Lefebvre - "Des changements d'adhérence tous les 300 mètres..."

Le jeune Français et son nouveau copilote, Gabin Moreau, ont terminé à la 5e place d'un Monte-Carlo plus vrai que nature - avec conditions changeantes et pièges à tous les virages.

Lefebvre - "Des changements d'adhérence tous les 300 mètres..."
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total WRT
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total WRT
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team sur le podium
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre et Kris Meeke, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team

Intégré pour 2016 à l'Abu Dhabi Total World Rally Team, qui prend le relais de Citroën Racing en cette année sabbatique pour l'équipe française - du point de vue de la compétition, en tout cas -, Stéphane Lefebvre ne disputera pas l'intégralité du championnat. Raison de plus pour ne laisser passer aucune des opportunités qui se présenteront à lui de se mettre en valeur.

Le week-end dernier, il a parfaitement rempli sa mission en terminant 5e de ce qui aurait pu être, simplement, son troisième rallye sur asphalte au volant d'une DS3 WRC après la Catalogne et le Tour de Corse en 2015. Aurait pu, oui, car ce cru 2016 n'a finalement offert des spéciales sur goudron sec que dans la seule matinée de dimanche, et encore.

"La spéciale du col du Turini était plus humide que je ne l’aurais pensé et j’ai assuré dans la descente", expliquait-il en effet dimanche, à l'arrivée du rallye. "Pourtant, je réalise le troisième temps! C’est bien de finir le rallye sur cette bonne note."

Et comment : c'est dans cette spéciale mythique et encore piégeuse par endroits, donc, qu'il s'est rapproché le plus des meilleurs en concédant moins d'une demi-seconde au kilomètre.

À vrai dire, j’avais trouvé ce rallye presque facile l’an dernier. Mais cette fois, c’était incroyablement compliqué

Stéphane Lefebvre, 5e du Monte-Carlo 2016

Le vrai test avait été la journée précédente, durant laquelle le Monte-Carlo n'avait ressemblé en rien à ce que le jeune pilote du Pas-de-Calais avait rencontré il y a un an, lorsqu'il s'y était imposé dans la catégorie WRC2 en compagnie de son copilote d'alors, Stéphane Prévot.

"Jamais je n’avais rencontré des conditions aussi difficiles que ce matin!", disait-il en fin d'étape, samedi soir. "À vrai dire, j’avais trouvé ce rallye presque facile l’an dernier. Mais cette fois, c’était incroyablement compliqué, avec des changements d’adhérence tous les 300 mètres... Je n’arrivais pas à trouver le feeling entre le moment où il fallait attaquer et les portions où il fallait assurer."

"Nous avons bien travaillé avec l’équipe à l’assistance de mi-journée et j’ai pu hausser mon rythme avec une voiture plus facile à piloter. Je suis particulièrement heureux de ma performance dans Sisteron-Thoard [ES8]. La route était totalement sèche et j’étais à l’aise avec ces conditions constantes. Je suis également content d’être dans le top cinq, c’était mon objectif initial."

En termes de contrariétés, la journée de vendredi avait finalement été la plus difficile pour Lefebvre en raison d'un tête-à-queue dans l'ES4 (la deuxième spéciale de la matinée après les deux disputées la veille au soir) puis une casse de la barre anti-roulis dans l'ES7 de l'après-midi, suivie d'une pénalité de 20 secondes pour pointage en retard après la réparation. Il avait conclu la première étape à la 8e place. Le lendemain, une erreur de Dani Sordo, qui le précédait au classement et a heurté un talus, puis les abandons de son coéquipier Kris Meeke et de Jari-Matti Latvala, lui ont permis d'intégrer le top cinq pour ne plus en bouger durant les trois dernières spéciales du dimanche matin.

"Dans la continuité de notre performance dans Sisteron-Thoard, samedi soir, j’ai continué à aligner des temps dans le top cinq tout au long de cette quatrième journée", expliquait-il de retour à Monaco. "Je suis évidemment très heureux de terminer dans le top 5, surtout au terme d’un rallye aussi difficile. Je manquais d’expérience lorsque le niveau d’adhérence changeait sans cesse et c’était alors compliqué de trouver le bon rythme. Lorsque les conditions sont devenues plus constantes, j’ai pu tirer parti de mon expérience de la fin de saison 2015."

Une autre satisfaction pour Lefebvre, et pour son copilote Gabin Moreau, était sans doute de terminer en aussi bonne place le premier rallye de leur association nouvellement formée. Il est d'ailleurs à souligner, car cela n'est pas si fréquent, que trois des pilotes classés dans le top cinq du Monte-Carlo avaient une nouvelle "moitié" à leurs côtés : Andreas Mikkelsen, Mads Østberg et, donc, Stéphane Lefebvre.

Ce dernier ne sera pas du voyage en Suède, en tout cas pas pour y disputer la deuxième manche de la saison (Craig Breen et Khalid Al Qassimi y rejoindront Kris Meeke), se contentant d'y effectuer les reconnaissances. Exercice obligé et capital dans l'optique d'un éventuel volant chez Citroën en 2017.

partages
commentaires
Mikkelsen fait encore un peu plus d'ombre à Latvala

Article précédent

Mikkelsen fait encore un peu plus d'ombre à Latvala

Article suivant

Pourquoi Kris Meeke a sauvé le Monte-Carlo 2016

Pourquoi Kris Meeke a sauvé le Monte-Carlo 2016
Charger les commentaires