Jari-Matti Latvala a-t-il déjà perdu toute chance de titre ?

Plus encore qu'en 2015, le Finlandais de Volkswagen voit son équipier et adversaire Sébastien Ogier prendre le large au championnat après les deux premier rallyes.

Jari-Matti Latvala a-t-il déjà perdu toute chance de titre ?
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Volkswagen Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport

Il y aurait de quoi se taper la tête contre les murs. Alors qu'un début de saison meilleur que celui de l'année dernière était la condition sine qua non pour permettre à Jari-Matti Latvala de se maintenir dans la course au titre si Sébastien Ogier continuait quant à lui sur sa lancée victorieuse, le Finlandais se retrouve dans une situation pire encore que ce qu'elle était il y a tout juste un an.

Si le Monte-Carlo 2015 s'était conclu pour lui sur une 2e place, même à bonne distance d'Ogier, plusieurs erreurs sont venues contrarier son parcours cette année sur la manche inaugurale de la saison et sa mésaventure lorsqu'il a heurté un spectateur - même à vitesse réduite - puis poursuivi sa route sans s'arrêter a semblé indiqué qu'une certaine fébrilité était toujours présente en lui.

Un Rallye de Suède tout aussi calamiteux fait que Latvala se retrouve aujourd'hui avec un zéro pointé au championnat quand Sébastien Ogier a déjà engrangé le maximum de points possible (56, grâce à deux victoires assorties de deux meilleurs temps dans la Power Stage) tandis qu'Andreas Mikkelsen, le troisième pilote Volkswagen, en compte pour sa part 33 et occupe la 2e place.

Sauf que cette fois, Latvala n'y est pour rien. Car la malchance est venue à son tour se mettre en travers de son chemin, d'où, peut-être, cette envie pour lui de se taper la tête contre les murs. Le week-end dernier, Latvala et son copilote Miikka Anttila ont tout perdu dès la toute première spéciale de Torsby, le vendredi matin.

"À environ deux kilomètres de l'arrivée de la spéciale, j'ai souffert d'un dysfonctionnement de l'arbre de transmission avant-gauche après un saut", expliquait le pilote en fin de journée. "Piloter avec seulement les roues arrières motrices dans de telles conditions météo est quelque chose de très difficile, et il m'était impossible de ne pas perdre énormément de temps. Le rallye était pour ainsi dire terminé avant même d'avoir commencé."

En effet, c'est par valises pleines à ras-bord que son retard a grandi au fil des spéciales suivantes, pour se porter à près de six minutes et demie après la cinquième des six prévues ce jour-là (ES8). Et ce n'était pas fini.

"Puis, on a connu un dégât sur la suspension dans la dernière spéciale de l'après-midi", a poursuivi Latvala. "C'est évidemment déprimant, mais, en bon sportif, il faut regarder devant et essayer d'attaquer encore la prochaine fois."

La prochaine fois, c'est-à-dire le lendemain. Sauf que quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

"J'avais de grosses ambitions pour aujourd'hui [samedi]", racontait-il quelques heures plus tard. "Hélas, la journée a aussi mal débuté que celle d'hier s'était achevée, avec une crevaison dans la première spéciale."

La suite s'est un peu mieux déroulée avec une position favorable sur la route et trois meilleurs temps complétés par un 2e chrono sur les quatre spéciales restantes. Pour l'honneur.

"C'était important, car on se exige énormément de soi-même après un début comme celui-là", dit-il. "À ce moment, je ne pouvais que croiser les doigts pour que mes équipiers apportent la victoire à Volkswagen."

Même si cela peut paraître incongru après seulement deux manches disputées dans une saison qui en compte 14, les malheurs de Latvala et la forme étincelante affichée par Sébastien Ogier, l'homme à battre du Championnat qui dit le considérer comme son "plus dangereux rival", font que la question se pose peut-être déjà de savoir si le Finlandais a encore une chance d'inverser le cours des choses. Car il lui faudrait pour cela une réussite insolente, doublée d'une période de vaches maigres pour Ogier et cela sans qu'un autre pilote - Mikkelsen par exemple - n'inscrive trop de points...

La réponse, on l'espère, est non. Latvala n'a pas encore perdu le championnat. Reste qua dans sa situation, il n'a sans doute pas mieux à faire qu'enchaîner les rallyes, et si possible les victoires, sans penser aux points. À commencer par celui du Mexique, le premier week-end du mois de mars.

"Naturellement, mon deuxième rallye à la maison, ici en Suède, ne s'est pas passé comme prévu et la pilule est toujours un peu dure à avaler", a conclu Latvala, qu'un passage en première position dans la Power Stage de dimanche a même empêché de grappiller quelques points de bonus. "Mais il est important, aussi, de souligner les aspects positifs du week-end. La voiture était fantastique, nous étions totalement dans le coup et l'avons prouvé avec quelques meilleurs temps en spéciale. Nous aurons une position avantageuse sur la route au Mexique, et devrons en faire bon usage."

partages
commentaires
Breen - "L'impression d'être au cœur d'un jeu vidéo"

Article précédent

Breen - "L'impression d'être au cœur d'un jeu vidéo"

Article suivant

Diapo - Le film du 65e Rallye de Suède

Diapo - Le film du 65e Rallye de Suède
Charger les commentaires