Elena : l'idée du retour en WRC, "ce sera déjà de prendre du plaisir"

L'éternel compagnon de route de Sébastien Loeb attend avec impatience le retour du duo en WRC, à l'occasion du Rallye du Mexique en mars prochain. Mais avant cela, il faudra récupérer de la blessure au coccyx contractée sur le Dakar.

Elena : l'idée du retour en WRC, "ce sera déjà de prendre du plaisir"
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Daniel Elena
Sébastien Loeb et Daniel Elena, Citroën DS3 WRC, Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team
#312 X-Raid Team Mini: Jakub Przygonski, Tom Colsoul, #306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena, #305 X-Raid Team Mini: Mikko Hirvonen, Andreas Schulz, #301 Toyota Gazoo Racing Toyota: Nasser Al-Attiyah, Mathieu Baumel, #311 Ford: Martin Prokop, Jan Tomanek
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena, #304 Toyota Gazoo Racing Toyota: Giniel de Villiers, Dirk von Zitzewitz
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
Sébastien Loeb et Daniel Elena, Citroën DS3 WRC, Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Daniel Elena
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
Sébastien Loeb et Daniel Elena, Citroën DS3 WRC, Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team
Sébastien Loeb et Daniel Elena, Citroën DS3 WRC, Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Daniel Elena
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena

On l'avait quitté bien mal en point, à côté de son DKR 3008 et contraint d'abandonner en raison de fortes douleurs liées à ce qui s'est avérée être une fracture du coccyx. Et c'est encore claudiquant, mais avec le sourire, que Motorsport.com a retrouvé Daniel Elena lors d'une séance de dédicaces organisée dans le repaire de la marque au lion sur les Champs-Elysées.

Deux semaines se sont écoulées depuis cet abandon survenu sur la cinquième étape du Dakar, après que le buggy Peugeot du duo Loeb-Elena ne se soit retrouvé piégé au fond d'une cuvette, avec en prime une forte compression à l'origine de la blessure du Monégasque.

Si le célèbre équipage n'entendait pas participer au Rallye Monte-Carlo qui a eu lieu le week-end dernier, le temps presse tout de même pour qu'Elena soit pleinement remis et opérationnel pour la première de leurs trois piges prévues (avec le Tour de Corse et la Catalogne) cette année en WRC, au Mexique du 9 au 11 mars prochains.

Mais l'affable copilote ne trahit pas sa réputation de dur au mal : "Le délai de récupération est situé entre trois et six mois. J'aurai mal, mais je serai présent au Mexique", assure-t-il. "Je suis assez résistant à la douleur."

Premier rallye en Championnat du monde depuis 2015

Le Rallye du Mexique sera la première épreuve WRC à laquelle prendront part Elena et Loeb depuis le Monte-Carlo 2015. Une dernière prestation en Championnat du monde des Rallyes où les deux hommes s'étaient, comme de coutume a-t-on envie de dire, battus pour la victoire face à Sébastien Ogier, à l'époque sur Volkswagen, jusqu'à ce qu'un bris de suspension ne vienne compromettre leurs espoirs de victoire finale dans le port de Monaco.

Trois années ont passé depuis, et Elena ne préfère pas parler de victoire pour leur retour dans la discipline dans les montagnes mexicaines. Il est vrai que le règlement technique flambant neuf entré en vigueur l'an dernier a changé la donne. "Cela fait depuis 2012 qu'on n'a pas fait le Mexique. Mais ce qui va pécher là, c'est l'expérience", alerte le Monégasque. "Car ce qui nous a avantagés avant, c'est ça. Ce qui va nous manquer, c'est l'année de pratique qu'ils ont déjà avec la nouvelle voiture, alors que nous on n'aura que deux jours supplémentaires, donc ça fait court."

La nouvelle réglementation comme handicap, mais également comme source de motivation pour le duo francophone, séduit comme tant d'autres par la vélocité des nouvelles World Rally Cars, qui ne sont pas sans rappeler les mythiques Groupe B des années 80. "La motivation, ce sera déjà de prendre du plaisir, et de découvrir une nouvelle WRC plus puissante et avec de l'aéro", reprend Elena. "Pour le moment, on ne l'a testée que lors d'une séance d'essais, sur une base qui fait quatre kilomètres. L'an dernier, on n'a fait qu'une séance sur asphalte et une autre sur la terre."

Et comme son homologue de chez M-Sport, Julien Ingrassia, Elena juge que la vitesse accrue des nouvelles voitures n'est pas sans conséquence sur la dictée des notes, au moins sur asphalte. "Moi, je ne les ai jamais répétées, les notes", explique-t-il. "Après sur la terre cela ne change rien car il faut passer la puissance. Par contre sur asphalte cela accélère beaucoup plus vite en sortie de virage, mais c'est juste le cerveau qui doit s'adapter. Avant, tu avais 200 mètres, maintenant cela fait 100 mètres en termes de durée."

Quel peut donc être l'objectif d'Elena et Loeb, sur une épreuve qu'ils ont remportée six fois lors de leurs sept dernières participations (de 2006 à 2008, puis de 2010 à 2012) ? Voir l'arrivée sera déjà un joli succès, confie Elena, prudent. "L'objectif, c'est au moins de finir. Après, on va avoir un avantage le premier jour parce qu'on va partir derniers vu qu'on ne fait pas le championnat, et on va donc profiter du balayage. Mais à partir du deuxième jour on sera comme les autres."

Des envies de retour, irréalisables

Difficile de ne pas se questionner sur l'envie d'Elena et Loeb de faire un retour à temps plein en rallye, si toutefois les trois courses prévues en 2018 s'avèrent concluantes. Une hypothèse qui a peu de chances de se concrétiser selon le copilote, même s'il ne dirait pas non si la décision n'appartenait qu'à lui.

"S'il faut replonger à temps plein, je replonge", affirme-t-il ainsi. "Mais Seb, son objectif maintenant, c'est le rallycross, avec Peugeot qui arrive officiellement et qui essaie de construire une voiture pour être Champion du monde. Et puis il y a aussi l'avenir : le rallycross va passer en électrique, il [Sébastien Loeb] a signé sur plusieurs années. Et puis c'est son défi."

Le défi d'Elena pour le moment, c'est de recouvrir l'intégralité de ses moyens et de tenir le choc au Mexique. Avec sans doute dans un coin de la tête des vues sur la victoire.

partages
commentaires
Record d'inscrits depuis dix ans pour le Rallye de Suède

Article précédent

Record d'inscrits depuis dix ans pour le Rallye de Suède

Article suivant

Deux rallyes avec M-Sport pour Serderidis en 2018

Deux rallyes avec M-Sport pour Serderidis en 2018
Charger les commentaires