Le manque de neige peut-il menacer le Rallye de Suède ?

La seule manche du calendrier censée être obligatoirement disputée dans des conditions hivernales peine depuis quelques années à trouver suffisamment de neige, ce qui lui vaut des critiques de la FIA et du promoteur du WRC.

Le manque de neige peut-il menacer le Rallye de Suède ?
Décor suédois
Mads Østberg, Ola Fløene, Ford Fiesta WRC
Elfyn Evans, Daniel Barritt, M-Sport Ford Fiesta WRC
Décor suédois
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Craig Breen, Scott Martin, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Décor suédois
Hayden Paddon, John Kennard, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport
Dani Sordo, Marc Marti, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Décor suédois
Mads Ostberg, Ola Floene, Ford Fiesta WRC
Décor suédois

Après une édition 2016 sur laquelle a plané le spectre d'une annulation jusqu'à la veille du départ en raison du manque de neige, et dont neuf spéciales avaient finalement dû être retirées du parcours, l'ensemble des acteurs du WRC, notamment dans les rangs des pilotes et des copilotes, a semblé se satisfaire des conditions rencontrées cette année – en dépit des remarques concernant des murs de neige pas suffisamment hauts ni fermes.

La couche de neige de quelques centimètres recouvrant les routes verglacées sur la quasi totalité des spéciales a fait également le bonheur dans les rangs des observateurs il y a un peu moins de deux semaines. Mais pas dans ceux de la Fédération internationale du sport automobile – ni, apparemment, du promoteur du WRC. Le président des rallyes à la fédération, Jarmo Mahonen, n'a ainsi pas caché son inquiétude, avançant l'argument de la sécurité.

"On doit être assuré que ce rallye se déroule sur la neige", a déclaré Mahonen à Autosport. "Ce n'est pas optionnel et nous serons fermes là-dessus. Nous manquons de neige [en Suède]. Quand nous avons des murs de neige, cela rend l'événement encore plus sûr. Les routes sont similaires à celles de Pologne et de Finlande, elles sont très rapides et il nous faut des murs de neige comme il nous faut de la neige et de la glace."

L'organisation a pris "trop de risques"

Malgré la recherche de spéciales plus au nord et à l'ouest pour trouver davantage de neige, jusqu'en Norvège où se déroulait cette année l'essentiel de la journée du vendredi, Mahonen pense que les organisateurs du rallye ont pris "trop de risques" ces dernières années concernant la localisation du parcours et des épreuves spéciales.

"Ils ont eu de la chance, mais maintenant, nous [la FIA] et WRC Promoter sommes très clairs : c'est un rallye sur neige", a insisté Mahonen. "Bien sûr, cela aide si vous êtes un bon organisateur, mais les circonstances doivent être réunies."

La réponse de l'organisation n'a pas tardé à venir, par la voix de la directrice de course du Rallye de Suède, Christina Lundqvist, qui a évoqué à demi-mot le problème du réchauffement climatique.

"La météo est un peu sens dessus dessous partout pour l'instant. Nous avons quelques endroits, beaucoup plus au nord qu'ici, où il est difficile d'avoir de la neige et où les températures sont plus élevées", a-t-elle déclaré, avant d'ouvrir son propos sur une éventuelle piste à creuser pour trouver une solution : "Tout comme se pose la question de la latitude, nous devons penser aussi davantage à l'altitude."

Les spéciales disputées près de la frontière norvégienne ou en Norvège étaient déjà les plus en altitude cette année. C'est d'ailleurs dans cette partie ouest de la Suède, dans les Alpes scandinaves, que se trouvent les plus hautes montagnes du pays, culminant à un peu plus de 2000 mètres.

Propos recueillis par David Evans

partages
commentaires
Le tour du monde de Gabin Moreau : Suède

Article précédent

Le tour du monde de Gabin Moreau : Suède

Article suivant

Mikkelsen a pris "un coup de poing dans la figure"

Mikkelsen a pris "un coup de poing dans la figure"
Charger les commentaires