Une sélection de 25 des plus belles photos du "Rallye de France"

Previous article

Une sélection de 25 des plus belles photos du "Rallye de France"

Next article

Le tour du monde de Gabin Moreau : Corse

Le tour du monde de Gabin Moreau : Corse

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Tour de Corse
Pilotes Kris Meeke
Équipes Citroën Total Abu Dhabi WRT
Auteur David Evans
Type d'article Actualités