Evans : "Tout peut arriver" à Monza pour le titre

Comme en 2020, le titre mondial se jouera lors du Rallye de Monza entre les deux pilotes Toyota, Sébastien Ogier et Elfyn Evans. À la différence que le Gallois sera, cette fois, le chasseur et non plus le chassé !

Evans : "Tout peut arriver" à Monza pour le titre

Elfyn Evans a conservé ses espoirs de titre mondial en terminant deuxième du Rallye d'Espagne, à 24"1 secondes du vainqueur Thierry Neuville. Au championnat, il n'était pourtant pas donné favori face à son coéquipier Sébastien Ogier qui n'avait besoin que de six points de plus pour s'assurer une huitième couronne planétaire. Le manque de confiance du Français ajouté à sa solide performance lui ont toutefois permis de revenir à 17 points au classement, et d'ainsi maintenir ses chances en vie avant de se rendre à Monza du 18 au 21 novembre prochains.

Hasard du calendrier, l'épreuve italienne, qui a intégré le calendrier WRC pour la seconde saison consécutive en raison de la crise sanitaire, décernera à nouveau le titre au terme d'un duel opposant encore les deux pilotes Toyota Gazoo Racing. Le scénario sera cependant diamétralement opposé par rapport à l'an passé puisque c'est le Gallois qui menait le championnat (avec 14 points d'avance) en arrivant en Lombardie. Il avait ensuite commis une erreur sur une des spéciales disputées hors de l'autodrome sur la neige, et offert sur un plateau le titre au Gapençais.

"Mes pensées sont qu'il [le titre] est toujours possible et c'est probablement une situation très similaire à l'année dernière, sauf que la chaussure est sur l'autre pied", a déclaré Evans. "Nous savons que tout peut arriver, mais nous savons aussi que Seb est un gars assez intelligent et qu'il faudra quelque chose d'assez radical pour le dépasser, mais cela dit, ce que nous devons faire à Monza est assez clair."

Avec des rôles désormais inversés, Evans garde en tête qu'il faudra livrer une nouvelle grosse performance en Italie, sans exclure également qu'un coup de pouce d'Ogier pourrait faire basculer la fin de saison en sa faveur.

"Dix-sept points, c'est encore un grand écart, donc nous devons y aller et essayer de gagner, et la Power Stage pourrait aussi être cruciale", a-t-il rappelé. "En fin de compte, il faudra une erreur ou un problème de Seb pour être champion, mais tout peut arriver."

Bien qu'étant deuxième en Espagne, Evans a fait part de sa frustration de n'avoir pu reprendre que sept points à son rival, surtout après son début de rallye (trois meilleurs temps vendredi matin) maîtrisé. Leader, il a ensuite eu du mal à trouver le bon set-up et n'a rien pu faire face au retour de Neuville dans l'après-midi où une erreur (ES5) aurait pu même mal se terminer.

"Cela aurait dû être plus [de sept points gagnés]", a-t-il affirmé. "C'est comme ça maintenant. Nous allons l'examiner et nous connaissons déjà certaines des raisons. Le vendredi, lors du premier passage, la route était encore très propre, ce qui nous a permis de rouler avec une voiture qui ressemblait un peu à une voiture de course et d'avoir de bonnes sensations. Mais malheureusement, dans l'après-midi, nous avons eu plus de gravier sur les routes et j'ai vraiment eu du mal à me sentir à l'aise dans la voiture pour être honnête."

"Bien sûr, je me suis fait une chaleur vendredi, ce qui m'a coûté cher en terme de perte de confiance et de temps. Nous avons essayé de travailler sur les problèmes que nous avons rencontrés vendredi après-midi pour améliorer la voiture, mais malheureusement nous avons fini par faire de petites améliorations, mais nous avons en fait perdu un peu d'équilibre dans la voiture, ce qui a entraîné un sous-virage. J'ai vraiment eu du mal à me sentir à l'aise, donc ça a été un week-end frustrant de ce côté-là."

Lire aussi:

partages
commentaires
La victoire de Neuville aurait pu s'envoler avec "une voiture en feu"
Article précédent

La victoire de Neuville aurait pu s'envoler avec "une voiture en feu"

Article suivant

L'Espagne, un rallye difficile mais une "étape positive" pour Ogier

L'Espagne, un rallye difficile mais une "étape positive" pour Ogier
Charger les commentaires