La FIA étudie un retour du WRC en Argentine

Le WRC pourrait faire l'année prochaine son retour en Argentine, alors que la FIA étudie les possibilités de renouer avec une manche sud-américaine en 2023.

La FIA étudie un retour du WRC en Argentine

Le Rallye d'Argentine est absent du calendrier WRC depuis 2019. L'édition 2020 a été annulée en raison de la crise du COVID-19 et l'épreuve n'a pas été réintégrée l'année dernière compte tenu des difficultés toujours posées par la pandémie, la discipline se concentrant sur un programme évitant au maximum les longs déplacements outre-mer. 

En 2021, le Safari Rally au Kenya est la seule manche qui s'est disputée hors d'Europe. Pour 2022, cette proportion doit à nouveau évoluer positivement puisque parmi les 13 rendez-vous programmés à ce jour, le WRC prévoit de se rendre en Nouvelle-Zélande et au Japon. Néanmoins, l'Amérique du Sud est toujours absente et la FIA aimerait renouer avec ce territoire dès que possible.

Avant d'être victime de la crise, le Rallye d'Argentine était une épreuve majeure et historique du Championnat du monde. Apparu en 1980, il n'avait été mis de côté qu'en 1995 et 2010 avant son annulation dix ans plus tard. L'espoir de le réintégrer est désormais soutenu par la FIA, qui a ouvert des négociations avec les promoteurs en vue de la saison 2023, tout en rappelant que le premier pas doit d'abord être fait localement. 

"Oui, nous négocions", a confirmé Mohamed Ben Sulayem, nouveau président de la Fédération internationale de l'automobile. "Avant toute chose, j'ai piloté quelques fois en Argentine, donc j'y ai de bons souvenirs pour ce qui est de la manière dont le sport automobile y est accepté, mais aussi par les résultats que j'ai eus. Ce sont toujours des bons souvenirs. L'Argentine est un grand pays. L'Argentine a une culture des sports mécaniques et du rallye en particulier."

"Au-delà de ça, nous devons davantage dialoguer avec le promoteur, avec la fédération nationale, ce qui est très important. Il faut de la stabilité et de la viabilité pour les épreuves. J'étudie les contrats. Mais si l'on fait venir le WRC en Argentine, ce n'est pas nouveau. Il y est déjà allé. Nous devons juste travailler sur quelque chose qui doit venir d'eux-mêmes, venir du gouvernement, de la FIA et du promoteur. Nous verrons bien. L'eau ne monte pas, elle descend, donc ça doit venir du gouvernement. Je crois qu'ils ont une grande histoire et une grande implication dans le rallye."

Propos recueillis par Sergio Lillo

Lire aussi :

partages
commentaires
Neuville ne craint pas de déstabilisation chez Hyundai
Article précédent

Neuville ne craint pas de déstabilisation chez Hyundai

Article suivant

Ott Tänak croit dans les chances de Hyundai pour 2022

Ott Tänak croit dans les chances de Hyundai pour 2022
Charger les commentaires