Dernier pointage avant le Rallye d'Espagne 2021

Le Championnat du monde des Rallyes retrouve Salou et la Catalogne. Après plus d'une décennie passée à prôner la mixité de son tracé, le Rallye d'Espagne revient à ses bases avec un parcours totalement sur asphalte cette semaine, de quoi apporter son lot de changements. Tour d'horizon !

Dernier pointage avant le Rallye d'Espagne 2021

Le parcours

Absent l'an passé pour respecter le principe de rotation avec l'Allemagne mis en place par la FIA, le Rallye d'Espagne revient sur le devant de la scène avec une modification majeure. Entre 2010 et 2019, l'épreuve catalane s'est en effet démarquée des autres manches du calendrier en proposant un parcours mixte avec une première étape disputée sur terre avant deux journées intégralement tracées sur l'asphalte. Pour respecter les exigences de la FIA et du WRC Promoter, les organisateurs ont donc finalement abandonner cette particularité notable, qui faisait toute la saveur de leur épreuve, pour revenir à un format plus conventionnel.

Après un shakedown reprenant les 4,31 premiers kilomètres de la Power Stage, 17 spéciales et 280,46 km sont au programme de l'avant dernier rendez-vous de la saison. Sans surprise, la journée du vendredi est totalement modifiée avec l'arrivée d'une nouvelle spéciale, La Granadella et le retour du tronçon de Riba-roja emprunté pour la dernière fois en 2012. Les deux dernières étapes sont en revanche plus familières. Le samedi s'articule autour de la boucle Savallà-Querol-El Montmell perchée dans les montagnes de la Costa Daurada, avant de se terminer à quelques pas de la plage dans la super-spéciale de Salou. Santa Marina et Riudecanyes terminent le week-end dimanche, cette dernière faisant office de Power Stage.

Les engagés

La onzième manche du WRC 2021 s'appuie sur une liste de 88 équipages engagés. Toyota Gazoo Racing revient à son line-up habituel après avoir aligné cinq Yaris WRC en Finlande. Blessé au dos, il y a deux semaines, Kalle Rovanperä est bien partant après avoir reçu le feu vert des médecins tandis que Takamoto Katsuta fait à nouveau confiance à Aaron Johnston à sa droite. Du côté de Hyundai MotorsportDani Sordo retrouve fort logiquement le volant de la troisième i20 Coupe WRC aux côtés de Thierry Neuville et Ott Tänak. M-Sport est présent avec deux Ford Fiesta WRC confiées à Gus Greensmith et Adrien Fourmaux, tout comme 2C Compétition qui engage deux i20. Promu dans l'équipe Hyundai en 2022, Oliver Solberg poursuit sa découverte de la catégorie reine après ses participations à l'Arctic Rally et au Safari. Nil Solans remplace quant à lui Pierre-Louis Loubet en convalescence après avoir été renversé par une voiture. Au volant de sa propre Ford Fiesta WRC, Armando Pereira complète les rangs.

En WRC2, le match pour le titre mondial se poursuit avec la présence de deux prétendants, Marco Bulacia et Mads Øsberg. Sur l'asphalte, celui-ci pourrait bien être arbitré par Éric Camilli de retour avec la Citroën C3 Rally2. De son côté, Kajetan Kajetanowicz a une belle opportunité de passer en tête du classement du WRC3 en l'absence de Yohan Rossel alors que les titres se jouent ce week-end aussi bien en JWRC qu'en R-GT.

Le pilote à surveiller

Sébastien Ogier arrive à Salou avec un seul objectif ce week-end, s'imposer pour ne pas avoir à regarder dans ses rétroviseurs le résultat de son seul rival pour le titre, son coéquipier Elfyn Evans. Bien heureux d'en avoir fini avec le "balayage de merde", le septuple Champion du monde est soulagé de retrouver la Catalogne et son parcours intégralement tracé sur l'asphalte. Vainqueur à trois reprises à Salou malgré l'handicap imposé d'ouvrir la route sur la journée terre, il s'avance parmi les favoris à la victoire finale et donc par conséquent, au titre mondial.

Le chiffre à retenir

75 ! Soit le temps imparti (en minutes) aux équipes pour, ce qui était depuis 2010 et l'arrivée de la mixité du parcours catalan, la plus longue assistance de la saison. Celle là même où chaque vendredi soir du Rallye d'Espagne, une fourmilière se mettait en route sous toutes les structures d'assistance pour s'afférer autour de chaque voiture afin de passer d'une configuration terre à une version asphalte. Dans un balai incessant de tournevis, clés et autres pinces, où chaque geste était millimétré, chronométré et maîtrisé, les "hommes de l'ombre" livraient leur récital pour changer plus de 60% des éléments mécaniques de la voiture en un temps record. Une prouesse rarement mise en avant mais pourtant appréciée par les centaines de spectateurs jonchés aux abords des motorhomes pour suivre et décortiquer ces partitions sans fausse note.

Lire aussi:

partages
commentaires
Rovanperä : pas d'inquiétude sur sa forme physique avant l'Espagne
Article précédent

Rovanperä : pas d'inquiétude sur sa forme physique avant l'Espagne

Article suivant

Ogier Champion du monde en Espagne si...

Ogier Champion du monde en Espagne si...
Charger les commentaires