WRC
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé

Loeb : "Je prends le risque de me faire critiquer"

partages
commentaires
Loeb : "Je prends le risque de me faire critiquer"
Par :
31 oct. 2019 à 15:10

En devenant pilote WRC à temps partiel pour Hyundai, Sébastien Loeb accepte la contrepartie qui va avec : celle de ne plus gagner et de subir des critiques malgré ses neuf titres de Champion du monde.

Recruté par Hyundai il y a un an pour participer à un programme partiel, Sébastien Loeb a bouclé il y a quelques jours le dernier de ses six rallyes WRC au menu avec le constructeur sud-coréen. En Catalogne, où il a décroché sa dernière victoire avec Citroën en 2018, le nonuple Champion du monde s'est d'abord surpris lui-même lors de la journée disputée sur terre, mais il a ensuite déchanté sur l'asphalte, cette surface pourtant réputée comme son point fort.

Lire aussi :

Leader le vendredi soir après les six spéciales sur terre, Loeb affirme avoir été étonné par son niveau de performance. "Avant le rallye, je ne pensais pas pouvoir avoir ce rythme sur la terre face à nos rivaux", explique-t-il dans une chronique sur son site officiel. "Mais très rapidement, je me suis senti super à l’aise avec la voiture et j’ai pu me lâcher comme à la grande époque en faisant notamment une spéciale d’anthologie le vendredi soir. J’ai tout donné du premier au dernier mètre ! Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas tenu un tel rythme sur 38 kilomètres !"

"Suis-je devenu un pilote terre ?"

Sans rêver de victoire, Loeb a conclu le vendredi soir qu'il serait possible de "signer au moins un podium", sachant que son rôle premier cette année demeure d'être au soutien de Thierry Neuville et d'aider Hyundai à décrocher le titre mondial des constructeurs. Mais comme il le confesse lui-même, "la suite a été bien plus compliquée que prévu" lorsque tout le monde est passé le samedi en mode asphalte.

Sébastien Loeb, Daniel Elena, Hyundai Motorsport Hyundai i20 Coupe WRC

"Nous n’avons jamais réussi à signer le moindre bon temps sur l’asphalte", déplore-t-il. "Autant au premier tour le samedi, je savais où je pouvais en gagner, je n’étais pas plus affolé que ça. Même si nous en avions pris un peu trop à mon goût. Mais nous étions toujours deuxièmes à la mi-journée. Nous partons donc sur le deuxième tour en sortant la grosse attaque. Je me sentais bien dans la voiture et vraiment, j’ai roulé très fort. Au moins aussi fort que l’an dernier. Non... Plus fort que l’an dernier ! Et à chaque point stop, le verdict est brutal !"

"Suis-je devenu un pilote terre ? Peut-être ! Mais je ne pense pas non plus avoir perdu toutes mes capacités sur le tarmac. Et le manque de performance pure, notamment dans le 'sinueux', était criant. Très vite avec l’équipe, nous avons compris que quelque chose clochait... Mais nous n’avons pas réussi à mettre le doigt dessus avant la fin du rallye. [...] Je sais que l’équipe va tout analyser pour essayer de comprendre et moi, de mon côté, je vais regarder toutes les caméras embarquées quand elles sortiront sur WRC+ pour comparer... Il y a clairement des spéciales où je ne sais même pas où gagner la moindre petite seconde."

Lire aussi :

Peu à peu, l'Alsacien et son copilote Daniel Elena ont vu le podium s'échapper, pour finalement terminer à la quatrième place après avoir résisté à Jari-Matti Latvala. Le podium, les deux hommes n'y auront donc goûté qu'au Chili cette année, mais le bilan de cette première année chez Hyundai reste pour eux positif. En dépit de l'Histoire et du palmarès record qu'il a à son actif, Loeb sait qu'il a fait un choix qui peut être néfaste pour son image, mais il poursuivra de la sorte en 2020, fidèle à ce qu'il souhaite réellement faire.

"Avec un programme partiel et un rallye tous les deux mois ou plus, nous ne pouvons pas espérer gagner tous les rallyes", convient Loeb. "Je prends le risque de me faire critiquer et je l’assume. Je pense n’avoir plus rien à prouver en rallye et nos deux seuls buts en prenant part à ce programme à mi-temps sont d’apporter notre expérience et notre aide à Hyundai pour décrocher le titre constructeurs mais aussi de prendre un maximum de plaisir à conduire ces WRC. Je suis conscient de la chance que j’ai de pouvoir piloter la i20 Coupe WRC et je profite de chaque seconde à son volant."

Article suivant
Toyota pourrait tenter de recruter Ogier pour remplacer Tänak

Article précédent

Toyota pourrait tenter de recruter Ogier pour remplacer Tänak

Article suivant

Officiel : Ott Tänak quitte Toyota pour Hyundai

Officiel : Ott Tänak quitte Toyota pour Hyundai
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Pilotes Sébastien Loeb , Daniel Elena
Équipes Hyundai Motorsport
Auteur Basile Davoine