ES2 à 5 - Latvala en tête, coup dur pour Ogier

partages
commentaires
ES2 à 5 - Latvala en tête, coup dur pour Ogier
Par :
14 juin 2019 à 11:12

Le Finlandais de Toyota occupe la tête du Rallye de Sardaigne à l'issue de la boucle matinale du vendredi qui a été le théâtre de l'abandon du premier leader la veille au soir, Sébastien Ogier.

S'élançant en sixième position dans les spéciales, sur des routes déjà balayées par les voitures parties devant lui, Jari-Matti Latvala n'en a pas moins été plus rapide aussi que certains des pilotes évoluant derrière lui. Bien que n'ayant réalisé aucun scratch et malgré une frayeur dans l'ES5, il occupe la tête du rallye dont il s'est emparé dans la troisième des quatre spéciales (ES4) et qu'il a conservée après la dernière (ES5) tout en ayant perdu quelques secondes en calant dans une épingle.

Cependant, le grand gagnant de la matinée est probablement Ott Tänak. Deuxième à s'élancer et même premier après les ennuis d'Ogier au début de l'ES5, il a été le plus rapide dans l'ES4 et n'a que 2"8 de retard à la mi-journée sur son équipier chez Toyota. Il a pourtant dit souffrir de sa position sur la route et comparé le pilotage de sa Yaris WRC au fait de devoir maîtriser "une vache sur de la glace". Sans surprise, la plupart des pilotes ont en effet décrit des spéciales très glissantes en plus d'être le plus souvent étroites, sinueuses et cassantes. 

Dani Sordo monte sur le podium provisoire, à 3"5 du leader et en ayant signé deux quatrièmes puis un troisième chronos après un sixième seulement dans la première spéciale (ES2) où il a subi une crevaison lente à l'arrière gauche de sa Hyundai. Les deux Ford M-Sport d'Elfyn Evans et Teemu Suninen complètent le top 5 5"9 et 7"7 respectivement, le premier ayant connu quelques soucis techniques alors que le second a commencé par deux impressionnants scratchs pour pointer en tête avec 10''6 d'avance ! Il est ensuite parti un tête-à-queue dans l'ES4 et s'est dit trop prudent dans l'ES5. 

Lire aussi:

Thierry Neuville est sixième à 14"1 sur sa Hyundai, ne s'en sortant pas trop mal alors qu'il était le troisième dans les spéciales. Plus que son choix de privilégier les plus mediums (les plus tendres), qu'a déploré également son équipier Andreas Mikkelsen qui le suit au classement, il a regretté d'avoir embarqué une deuxième roue de secours affectant la tenue de route. Le huitième est Kris Meeke, qui ne connaissait pas les deux premières spéciales mais a signé ensuite un quatrième temps avant de perdre quelques secondes en calant dans la même épingle de l'ES5 que Latvala.

Ogier à la faute

Le seul rayon de soleil de la matinée pour Citroën a été le meilleur temps signé Esapekka Lappi dans l'ES5. Pas à l'aise avec sa C3 WRC, le Finlandais avait auparavant supposé avoir un problème de différentiel avant, puis il a heurté un talus et crevé le pneu arrière gauche dans l'avant-dernière spéciale. Il se retrouve lointain neuvième devant Juho Hänninen (qui pilote une quatrième Toyota ce week-end et a été le moins rapide des WRC à l'exception d'un sixième temps dans l'ES4), mais ce n'est rien par rapport aux malheurs de son équipier Sébastien Ogier.

Après n'avoir pu signer qu'un dixième et deux neuvièmes temps dans les trois premières spéciales de la matinée, le leader du championnat parlait malgré tout d'une "assez bonne boucle" compte tenu du fait qu'il ouvrait la route. Mais il a heurté un gros rocher placé à l'intérieur d'un virage dans la première portion – quelque peu artificielle – de l'ES5, cassant la biellette de direction et devant renoncer pour aujourd'hui après avoir tenté de réparer sur le bord de la route.

Une autre Citroën a heurté une pierre dès la première spéciale, la C3 R5 de Mads Østberg qui a concédé d'entrée plus de dix secondes en WRC2 Pro. Trois meilleurs temps dans les suivantes n'y ont bien sûr rien changé, alors que Kalle Rovanperä a concédé au terme de l'ES4 la tête de la catégorie à son équipier chez Škoda, Jan Kopecký, qui le devance de 7''4. Gus Greensmith, qui était deuxième sur sa Ford M-Sport, est sorti de la route dans l'ES5 et a dû abandonner.

Les Fabia officielles dont cependant devancées par celle, privée, de Pierre-Louis Loubet – leader du WRC2 (qu'il a remporté au Portugal) avec 12"7 d'avance sur la Fiesta de Tommi Mäkinen Racing pilotée par le protégé japonais de Toyota, Takamoto Katsuta. Comme Østberg en Pro, Ole Christian Veiby a perdu plus de dix minutes et probablement toute chance de victoire dès la première spéciale, lui qui avait déjà dû renoncer (après avoir occupé la tête) au Portugal avec sa Volkswagen.

La boucle de l'après-midi, qui débutera à 14h42 et reprendra les quatre mêmes spéciales, sera elle aussi à suivre en direct sur Motorsport.com.

Classement après ES5/19

 

Pilote

Copilote

Voiture Cat.

Écarts &

intervalles

1

Finland Jari-Matti Latvala

Finland Miikka Anttila

 Toyota

RC1 49'38"6
2

Estonia Ott Tänak

Estonia Martin Järveoja

 Toyota

RC1

2"8

2"8

3

Spain Dani Sordo

Spain Carlos del Barrio

Hyundai

RC1

3"5

0"7

4

United Kingdom Elfyn Evans

United Kingdom Scott Martin

 FordM-Sport

RC1

5"9

2"4

5

Finland Teemu Suninen

Finland Jarmo Lehtinen

 Ford M-Sport

RC1

7"7

1"8

6

Belgium Thierry Neuville

Belgium Nicolas Gilsoul

 Hyundai

RC1

14"1

6"4

7

Norway Andreas Mikkelsen

Norway Anders Jæger

 Hyundai

RC1

16"7

2"6

8

United Kingdom Kris Meeke

United Kingdom Seb Marshall

 Toyota

RC1

19"1

2"4

9

Finland Esapekka Lappi

Finland Janne Ferm

 Citroën

RC1

43"0

23"9

10

Finland Juho Hänninen

Finland Toni Tuominen

Toyota

RC1

48"3

5"3

Le classement complet sera disponible ici.

 

Article suivant
LIVE WRC: Suivez le Rallye de Sardaigne en direct

Article précédent

LIVE WRC: Suivez le Rallye de Sardaigne en direct

Article suivant

Citroën pourrait retirer Ogier du Rallye de Sardaigne

Citroën pourrait retirer Ogier du Rallye de Sardaigne
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye de Sardaigne
Catégorie Jour 1
Auteur Jean-Philippe Vennin
Soyez le premier à recevoir toute l'actu