Colin McRae, dix ans après : itinéraire d'un enfant terrible

Figure emblématique du WRC, dont la popularité dépassa largement le cadre de la discipline grâce notamment au jeu vidéo portant son nom, l'Écossais s'est tué il y a dix ans jour pour jour, le 15 septembre 2007, dans un accident d'hélicoptère.

Colin McRae, c'est d'abord un style et un sens de l'attaque exceptionnels qui ont suscité bien des passions pour la compétition sur route, et pas seulement au Royaume-Uni. Fils de Jimmy McRae, quintuple Champion de Grande-Bretagne des Rallyes, il a fait mieux que son paternel en atteignant le niveau mondial et se retrouvant, malgré pas mal de casse, avec le monde du WRC à ses pieds.

Après des débuts en motocross, McRae passa sur quatre roues au mitan des années quatre-vingt au volant d'une Mini Cooper, devenant Champion d'Écosse dès 1988. Et c'est sur des Ford Sierra Cosworth qu'il se fit remarquer, au point d'être engagé par le team Prodrive de David Richards en 1991. L'ancien copilote d'Ari Vatanen, quand celui-ci avait coiffé la couronne mondiale dix ans plus tôt, venait de passer un accord avec Subaru pour défendre les intérêts de ce petit constructeur japonais alors peu connu. Pour McRae, ce fut tout simplement le tournant de sa carrière.

Ayant remporté à son tour le titre national, à deux reprises (en 1991 et 1992), McRae fut aligné à plein temps en mondial sur les Legacy puis Impreza désormais parées du bleu d'un manufacturier de tabac asiatique mais qui allait devenir la marque de fabrique de Subaru – en rallye comme sur la route. Après des épreuves souvent chaotiques, comme au Rallye de Finlande l'année précédente où il était parti trois fois en tonneaux, il remporta sa première victoire au plus haut niveau en Nouvelle-Zélande au terme d'une lutte mémorable avec François Delecour et sa Ford Escort RS Cosworth.

Cinquième du championnat cette année-là, avec un seul autre podium en Suède, McRae vit un gros calibre débouler à ses côtés la saison suivante, en la personne de Carlos Sainz. Deux fois titré avec Toyota en 1990 et 1992, l'Espagnol sortait d'une saison calamiteuse au volant d'une Lancia Delta et voulait redorer son blason au sein de la jeune équipe. Même s'il fut battu par Didier Auriol, qui avait fait le chemin inverse, il y parvint tandis que McRae signait deux autres victoires, en Nouvelle-Zélande encore puis pour la première fois à domicile, pour terminer quatrième du championnat.

Colin McRae et Derek Ringer, Subaru World Rally Team
Colin McRae, Derek Ringer, Subaru Impreza Gr.A

Photo de : Subaru World Rally Team

C'est en 1995 que la rivalité entre Sainz et McRae devint, pour ainsi dire, ingérable. Engagés dans un face-à-face pour le titre, qui serait le premier de Subaru – en plus de celui des constructeurs –, ils se rendirent coup pour coup et si c'est en s'imposant de nouveau à domicile que l'Écossais coiffa la couronne, après avoir rattrapé un retard de deux minutes pris en début de rallye, c'est l'image du Rallye de Catalogne qui restera. Après qu'on lui eut enjoint de conserver sa position et donc de laisser la victoire à son équipier et rival, il ne leva pas le pied et manqua même de renverser en pleine spéciale les émissaires de Prodrive venus lui signifier, postés au milieu de la route, de respecter les consignes... Une pénalité pour pointage en retard mit fin à la polémique.

Une fois Sainz parti voir si l'ambiance était meilleure du côté de Ford, McRae devint le leader incontesté de Subaru les trois saisons suivantes, remportant 11 nouvelles victoires pour terminer deux fois second et une fois troisième au championnat. Puis il s'en alla lui aussi du côté de Ford.

Colin McRae
Colin McRae, Nicky Grist, Ford Focus WRC

Photo de : Ford Motor Company

Le programme du constructeur américain en WRC connaissait un nouveau tournant puisqu'après que celui-ci eut été confié à la structure M-Sport de Malcolm Wilson (avec un soutien officiel) en 1996, la Focus WRC succédait désormais à des générations d'Escort. Il ne fallut que trois rallyes à McRae pour lui apporter une première victoire au Safari du Kenya, aussitôt suivie d'une seconde au Portugal. Mais malgré deux autres succès l'année d'après, il dut attendre 2001 pour prétendre à un second titre – lequel lui échappa sur une des plus célèbres de sessorties de route, au Pays de Galles.

Perdant son principal sponsor, Wilson fut contrait de réduire la voilure un an plus tard, et McRae, comme Sainz, rejoignit Citroën qui leur mit dans les jambes un certain Sébastien Loeb. Mais il n'allait plus s'imposer. Puis, la marque aux chevrons réduisant ses effectifs à deux voitures en fin de saison, c'est lui qui en fit les frais, et perdit aussi sa place en Championnat du monde.

Quand il revint disputer deux rallyes pour le compte de Skoda en 2005, McRae avait pris part entre-temps à autant de Dakar, au sein de l'équipe Nissan, et une fois aux 24 Heures du Mans où il avait retrouvé Prodrive pour piloter l'une de ses Ferrari, terminant troisième de la catégorie GTS (avec Darren Turner et Rickard Rydell). Puis il remplaça Sébastien Loeb, blessé dans un accident de VTT, au Rallye de Turquie 2006, sur une Xsara WRC du team Kronos – et ce fut tout.

Colin McRae
Colin McRae, Nicky Grist, Citroën Xsara WRC

Photo de : Citroën Communication

Aujourd'hui encore le plus jeune Champion du monde de l'Histoire des rallyes, puisque titré à 27 ans, Colin McRae a laissé une trace indélébile dans l'univers du WRC, eu égard à un palmarès qui aurait pu être bien plus étoffé et une carrière dont on se souvient autant, voire plus, pour ses nombreux accidents que pour ses 25 victoires. Celui qui fut surnommé Colin McCrash à ses débuts a aussi donné son nom à un célèbre jeu vidéo, ce qui fit dire à Richard Burns, son rival sur un registre "Je t'aime moi non plus" dans une discipline alors au faîte de sa popularité outre-Manche, que les jeunes générations voyaient en lui un personnage virtuel...

Le son des cornes de brume à son passage, et seulement au sien, par une fin d'après-midi de novembre au fin fond d'une forêt envahie par l'obscurité, étaient, eux, bien réels et résonnent encore aux oreilles de ceux qui les entendirent. Et même l'enquête qui lui attribua la responsabilité de la cabriole de trop, cet accident d'hélicoptère dans lequel il trouva la mort en compagnie de son fils de cinq ans et de deux autres personnes à un jet de pierre de chez lui, du côté de Lanark en Écosse ce funeste 15 septembre 2007, ne pourra rien retirer à la légende de Colin McRae.

Peinture sur la route en hommage à Colin McRae
Peinture sur la route en hommage à Colin McRae

Photo de: Sutton Motorsport Images

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Pilotes Colin McRae
Type d'article Hommage