M-Sport a vu en Fourmaux "une ressemblance avec Ogier"

Adrien Fourmaux a marqué les esprits sur le Rallye de Croatie en terminant dans le top 5, pour sa première apparition dans la catégorie reine, au volant de la Ford Fiesta WRC du team M-Sport.

Après un début de saison compliqué, M-Sport avait à cœur d'afficher un tout autre visage sur les spéciales exigeantes du Rallye de Croatie. Pour ce faire, l'équipe britannique comptait évidemment sur l'arrivée d'une évolution moteur pour la Fiesta WRC attendue et repoussée depuis 2020, mais également sur un line-up inédit composé de Gus Greensmith et Adrien Fourmaux

Si la septième place finale du Britannique, ralenti ce dimanche par des problèmes d'hydraulique, lui a permis de décrocher son meilleur résultat de la saison (8e au Monte-Carlo puis 9e à l'Arctic), elle est littéralement tombée aux oubliettes face à l'authentique exploit signé par son coéquipier Français qui prenait pourtant en Croatie son tout premier départ au plus haut niveau mondial. Logiquement en admiration devant la performance de son pilote, Richard Millener n'a pas été avare de compliments envers lui.

“Quand vous vous arrêtez un moment et que vous pensez à ce qu’Adrien [Fourmaux] a réalisé ce week-end, c’est vraiment impressionnant", s'est félicité le directeur de l'équipe britannique. "Il y a quatre ans, il n’avait même pas piloté de voiture de rallye, et maintenant il est avec les meilleurs, et sur certaines spéciales il a 'sur-performé', devançant des gars qu’ils regardaient en grandissant.”

Pur produit de "l'école" M-Sport depuis ses débuts, le pilote originaire de la région lilloise a franchi toutes les étapes de sa très courte carrière au volant d'une Fiesta issue des ateliers de Dovenby Hall. Vainqueur de l'opération de détection française Rallye Jeunes en 2016 au volant de la version R2J, c'est ensuite avec cette dernière, propulsée par un moteur 1,0 litre turbo développant 140 cv, qu'il a fait ses premières gammes en Championnat de France Junior en 2017. Sacré l'année suivante après avoir "redoublé", ce premier titre lui a ensuite ouvert les portes du Championnat du monde.

Faites de haut et de bas, les deux saisons suivantes (2019 et 2020) lui ont permis de prendre un maximum d'expérience avec les Fiesta R5, R2T19 et plus récemment Rally2. Malgré quelques accrocs dans sa progression, ses coups d'éclat ont poussé la FFSA et M-Sport à le soutenir dans son ascension. Fidèle à la marque à l'ovale, le Nordiste s'est naturellement intégré à l'esprit familial construit par l'équipe britannique depuis des années.

Lire aussi:

"Nous avons vu très tôt le potentiel d’Adrien, mais je pense qu’il a même dépassé ses propres attentes ce week-end. Lui et Renaud [Jamoul] travaillent si bien ensemble et il y a une prise de conscience dans tout ce qu’ils font. Ils savent quand attaquer et où se montrer plus prudents ; et même lorsqu’ils ont fait une erreur ce matin [dimanche], il n’y avait ni panique ni stress, ils se sont juste relevés et ont repris le rythme.”

Face à "ses héros" tout le week-end et même parfois devant eux, le Français a fait preuve d'une grande maturité et a même rappelé à Richard Millener un pilote qui avait passé deux saisons dans les rangs de M-Sport. “Ce fut un début très impressionnant, et vous pouvez certainement voir une ressemblance avec Ogier dans la façon dont il se conduit. L’avenir du sport s’annonce plutôt bien, et j’ai vraiment hâte de voir comment il progressera avec plus de temps dans la voiture.”

partages
commentaires
La FIA sanctionne et n'accepte pas "le comportement" d'Ogier

Article précédent

La FIA sanctionne et n'accepte pas "le comportement" d'Ogier

Article suivant

Pirelli rejette la faute sur les jantes après le Rallye de Croatie

Pirelli rejette la faute sur les jantes après le Rallye de Croatie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye de Croatie
Pilotes Adrien Fourmaux
Équipes M-Sport
Auteur Arnaud Guygrand