Comment Ford a convaincu Ogier de rester en 2018

partages
commentaires
Comment Ford a convaincu Ogier de rester en 2018
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
21 juin 2018 à 18:00

Ford Performance a été mis au pied du mur par son partenaire M-Sport pour engager des moyens solides permettant de lutter contre les constructeurs impliqués en WRC et défendre les couronnes mondiales.

Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
Sébastien Ogier, M-Sport Ford WRT
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
Sébastien Ogier, M-Sport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport Ford
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
La voiture de Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
La voiture de Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai Motorsport Hyundai i20 Coupe WRC
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Stefan Mücke, Olivier Pla, Billy Johnson
#69 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon

Derrière l’équipe M-Sport WRT se trouve Ford, avec depuis cette année 2018 un accroissement de nouveau sensible de l’implication du constructeur à l’ovale bleu derrière l’effort des troupes de Malcom Wilson pour conserver les couronnes mondiales pilotes et constructeurs. 

La marque américaine n’est plus engagée en WRC en tant qu’équipe d’usine depuis 2012 et l’identification des forces en présence en Championnat du monde des Rallyes comprend ainsi Hyundai, Citroën et Toyota. Mais Ford met bien des ressources conséquentes derrière le programme rallye qui a produit les deux couronnes mondiales 2017. Et même si les moyens déployés sont croissants, le souhait marketing de ne pas s’exposer en tant que constructeur est assumé, comme l’a expliqué à Motorsport.com Mark Rushbrook, le directeur de Ford Performance.

"Nous avons aidé M-Sport à homologuer la Fiesta au moment de la faire débuter en 2017 et avons accru notre implication pour la saison 2018 et au-delà", commence par détailler Rushbrook, qui confirme à quel point les discussions majeures entre Ford et M-Sport avant la saison 2018 concernaient la mise en place de garanties de la part de Ford sur la durée, aussi bien sur l'apport financier dans la structure que concernant les moyens humains et techniques déployés.

"Cela se fait dans deux formes : une partie est du sponsorship et l'autre est la ressource d'usine. Les mêmes ingénieurs et outils qu'en GT, en IMSA, en WEC et même en NASCAR sont utilisés. Cela comprend l'aérodynamique ou encore la recherche assistée par CFD. Pour les tests, nous avons eu la WRC M-Sport dans la soufflerie, en Caroline du Nord. Nous avons travaillé l'aérodynamique, fait des simulations. Tous les outils de design moteur ont été passés en revue ainsi que tout le câblage lié au moteur. Nous avons intégré certains de nos partenaires qui ont aussi apporté leur aide. On peut donc beaucoup tirer de ce programme car cela a de la pertinence directe pour la route – pas en termes d'outil d'ingénierie, mais en termes de recherche."

De grosses infrastructures "Performance" et 45 personnes

Les ressources humaines et infrastructures dédiées par Ford à ses programmes de compétition rappellent d’une certaine manière la forme dans laquelle PSA a composé son département "Sport" (WRX, WRC, WTCC, Dakar, Pike's Peak ces dernières années), par le biais d'une équipe technique de premier plan œuvrant sur différents programmes avec des ressources d’usine malgré tout pragmatiques, dans des compétitions très hétéroclites.

"L'équipe d'ingénierie globale pour Ford Performance Motorsport compte environ 45 personnes", décrit Rushbrook, qui est basé au siège de Detroit avec l’exécutif mais passe son temps à voyager. "Cela inclut environ la moitié de ces gens à Dunton [centre technique de Ford dans l'Essex, ndlr]. Le reste se trouve en Caroline du Nord, au Centre Technologique de Ford Performance. Ce sont donc environ 45 personnes qui supervisent tous les programmes de Ford. C'est une équipe d'une plutôt belle taille ; elle pourrait aussi être plus grande ! Mais on peut faire beaucoup de choses avec ces gens."

Il peut être étonnant, avec de pareilles ressources allouées au programme WRC, et quand les adversaires de M-Sport sont des constructeurs inscrits de manière officielle comme teams d’usine (Hyundai, Toyota, Citroën), de désirer rester dans l’ombre de l’identité de la structure privée de Malcom Wilson. Néanmoins, la forme prise par l’implication de Ford est cohérente avec la stratégie d’ensemble du département Performance, estime Rushbrook.

"Le bénéfice est que c'est une approche en tant que partenariat pour aller vers le succès. Comme au Mans avec le programme GT fait avec Chip Ganassi, Michelin, Castrol et tous nos partenaires et fournisseurs. C'est la même chose en NASCAR : nous sommes en partenariat avec l'équipe de Roger Penske ou encore Stewart Haas. En rallye, M-Sport est là depuis toujours, et ils connaissent tout de la discipline."

Reste que les redoutables Ford GT du team Ganassi sont bien présentées comme des Ford avant tout, et non des Ganassi. Il ne semble néanmoins nullement question pour Ford de revoir la manière dont la marque est actuellement positionnée en WRC et d’éventuellement floquer les Fiesta du team M-Sport d’un statut d’équipe d’usine officielle. Rushbrook n’hésite d’ailleurs pas un instant lorsqu’on lui demande si l’implication prévue avec le team de Sébastien Ogier satisfait Ford en termes de branding.

"Absolument, oui. Ils ont une grande profondeur et être en mesure de nous associer à eux et d'apporter nos ressources pour compléter les leurs nous permet, je pense, d'obtenir des performances encore meilleures. Si nous prenions tout chez nous, il y aurait beaucoup de choses que M-Sport sait et que nous ne maîtrisons pas, du fait qu'ils sont dans la discipline depuis si longtemps."

Prochain article WRC
Le Safari Rally proche d'un retour au calendrier WRC

Previous article

Le Safari Rally proche d'un retour au calendrier WRC

Next article

Officiel - Østberg récolte le baquet Citroën de Meeke

Officiel - Østberg récolte le baquet Citroën de Meeke

À propos de cet article

Séries WRC
Pilotes Sébastien Ogier
Équipes M-Sport
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Analyse