Neuville : "Si j'avais dû pisser dedans, je l'aurais fait"

Thierry Neuville a sombré au classement général ce vendredi en Grèce après avoir été touché par des problèmes de direction assistée.

Neuville : "Si j'avais dû pisser dedans, je l'aurais fait"

Dernier vainqueur en date à Ypres, Thierry Neuville comptait bien sur cette bonne dynamique pour se relancer au championnat. Malheureusement pour lui, le pilote Hyundai Motorsport a été frappé par la malchance, une fois de plus, en fin de matinée à la suite de problèmes de direction assistée. 

"J'ai plus été un mécanicien qu'un pilote", a ironisé le Belge. "Dès ce matin, des problèmes électriques. Et très rapidement, nous avons été touchés par des soucis de direction assistée. Il y avait une fuite. Lors du regroupement, nous n'avons pas pu stopper le moteur et nous l'avons laissé tourner. À ce moment-là, nous avons vu qu'il y avait une fuite en rentrant dans la zone de changement de pneus." 

Cette deuxième journée du Rallye de l'Acropole avait en effet la particularité de ne proposer aucune assistance entre les spéciales, mais seulement un changement de pneus de 15 minutes entre les ES3 et 4. "Il n'y avait alors plus qu'un seul objectif, réparer les dommages dans cette zone. C'est ce que nous avons fait mais nous n'avions pas assez de temps avant de repartir sur la spéciale suivante. Arrêter la voiture, pousser la voiture, ça a été une journée difficile."

Contraint de pointer 24 minutes en retard à la sortie de cette zone et donc d'écoper de quatre minutes de pénalité, il a ensuite eu la lourde tâche de parcourir les 17,54 km de la seule spéciale répétée dans la journée avec une direction assistée capricieuse. 

"Je pense que c'était la pire spéciale pour rouler sans direction assistée. Elle était cassante et sinueuse, j'ai vraiment dû me battre. Je savais que les spéciales suivantes seraient plus simples. L'équipe m'a poussé à continuer les réparations. Nous avions solutionné le problème dans la zone de changement de pneus mais nous avons simplement manqué de temps pour remettre de l'huile. C'est un processus assez long quand vous n'avez pas le bon équipement."

Sur ce tronçon passablement défoncé par le premier passage de la quarantaine de voitures encore en course, son effort physique a été intense mais il a finalement été récompensé par sa pugnacité et sa détermination, qui n'avaient apparemment aucune limite ce vendredi. "À la fin, cela a fonctionné même si ce n'était pas parfait. J'ai utilisé plus que de l'huile, nous avons mis tout ce que nous avions dans la voiture à la fin, tout ce qui était liquide. Le liquide de freins, l'huile moteur, si j'avais dû pisser dedans, je l'aurais fait. C'est surement pour cela que ce n'était pas parfait mais au final, cela nous a donnés l'opportunité de survivre."

Repoussé ce soir au 18e rang, à plus de six minutes du leader, le Saint-Vithois s'est déjà projeté sur la suite du rallye, où un top 10 reste largement envisageable. Au championnat en revanche, ses dernières chances ont sérieusement été remises en question.

"Je voulais éviter de perdre trop de temps. Au final, nous perdons six minutes, mais avec quelques calculs, nous pouvons espérer remonter à la septième position et s'il se passe quelque chose devant, une sixième", a-t-il expliqué avant d'aborder ses espoirs de titre. "Ce que fait Elfyn [Evans] m'importe peu, la seule préoccupation concerne [Sébastien] Ogier. Manifestement, il a eu une bonne journée, sans problème. Cela fait même longtemps qu'il n'a pas eu de problèmes mais cela peut arriver. Je ne l'espère pas mais nous avons été assez malchanceux."

Lire aussi :

partages
commentaires
ES6 - Rovanperä leader, le podium en quatre secondes
Article précédent

ES6 - Rovanperä leader, le podium en quatre secondes

Article suivant

Ogier sur le podium : "J'étais assez pessimiste"

Ogier sur le podium : "J'étais assez pessimiste"
Charger les commentaires