Pirelli évaluera ses pneus après le Safari Rally

Pirelli souhaite attendre le Safari Rally pour décider d'un éventuel changement sur ses pneus pour la saison prochaine.

Dani Sordo, Candido Carrera, Hyundai World Rally Team Hyundai i20 N Rally1

Le manufacturier de pneus du WRC a été critiqué par les pilotes lors des manches en Croatie et au Portugal suite à une série de crevaisons. Lors de la première des deux épreuves, les problèmes concernaient un ancien pneu asphalte pour la pluie et rarement utilisé, tandis qu'au Portugal, les défaillances touchaient des pilotes utilisant des pneus améliorés pour la terre. Les problèmes au Portugal ont été exacerbés par des conditions étonnamment rudes le vendredi. Sébastien Ogier (Toyota), Ott Tänak (Hyundai), Craig Breen (M-Sport), Adrien Fourmaux et Gus Greensmith ont tous crevé.

Pirelli a tenu une réunion avec les équipes après l'épreuve pour discuter de la performance de ses pneus, avant le Rallye de Sardaigne du week-end dernier, où les composés se sont bien mieux comportés lors des spéciales sur terre, disputées dans des conditions chaudes. Seuls Esapekka Lappi (Toyota), Pierre-Louis Loubet (M-Sport) et Adrien Fourmaux ont connu des problèmes.

La firme italienne dit qu'elle va maintenant attendre de voir comment sa gomme se comporte sur terre au Safari Rally à la fin du mois (23-26 juin) avant de décider si elle apportera des changements. "Au Portugal, nous avons eu une réunion après les crevaisons", a déclaré Terenzio Testoni, responsable de l'activité rallye de Pirelli, pour Motorsport.com.

Gus Greensmith au volant de la Ford Puma M-Sport.

Gus Greensmith au volant de la Ford Puma M-Sport.

"De l'extérieur, cela semblait beaucoup, mais ce n'était pas le cas. Nous avons eu des réunions spécifiques avec les équipes pour comprendre leurs besoins. Elles nous ont dit de ne pas toucher aux pneus actuels, car elles ont des références avec ceux-ci. Les crevaisons font partie du rallye, ça a toujours été comme ça. Cependant, nous nous sommes donnés le Safari Rally comme point de départ pour prendre des décisions. Après cela, nous pourrons évaluer et éventuellement intervenir."

"Nous n'avons jamais arrêté le développement des pneus pour cette année, ni pour l'an prochain. Le prochain test c'est le Kenya, un rallye où les vitesses seront très élevées et le resteront pendant un certain temps, ce qui mettra les pneus à rude épreuve. Les voitures vont frôler les 200 km/h, même sur deux ou trois kilomètres. Cela va faire chauffer le pneu et le stresser. Tout dépendra de ce que nous verrons au Kenya. Nous attendrons cette course et ferons ensuite les évaluations nécessaires. Toutes les choses ont des aspects positifs et négatifs, et nous voyons le positif. Nous évaluons les aspects négatifs et essayons ensuite de les améliorer."

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Juha Kankkunen envisage de tester une Rally1 hybride

Breen : "C'était important de décrocher un podium comme celui-là"