Ingrassia - "Un état d'esprit quasi militaire"

partages
commentaires
Ingrassia -
Par : Jean-Philippe Vennin
18 oct. 2016 à 13:30

Ainsi le complice de Sébastien Ogier, qui occupe désormais seul le deuxième rang des copilotes les plus titrés en Championnat du monde des Rallyes, qualifie-t-il la façon dont le duo a abordé et disputé la saison 2016.

Les vainqueurs Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Julien Ingrassia, Sébastien Ogier, Volkswagen Polo R WRC, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Les vainqueurs Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo R WRC, Volkswagen Motorsport

Avant cette analyse effectuée un peu à froid, c'est toutefois bien l'émotion qui a submergé Julien Ingrassia après l'obtention de cette quatrième couronne mondiale.

"On avait eu le temps de se faire à l'idée que le titre allait arriver et j'ai été surpris de voir que l'émotion qui a ressurgi à l'arrivée était malgré tout très forte”, dit-il en effet. “Ça venait des tripes, c'était un moment de joie intense. Il faut dire que la saison a été particulièrement difficile, il nous a fallu de la ténacité et de la patience pour, encore plus que les autres années, ne rien laisser au hasard. C'est la récompense d'une énorme dose de travail."

"On est deux dans la voiture, mais on n'oublie jamais que c'est grâce à chaque membre de l'équipe que l'on peut obtenir ces résultats. Je souhaite donc les associer tous à cette victoire, et notamment Jan, notre ingénieur, qui n'a pas pu être à nos côtés en Corse et en Espagne pour des raisons personnelles. On attend désormais de rapporter le titre Constructeurs à Volkswagen. À titre personnel, je pense à mes amis de toujours, qui sont immanquablement à mes côtés pour me soutenir et célébrer ces moments extraordinaires.”

Aux côtés de Sébastien Ogier, avec lequel cette saison marquait le dixième anniversaire de sa collaboration, Ingrassia a connu une nouvelle année prolifique en dépit du fait de n'avoir remporté aucun rallye sur la terre. Qu'on en juge : en 11 épreuves, tous deux ont signé neuf podiums et cinq victoires, pour coiffer cette nouvelle double couronne à deux manches de la fin de saison.

S'il fallait décrire ce titre en un mot, ce serait l'esprit”, déclare le natif d'Aix-en-Provence. “Cela a été un dur travail. Cette saison plus que les autres, on s'est astreint à une discipline presque militaire. On a tout contrôlé encore plus que d'habitude, on est allé encore plus dans le détail pour nos notes et c'était le seul moyen pour nous d'espérer pouvoir décrocher la timbale.”

On n'avait pas le temps de se relâcher, mais on s'est dit : ‘OK, on sait qu'on veut gagner ce championnat, et on sait qu'il nous faut l'assurer.’ La façon dont nous abordions les courses, dont nous réglions la voiture... Nous avons travaillé très dur et cela me rend vraiment fier.”

Peu après l'arrivée, dimanche, Ingrassia avait déjà insisté sur “les efforts et l'énergie qu'on a dépensés cette année parce que ce n'était pas du tout gagné au début de la saison”, pour décrire au micro de la RTBF ce qui différentiait ce titre des trois précédents. “Je le comparerais à une bouteille de vin qui a bien vieilli et qui a demandé du labeur, mais qui a une saveur énorme.”

Interrogé sur ce que l'équipage qui forme avec Ogier avait de plus que les autres, il avait répondu : “Si on regarde une saison comme celle-là, c'est de ne pas sortir, ne pas faire d'erreur et rouler très vite. Vu comme ça, c'est facile à dire, il y en a plein qui sont très rapides, même peut-être plus que nous intrinsèquement, mais on l'a vu, ils font de petites erreurs à répétition, de petites boulettes.”

On a tout donné, on a aussi bénéficié des boulettes des autres, ça n'a jamais été le même qui a été à la deuxième place au championnat. Sans ça, je pense que la saison aurait été encore plus compliquée pour nous.”

Accent sur la sécurité

Ingrassia a concédé toutefois que l'opposition paraît de plus en plus relevée d'une saison à l'autre.

Maintenant ils [les autres] ont compris, il y a un bon niveau, on a vu sur ce Rallye de Catalogne qu'il y avait plusieurs personnes capables de faire des scratchs”, dit-il.

En bon copilote qui se respecte et garde les pieds sur terre, Ingrassia, qui s'est réjoui lors de la conférence de presse d'après rallye de la présence de Sven Smeets, le nouveau directeur de Volkswagen Motorsport avec lequel “nous travaillons depuis le début de notre carrière [chez Citroën]”, a aussi souligné les efforts effectués en Espagne en matière de sécurité.

On a vu quelques scènes intéressantes ce week-end”, a-t-il déclaré, faisant sans doute référence notamment au crash d'Andreas Mikkelsen. “Tout peut arriver dans un accident lors d'une course, mais on a vu les barrières enfoncées dans le sol et cela a aidé un petit peu à s'assurer que le crash ne soit pas trop grave. Cela montre au monde entier que ce que nous faisons en termes de sécurité avec la FIA va dans la bonne direction, et nous voulons continuer à pousser dans ce sens.”

Seul avec quatre titres

Si son pilote a rejoint dimanche Tommi Mäkinen et Juka Kankkunen avec quatre titres mondiaux, Julien Ingrassia est pour sa part devenu le seul copilote à atteindre ce score. En effet, Mäkinen avait partagé ses titres avec Seppo Harjanne et Risto Mannisenmäki de 1996 à 1999. Et Kankkunen, après trois couronnes acquises aux côtés de Juho Piironen en 1986, 1987 et 1991, avait, en raison d'ennuis de santé de ce dernier, disputé la fin de saison 1993 avec Denis Giraudet puis Nicky Grist.

Julien Ingrassia n'est donc plus devancé que par Daniel Elena et ses neuf titres...

 

Prochain article WRC
Sordo - "Ogier était plus rapide..."

Previous article

Sordo - "Ogier était plus rapide..."

Next article

Hänninen confirmé par Toyota pour 2017

Hänninen confirmé par Toyota pour 2017

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye d'Espagne
Pilotes Sébastien Ogier
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Réactions