M-Sport quittera le WRC si le passage à l'hybride est repoussé

L'équipe M-Sport a annoncé qu'elle quitterait le Championnat du monde des Rallyes si la règlementation hybride était repoussée à cause notamment des problèmes rencontrés avec certains éléments.

M-Sport quittera le WRC si le passage à l'hybride est repoussé

À partir de 2022, les Rally1 (actuelles WRC) devront répondre à la nouvelle règlementation hybride. Elles associeront alors un moteur thermique (1,6 litre turbo) à un système hybride développé par la société allemande Compact Dynamics.

Lancées désormais dans une course folle pour développer leurs nouvelles voitures en parallèle de la saison 2021, qui reprend ce week-end en Croatie, il est apparu que les trois équipes, inscrites en WRC jusqu'en 2024, ont toutes été contraintes de renvoyer leurs unités hybrides de tests à la demande du constructeur allemand la semaine dernière.

Au delà des délais déjà réduits à moins d'une année suite notamment à la crise sanitaire et au retard accumulé par la FIA, cet imprévu de taille a finalement fait naître les spéculations autour d'un éventuel report du passage à la nouvelle ère hybride. Une éventualité très mal reçue à Zagreb du côté de l'équipe M-Sport.

"Elle [la nouvelle règlementation] sera meilleure pour les spectateurs", a déclaré Richard Millener, directeur de M-Sport. "J'ai lu des articles sur des gens qui disaient que nous devrions repousser son arrivée d'un an, mais non, pas du tout !"

"Parce que premièrement, nous [M-Sport] ne serons pas là si c'est le cas et, deuxièmement, au bout du compte vous obtenez des meilleurs résultats lorsque tout le monde a été sous pression pour construire une bonne voiture, donc je pense que ce sera encore un grand championnat l'année prochaine. Compte tenu de Ford, nous ne participerons à la compétition l'année prochaine que si elle est hybride."

Lire aussi :

Moins d'un mois après l'officialisation d'un engagement jusqu'en 2024 des trois équipes actuellement présentes (dont M-Sport), une telle décision sonnerait comme un véritable tsunami pour le Championnat du monde des Rallyes et la FIA, qui semblaient pourtant avoir enfin trouvé une certaine stabilité pour les saisons à venir.

Début mars, l'écurie britannique basée à Dovenby Hall avait d'ailleurs été la première équipe à mettre en route son nouveau mulet sur sa base de Greystoke. Après déjà plusieurs semaines de travail sur leur nouvelle Rally1, Richard Millener a admis que le rappel des kits hybrides par Compact Dynamics n'était qu'une demi-surprise.

 

"Je pense que nous devons être raisonnables et nous attendre à ce qu'il y ait plus de contretemps. Ce n'est la faute de personne, mais je pense qu'au fur et à mesure que ces nouvelles voitures seront testées et deviendront réelles, il y aura des scénarios où les choses ne sont pas attendues."

"En étant réaliste, s'attendre à ce que Compact Dynamics fournisse une unité sans faille pour leur première tentative en rallye est un défi de taille. Oui, il y a eu quelques problèmes, mais cela ne sert à rien d'être trop stressé à ce sujet ; tout le monde est dans le même bateau, personne ne peut rien y faire. Nous sommes dans cette situation, celle que nous devons gérer."

"Nous avons pu faire un peu de travail avec l'unité et commencer à la comprendre, donc oui, il y a encore beaucoup de choses qui se passent et il y a une énorme quantité de travail en coulisses. Ce sont les mêmes délais et les mêmes contretemps pour tout le monde et c'est ce qui, d'une certaine manière, rend les choses intéressantes. Oui, c'est stressant en ce moment, mais l'objectif est toujours d'être là en janvier ; tout le monde est dans la même position."

partages
commentaires
M-Sport veut repartir sur de bonnes bases en Croatie

Article précédent

M-Sport veut repartir sur de bonnes bases en Croatie

Article suivant

Fourmaux : "Un autre monde par rapport la R5"

Fourmaux : "Un autre monde par rapport la R5"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Auteur Jason Craig