La FIA juge que les équipes WRC seront prêtes pour 2022

Après la simulation de rallye réalisée par Hyundai avec son prototype hybride, la FIA se dit confiante dans le fait que les constructeurs du WRC seront prêts à temps pour le coup d'envoi de la prochaine saison, qui verra la mise en place de la réglementation Rally1.

La FIA juge que les équipes WRC seront prêtes pour 2022

Yves Matton, directeur des rallyes à la FIA, et Jérôme Touquet, directeur technique, ont assisté avec une petite délégation de la Fédération internationale de l'automobile à la simulation de rallye réalisée par Hyundai durant trois jours, la semaine dernière dans le nord de l'Italie.

Si Toyota, Hyundai et M-Sport Ford ont tous mené des essais avec les voitures destinées à la saison 2022 afin de préparer la nouvelle ère du WRC, Hyundai est le premier constructeur à soumettre son prototype hybride à la simulation d'un rallye complet, avec un programme comprenant des spéciales, des sections de routier, des zones exclusivement réservées à l'utilisation de l'énergie électrique et des assistances. Ce test, qui a permis de couvrir 1485 km, rentrait dans l'allocation de 30 jours d'essais dont dispose Hyundai pour sa voiture de 2022 et d'autres essais sont prévus cette semaine pour la version finale de la i20 Rally1.

Cette expérience a mis en évidence des problèmes de jeunesse de la nouvelle technologie hybride, cependant la voiture a bel et bien été au bout de cette simulation de rallye. Yves Matton est donc confiant quant au fait que les trois constructeurs sont dans les temps dans leur préparation du Rallye Monte-Carlo, qui lancera la saison 2022 du 20 au 23 janvier, alors que la mise en place d'un changement de règles aussi profond dans une période toujours perturbée par la pandémie de COVID-19 a fait craindre qu'ils puissent avoir du mal à être prêts à temps. Yves Matton s'est dit satisfait de ce qu'il a vu en Italie, mais il admet que toutes les équipes ont encore beaucoup de travail pour affiner à la fois les performances et la fiabilité de leurs nouvelles voitures.

"Tout semble bien fonctionner pour tous les constructeurs", a déclaré Yves Matton à Motorsport.com. "Quand on n'est pas impliqué en profondeur et en interne, il est toujours difficile de savoir où ils en sont. Ce que nous avons vu au cours de ces trois jours, c'est qu'ils ont semblé capables de faire un rallye complet, ce qui est le résultat le plus important, et ce sans aucun problème majeur. Le Monte-Carlo sera la première étape, puis après cela ils continueront à améliorer les voitures, leurs performances et leur fiabilité, mais il semble n'y avoir aucune inquiétude quant au fait que les voitures seront bien là et qu'elles pourront montrer quelque chose d'intéressant au Monte-Carlo."

Thierry Neuville, Hyundai World Rally Team, Hyundai i20 Coupe WRC

"Ce qui est très sympa à voir, c'est que [la Rally1] ressemble aux voitures que nous avons actuellement et que l'on peut voir dans les spéciales, elle est très similaire aux voitures actuelles, qui sont excitantes aujourd'hui pour nos fans, mais en plus on peut maintenant traverser les villages sans aucun son et montrer le type de voitures [hybrides] que les constructeurs vendent aujourd'hui."

Le test a bel et bien mis en évidence un certain nombre de problèmes, parmi lesquels la facilité avec laquelle la voiture peut passer d'une alimentation totalement électrique au moteur à combustion interne, un problème que Thierry Neuville a signalé à la FIA pendant ces essais. Malgré un certain nombre de problèmes mineurs, le pilote belge estime que le nouveau châssis, plus résistant, a du potentiel et qu'il sera plus sûr que l'actuel.

Neuville affirme cependant qu'il est loin d'être prêt pour le Rallye Monte-Carlo et souligne que davantage de tests sont nécessaires afin de s'adapter à ces nouvelles machines hybrides. "Il va clairement y avoir beaucoup plus de tests. Je pense que nous devons en être peut-être quelque part au milieu", a-t-il expliqué après le test.

Lire aussi :

Un compromis à trouver pour la position du copilote

Un autre aspect qui a suscité des inquiétudes avec ces nouvelles voitures est la position du copilote, qui sera désormais à la même hauteur que le pilote au lieu d'être assis plus bas actuellement pour des raisons de centre de gravité. La FIA a choisi d'élever la hauteur du baquet de droite après que des études ont révélé qu'une position plus haute améliorerait la sécurité du copilote.

Yves Matton a confirmé que la FIA discute de la position des copilotes et que des changements ont été mis en place, mais il a admis qu'un compromis devra être trouvé. "Nous échangeons avec les copilotes et nous l'avons fait également au Rallye d'Espagne. Nous essayons de trouver le meilleur compromis avec les retours qu'ils nous apportent. Nous avons changé certaines choses par rapport à ce qui pouvait être fait, mais il s'agit toujours d'un compromis entre la sécurité et le confort du copilote. Il est certain que nous tenons compte de leurs retours, [qui sont] intéressants."

partages
commentaires

Related video

Neuville : "Une expérience très utile" pour préparer 2022
Article précédent

Neuville : "Une expérience très utile" pour préparer 2022

Article suivant

Ott Tänak renonce au Rallye de Monza

Ott Tänak renonce au Rallye de Monza
Charger les commentaires