Pirelli "confiant" avant de passer le test du Rallye du Portugal

Le Rallye du Portugal marque le retour de la terre cette saison en Championnat du monde. Sur cette surface majoritaire dans le calendrier 2021, Pirelli et son pneumatique Scorpion seront attendus dès ce week-end.

Pirelli "confiant" avant de passer le test du Rallye du Portugal

Le Rallye du Portugal, qui débute ce vendredi matin, marque une étape importante pour Pirelli. De retour cette année comme fournisseur unique de pneumatiques, le manufacturier italien aborde la première manche disputée sur terre cette année avec son nouveau pneu Scorpion développé pour le WRC.

Présente majoritairement au calendrier avec six épreuves, dont quatre consécutives à partir du Portugal, la terre représente donc un véritable examen de passage pour les Milanais ; de nombreux enseignements seront à tirer tout au long de ce week-end.

Pour Terenzio Testoni, responsable de l'activité rallye Pirelli, la quatrième manche du Championnat du monde des Rallyes 2021 se présente sous les meilleurs auspices après les tests réalisés par les équipes ces dernières semaines. "Pour le Portugal, nous avons un bon feeling. Hyundai, Toyota et M-Sport ont pu tester dans de nombreuses conditions pour préparer le rallye, sur des routes boueuses, humides et sèches. Leurs retours ont été positifs", se félicite Testoni auprès de Motorsport.com. "Il n'y a eu aucune crevaison et les pneus se sont montrés solides. Après nous savons que nous aurons une idée plus précise dès que le rallye aura commencé."

Lire aussi :

Même si le travail réalisé lors des tests s'est montré productif, le verdict des spéciales reste malgré tout celui qui prime. "Après il faut être réaliste, sur terre, ici en particulier au Portugal, les crevaisons sont possibles surtout lors des seconds passages sur ces spéciales où la surface sablonneuse laisse vite apparaître des pierres", rappelle-t-il. "Le retour des équipes après le second passage de la première étape [vendredi] va nous aider, nous aurons une meilleure vision mais la gestion de ces répétitions sera forcément une des clés de ce week-end."

Au Portugal, les pilotes prioritaires du WRC devront composer avec 24 pneumatiques choisis parmi une allocation composée avant le départ de 24 pneus hard et 8 soft. Un choix qui pourrait vite se compliquer après les conditions rencontrées en début de semaine pendant les reconnaissances.

"L'autre aspect très important viendra des choix de pneus. Les WRC n'auront que huit pneus soft pour tout le week-end et les équipes devront comprendre quand il sera judicieux de les utiliser. Les reconnaissances ont été faites [mardi et mercredi] sur des routes humides et boueuses et nous nous attendons à ce qu'il reste des portions dans cet état demain matin [vendredi matin]."

Parmi les 20 spéciales programmées au Portugal, Amarante (ES11 et 14) et ses 37,92 km a été évoqué par plusieurs pilotes avant le départ. Du côté de Pirelli, cet exercice ne présente pas forcément de difficultés supplémentaires. "Dans les longues spéciales, nous savons que tout peut arriver. Après nous ne sommes pas inquiets sur la tenue des pneus. L'an passé lors de nos tests de développement, nous avons fait beaucoup de kilomètres pour aussi voir les limites des pneus sur la terre et 40 kilomètres ne sont pas un problème", rassure le responsable italien. "Effectivement si les équipes partent avec les pneus soft, il faudra se faire du souci, mais avec les [pneus] durs, nous sommes confiants. Notre véritable inquiétude peut venir par contre des mauvais choix faits par les équipes."

Si le Portugal marquera le retour de la terre cette saison, plusieurs autres épreuves avec leurs propres spécificités seront également de sérieux challenges pour les pneumatiques italiens. La Sardaigne, le Kenya et le retour de l'Acropole figureront en tête de liste.

"Le Portugal est le premier rallye sur terre de la saison donc ce sera un test. Il y aura aussi la Grèce. Nous savons que c'est une épreuve [la Grèce] très compliquée, peut-être même la plus compliquée. En ce qui concerne la Sardaigne, le parcours sera plus sablonneux cette année et nous avons fait nos tests de développement sur place donc nous avons une idée précise du terrain."

"Au sujet du Kenya, nous avons de l'expérience puisque nous étions sur place lors des dernières éditions. Cette année, le rallye sera différent pour plusieurs raisons. À l'époque, nous utilisions un pneu spécifique pour le Safari, maintenant, nos pneus doivent faire la saison complète et donc se montrer plus polyvalents. Nous n'avons pas encore toutes les réponses mais les premières vidéos ont montré des spéciales rapides et étroites, avec des portions très rocailleuses."

partages
commentaires
L'hybride n'est pas "innovant" pour le WRC selon Ogier
Article précédent

L'hybride n'est pas "innovant" pour le WRC selon Ogier

Article suivant

5e en Croatie, Fourmaux ne vise pas mieux sur le Rallye du Portugal

5e en Croatie, Fourmaux ne vise pas mieux sur le Rallye du Portugal
Charger les commentaires