Test Mikkelsen : une "tempête dans un verre d'eau" pour Hyundai

partages
commentaires
Test Mikkelsen : une
Par : Jean-Philippe Vennin
28 avr. 2017 à 09:12

Par la voix de son team manager, Hyundai Motorsport a balayé d'un revers de manche les craintes d'une domination exprimées par certains de ses rivaux, et quasiment exclu l'engagement d'une quatrième voiture cette année.

Hayden Paddon, John Kennard, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Alain Penasse, Team manager Hyundai Motorsport
Dani Sordo, Marc Marti, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Andreas Mikkelsen
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Hyundai Motorsport
Hayden Paddon, John Kennard, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Les vainqueurs Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 Coupe WRC, Hyundai Motorsport
Dani Sordo, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Hayden Paddon, Hyundai Motorsport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Hayden Paddon, John Kennard, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport

Sitôt l'annonce du test effectué par Andreas Mikkelsen, vendredi de la semaine dernière au Portugal, pour le compte de Hyundai, des spéculations avaient fait état de l'engagement d'une quatrième i20 Coupe WRC pour le Norvégien, dès le Rallye du Portugal justement. Mais ledit test ne débouchera sur rien de concret cette année, si l'on en croit le team manager de l'équipe du constructeur coréen, Alain Penasse.

"Pour être très clair, nos trois pilotes [Thierry Neuville, Hayden Paddon et Dani Sordo, ndlr] ont un contrat jusqu'à la fin de 2018 et en fait, l'histoire Mikkelsen a été une tempête dans un verre d'eau", a-t-il assuré à Motorsport.com. "Aucun de nos pilotes n'était en mesure de faire ce test, nous ne voulions pas être au Portugal pour deux jours seulement, Andreas était libre et nous avons une bonne relation avec son manager."

"Nous avons proposé qu'Andreas fasse ce test et il a décidé de le faire. Il était content de piloter à nouveau une voiture rapide et nous étions contents d'avoir un peu de retour technique de sa part, mais en fait, il n'y a rien de plus à dire sur Mikkelsen dans une Hyundai, et certainement pas sur une quatrième Hyundai cette année."

À leur arrivée en Argentine, des représentants d'équipes rivales de Hyundai n'avaient pourtant pas caché leurs craintes de voir celle-ci, si une quatrième voiture était engagée pour un pilote du calibre de Mikkelsen, exercer une domination rappelant celle de Volkswagen ces quatre dernières années.

"Nous sortons juste d'une période de domination et il faut se poser la question de savoir à quel point cela serait bon pour la discipline que ça se reproduise", avait déclaré une source de Motorsport.com. "Si Mikkelsen signait chez Hyundai, ce serait difficile pour n'importe quelle autre équipe d'y faire quelque chose."

"Le marché des pilotes est faible en ce moment. Nous avons de nombreux pilotes qui gravissent les échelons, mais il n'y en a pas beaucoup qui restent sur la touche, prêts à sauter [dans une WRC] et à être performants à haut niveau. Du point de vue du WRC, ce serait mieux qu'Andreas rejoigne Citroën ou Toyota – cela serait même plutôt bien."

"Nous ne sommes pas les seuls intéressés"

Ces propos trouvent justement un écho chez ceux d'Alain Penasse, qui a pour sa part ajouté : "C'est pareil partout sur le parc d'assistance. Il y a plein d'opportunités. Chez Citroën, Kris Meeke n'a pas de contrat pour l'année prochaine, donc ils cherchent. Le line-up de Toyota est faible, ils ont quelques bons résultats, mais tout le monde cherche à avoir un bon pilote dans son équipe. Quant à Malcolm [Wilson, directeur de M-Sport], il a Sébastien [Ogier] et Ött [Tänak], Tänak est impressionnant mais peut-être pas encore assez bon. Nous ne sommes pas les seuls intéressés [par Mikkelsen]."

Curieusement, notre interlocuteur n'a toutefois pas complètement écarté l'hypothèse d'une quatrième voiture, tout en soulignant que cela coûterait très cher et que celle-ci devrait impérativement être une version 2017.

"Nous avons déjà aligné une quatrième voiture [pour Kevin Abbring, ndlr], et nous pourrions le considérer", a-t-il rappelé. "Rien n'est décidé, mais ce serait beaucoup de travail et ça demanderait un gros budget. Il serait possible que nous fassions courir une voiture 2016 [en plus des 2017] car nous avons ces voitures, mais ce serait très, très compliqué. La voiture est différente, elle devrait avoir son propre camion avec toutes les pièces dedans, je dirais que le coût pour le faire serait vraiment prohibitif."

Quant à l'éventualité qu'un pilote, Mikkelsen pour ne pas le nommer, puisse apporter lui-même un budget pour disposer de cette voiture supplémentaire, Penasse l'a également fermement écartée.

"Ce ne sera jamais ce genre d'accord commercial", a-t-il assuré. "Pour ce type d'opération avec des clients, nous avons une voiture de la catégorie R5. Certaines équipes engagent des WRC [pour des privés], mais ce n'est pas ce que nous faisons."

Reste à savoir si les adversaires de Hyundai auront été totalement rassurés.

Avec David Evans et Federico Faturos

Prochain article WRC
ES2 à 4 - Evans en tête, hécatombe derrière lui

Previous article

ES2 à 4 - Evans en tête, hécatombe derrière lui

Next article

Ogier remporte la super spéciale d'ouverture

Ogier remporte la super spéciale d'ouverture

À propos de cet article

Séries WRC
Pilotes Dani Sordo , Andreas Mikkelsen , Hayden Paddon , Thierry Neuville
Équipes Hyundai Motorsport
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Actualités