Une petite erreur qui coûte cher pour Evans

partages
commentaires
Une petite erreur qui coûte cher pour Evans
Par : Jean-Philippe Vennin
1 mai 2017 à 16:50

Sensation du Rallye d'Argentine, le jeune pilote M-Sport a eu son lot de problèmes mais a aussi admis quelques erreurs, dont une dans la Power Stage qui lui a valu en partie de s'incliner d'un rien face à Thierry Neuville.

Elfyn Evans, Daniel Barritt, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Elfyn Evans, M-Sport
Elfyn Evans, Daniel Barritt, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Elfyn Evans, Daniel Barritt, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Le vainqueur Thierry Neuville, Hyundai Motorsport, le deuxième Elfyn Evans, M-Sport
Elfyn Evans, Daniel Barritt, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Elfyn Evans, Daniel Barritt, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Les vainqueurs Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai Motorsport, les deuxièmes Elfyn Evans, Daniel Barritt, M-Sport, les troisièmes Ott Tänak, Martin Järveoja, M-Sport
Elfyn Evans, Daniel Barritt, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Elfyn Evans, Daniel Barritt, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Le vainqueur Thierry Neuville, Hyundai Motorsport, le deuxième Elfyn Evans, M-Sport
Elfyn Evans, Daniel Barritt, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Elfyn Evans, Daniel Barritt, Ford Fiesta WRC, M-Sport

Pour sept dixièmes de secondes seulement, Elfyn Evans n'est pas devenu dimanche le cinquième vainqueur différent sur autant de rallyes cette année en Championnat du monde. Pourtant, leader dès le premier secteur chronométré du vendredi matin (ES2) puis auteur de cinq autres meilleurs temps sur les six "vraies" spéciales ce jour-là, il comptait près d'une minute d'avance au terme de l'étape inaugurale.

Le Gallois a ensuite vu son avance se réduire comme peau de chagrin sur ses rivaux, en particulier Thierry Neuville, tout au long de la journée de samedi durant laquelle il a reconnu quelques erreurs et où le comportement de sa Fiesta a été altéré par de menus soucis techniques, ainsi que la perte de son pare-chocs et de quelques pièces de carrosserie à l'arrière.

C'est pourtant bien le dimanche que tout s'est joué, avec une pédale de freins qu'il a qualifiée de "spongieuse" et qui l'a fortement gêné dans la première spéciale, qui était aussi le premier passage dans la fameuse El Cóndor. Il y a rendu 3"8 des 11"5 qu'il comptait encore d'avance sur Neuville, mais s'est dit surpris que son chrono soit finalement assez bon. Un tête-à-queue à la toute fin de Mina Clavero, l'avant-dernière spéciale, a réduit son avance à seulement six dixièmes.

"On pensait perdre deux secondes et on en a perdu six de plus", a-t-il analysé.

Voilà comment les deux candidats à la victoire se sont retrouvés quasiment à égalité pour un véritable "shoot-out" au départ de la Power Stage, dans laquelle Evans, qui ne semblait plus en position de force, a commencé par avoir le dessus avant de commettre une nouvelle faute qui a au moins contribué à cet écart quasi équivalent de sept dixièmes, mais cette fois en sa défaveur, qui l'a forcé à se contenter d'une seconde deuxième place après celle du Tour de Corse 2015.

"La spéciale n'a pas trop bien commencé, encore une fois à cause du refroidissement des freins, la pédale restait au plancher mais par chance, c'est revenu assez vite, je dirais après un kilomètre", a-t-il expliqué. "On a eu pas mal de chance, vraiment, car sinon, on n'aurait jamais pu reprendre le temps perdu. Mais la première partie de la spéciale s'est très, très bien passée, j'avais du grip sur la voiture. Je pilotais de façon assez agressive pour tout dire, je ne devais rien lâcher pour essayer de gagner mais vers la fin, j'ai perdu du grip à l'arrière. J'ai senti que je devais être très, très patient, mais je ne l'ai pas été suffisamment en arrivant sur un pont. J'ai utilisé le frein à main et continué de glisser, en gros. L'impact n'a pas été énorme mais ça restait une erreur."

Un nouveau pneu satisfaisant

"Avant de heurter le pont, nous perdions déjà un peu de temps dans la partie étroite et sinueuse de la spéciale", a précisé Evans, qui a admis que le nouveau pneu medium de DMACK n'était pas étranger à son rythme ce week-end.

"On peut être satisfaits de ce nouveau pneu", a-t-il assuré. "On n'a pas vraiment eu l'opportunité de voir ce qu'il pouvait donner au Mexique, et ici, il a montré son potentiel. D'un point de vue personnel, ça va me donner plus de confiance pour les rallyes à venir. Il faut voir le côté positif et aller de l'avant."

Revanche au Portugal ?

Cette nouvelle gomme devrait se montrer plus efficace sur les terrains plus abrasifs et où les températures sont élevées mais il ne fait pas trop chaud, un profil qui peut correspondre à la prochaine manche au Portugal où elle pourrait se montrer encore à son avantage.

"Il ne faut rien prendre pour acquis. On ne sait pas ce que seront les conditions, ce que les températures seront, s'il pleut, s'il fait sec et si ça nous convient. On apprend toujours de ce nouveau pneu", tempère Evans, avant de conclure : "Il faudra voir, mais si les conditions sont bonnes, pourquoi pas ?"

Prochain article WRC
Pas de dixième podium consécutif pour Ogier

Previous article

Pas de dixième podium consécutif pour Ogier

Next article

Neuville : "La clé était de ne jamais renoncer"

Neuville : "La clé était de ne jamais renoncer"

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye d'Argentine
Pilotes Elfyn Evans
Équipes M-Sport
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Réactions