WRC
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé

Meeke et Breen veulent finir en beauté

partages
commentaires
Meeke et Breen veulent finir en beauté
Par :
27 oct. 2016 à 08:25

Les pilotes des deux Irlande veulent conclure de la meilleure façon possible, sur leurs DS3 WRC, une saison 2016 déjà très convaincante pour l'un et l'autre.

Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Kris Meeke, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Les vainqueurs Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Kris Meeke et Paul Nagle, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Podium: Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, Volkswagen Motorsport (vainqueurs), Kris Meeke et Paul Nagle, Citroën World Rally Team (2e), Andreas Mikkelsen et Ola Floene, Volkswagen Motorsport (3e)
Craig Breen, Scott Martin, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Craig Breen, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Craig Breen, Scott Martin, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Les vainqueurs Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team, et les 3e Craig Breen, Scott Martin, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team
Craig Breen, Scott Martin, Au Dhabi Total World Rally Team
Craig Breen, Kris Meeke, Citroën DS3 WRC, Abu Dhabi Total World Rally Team

Pour leur dernière apparition en Championnat du monde des Rallyes cette année sur deux des Citroën de PH Sport engagées par Abu Dhabi Total World Rally Team (lesquelles seront au nombre de quatre ce week-end avec celles de Stéphane Lefebvre et Quentin Gilbert), Kris Meeke et Craig Breen espèrent tous deux un bon résultat dans le Rallye de Grande-Bretagne qui fera une très courte excursion en dehors du Pays de Galles et en territoire anglais.

L'un et l'autre ont de toute façon déjà réussi leur saison avec notamment deux victoires pour Meeke, au Portugal puis en Finlande, et une troisième place, en Finlande également, pour Breen. Mais ils attendent beaucoup de leur rallye national - ou quasi national pour Breen l'Irlandais - qui est sans doute à la fois pour eux le plus riche en symboles et celui qu'ils connaissent le mieux.

Dans les années 80, j’ai découvert le rallye à la télévision en regardant les Groupe B qui s’affrontaient sur les spéciales du RAC. C’est aussi le premier rallye de Championnat du monde que j’ai été voir en spectateur, en 1996 il me semble”, dit Meeke. “À l’époque, je m’émerveillais en voyant passer Colin McRae et Richard Burns. Être dans l’obscurité, sous la pluie et les pieds dans la boue n’avait pas la moindre importance !”

Puis j’ai disputé mon tout premier rallye sur les spéciales du Pays de Galles et c’est également là que j’ai fait mes débuts en WRC, en 2002. C’est le terrain que je connais le mieux et je m’y sens comme chez moi”, ajoute celui qui est incontestablement le Britannique le mieux placé pour succéder au palmarès à ces deux grands noms qu'il vient de citer.

Des souvenirs forts

Je me réjouis de retrouver ces spéciales, que j’ai empruntées à de nombreuses reprises dans le cadre du Championnat de Grande-Bretagne, ou de mes cinq participations au Wales Rally GB”, dit pour sa part Breen. “J’ai beaucoup de bons souvenirs, le plus fort étant mon titre en Junior WRC, obtenu en 2011 avec Gareth Roberts [son copilote tué l'année suivante dans une sortie de route, désormais remplacé par Scott Martin] qui était Gallois. D’ailleurs, la ligne de départ de Myherin - la première spéciale de cette édition - sera située à l’endroit exact où nous avions été sacrés !”

Position de départ délicate

Eu égard à son rôle de leader et à ses performances récentes, et pas seulement lors des rallyes qui l'ont vu s'imposer, Meeke sera logiquement le plus à suivre du duo pour la lutte en tête - lui qui rêve sans doute de gravir une marche supplémentaire du podium, par rapport à il y a 12 mois, mais qui se veut réaliste.

L’an passé, j’ai obtenu un bon résultat en terminant deuxième, mais nous savons tous que la météo et les ordres de départ ont plus d’importance que n’importe où ailleurs”, rappelle l'Irlandais du Nord, qui doit à l'annulation du Rallye de Chine d'être au départ de cette épreuve qui n'était initialement pas inscrite à son programme. “En toute logique, la première voiture [qui sera comme de coutume, vendredi matin, la Volkswagen de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia] a un énorme avantage. Ensuite, la trajectoire se ‘pommade’ irrémédiablement d’une couche de boue glissante... Sachant que nous nous élancerons en neuvième position [avec son copilote Paul Nagle], cela risque d’être très difficile pour nous.”

Des conditions prévisibles

Une des grandes questions avant cette 73e édition du célèbre “RAC” concerne la météo, en raison d'une date avancée par rapport à la tradition et à la grande majorité des dernières éditions. Si les prévisions n'annoncent exceptionnellement pas de pluie, Breen n'en sait pas moins à quoi s'attendre.

Cette année, même si le rallye est organisé quelques semaines plus tôt que d’habitude, je m’attends aux conditions habituelles : de la pluie, de la boue, du brouillard...”, dit-il. “Peut-être que nous aurons quelques rayons de soleil, mais ce serait étrange ! Les conditions de course auront une grande influence sur notre capacité à obtenir un bon résultat. Si notre dixième place sur la route devenait un avantage, je pense que je pourrais me battre pour le podium, comme en Finlande.”

Article suivant
Ogier se sent "comme à la maison" au Pays de Galles

Article précédent

Ogier se sent "comme à la maison" au Pays de Galles

Article suivant

Shakedown - Tänak devant deux Citroën

Shakedown - Tänak devant deux Citroën
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye de Grande-Bretagne
Pilotes Kris Meeke , Craig Breen
Auteur Jean-Philippe Vennin