Les jeunes pousses de Ford ravies de passer à la vitesse supérieure

Les pilotes M-Sport ne seront pas dépaysés, ce soir et surtout à partir de vendredi matin, en attaquant les spéciales rapides de Pologne. Après l’arrivée du Rallye de Sardaigne, Elfyn Evans et Ott Tänak sont en effet restés en Italie pour d’intensives séances de tests de la Ford Fiesta WRC sur asphalte.

Comme leurs adversaires des équipes Volkswagen, Citroën et Hyundai, les deux jeunes pilotes ne sont pas mécontents de retrouver des spéciales roulantes et rapides ce week-end.

C’est un peu un choc de se retrouver là après une série de rallyes relativement lents,” confirme Evans, qui a dû rebâtir sa confiance après sa mauvaise passe au Portugal. “C’est toujours un défi de retrouver des spéciales plus rapides, d’autant plus qu’il y en a beaucoup de nouvelles cette année.”

Les vitesses sont si élevées qu’il faut des notes très précises dans lesquelles on a toute confiance,” ajoute Tänak, qui adore les spéciales rapides. “À la moindre erreur, elles sont très difficiles à corriger. À la moindre hésitation, on perd beaucoup de vitesse et de temps.”

À la moindre erreur, les notes sont très difficiles à corriger. À la moindre hésitation, on perd beaucoup de vitesse et de temps

Ott Tänak

En revanche, à l’inverse de la plupart de leurs rivaux, l’un et l’autre ne sont pas certains que la position sur la route sera forcément un avantage ou un désavantage, ni que les routes seront beaucoup plus creusées lors du second passage des voitures.

L’an dernier, on a vu un peu tout et son contraire en ce qui concerne le balayage des routes,” rappelle le Gallois. “Il y en a eu beaucoup sur certaines spéciales, tandis que d’autres nous jouaient des tours et devenaient plus lentes” au fur et à mesure du passage des concurrents.

“Il faut attendre pour voir ce que ça donnera cette année, mais quoi qu’il en soit, nous partons au milieu du paquet [en 5e position, quand même],” poursuit-il. ”Nous ne tirerons pas un avantage optimum du balayage de ceux qui s’élancent devant nous, mais ne devrions pas être trop défavorisés si les routes se détériorent.”

L'an dernier, on a vu un peu tout et son contraire avec le balayage des routes. Il y en a eu beaucoup sur certaines spéciales, d'autres nous ont joué des tours en devenant plus lentes

Elfyn Evans

Tänak, vainqueur l’an dernier de la catégorie WRC2 en Pologne sur une Ford Fiesta R5, est sur la même longueur d’onde.

Nous serons la 11e voiture sur la route, et nous verrons bien si c’est un avantage ou un désavantage,” répète-t-il. “Beaucoup dépendra de la météo et des conditions [le soleil et des températures avoisinant les 25°C, voire 30°C samedi après-midi, sont attendus].”

Les spéciales sont assez roulantes, mais je pense qu’elles le seront tout autant lors des seconds passages et j’espère que ça ne nous gênera pas trop. Mais quelles que soient les conditions, il faudra faire du mieux possible avec,” conclut l’Estonien avec un certain bon sens...

A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye de Pologne
Pilotes Ott Tänak , Elfyn Evans
Type d'article Preview
Tags ford, pologne, wrc