Premiers tests des pneus terre Pirelli pour Toyota

En Espagne, Toyota Gazoo Racing a bouclé les premiers essais des gommes du manufacturier italien destinées aux rallyes disputés sur la terre.

Premiers tests des pneus terre Pirelli pour Toyota

À la suite du départ de Michelin de la catégorie reine du rallye, à la fin de la saison 2020, Pirelli est devenu le manufacturier unique du WRC. Parmi les différents pneumatiques mis à disposition des équipes en 2021, les Scorpion KX H et KX S, respectivement des gommes terre dures et tendres seront au centre de l'attention au cours de ces prochains mois, les rallyes aux fortes températures s'enchaînant rapidement : Portugal en mai, Sardaigne et Kenya en juin et l'Acropole en septembre.

Et en marge de la première mise en pratique des pneus Scorpion de Pirelli en compétition, prévue pour le Rallye du Portugal, du 20 au 23 mai, le manufacturier italien a mené ses premiers tests officiels en compagnie de Toyota Gazoo Racing. En Espagne, dans des conditions sèches et sous des températures oscillant entre 15°C et 20°C, le Champion du monde en titre Sébastien Ogier et le pilote d'essai Juho Hänninen ont pu notamment se familiariser avec une gomme dure difficile.

"Les deux pilotes étaient très satisfaits de ce qu'ils ont vu", commente Terenzio Testoni, directeur des activités Rallye de Pirelli, sur le site officiel du WRC. "Ils n'ont eu aucune crevaison alors que nous avons essayé d'en provoquer en roulant sur de grosses pierres."

"Les conditions n'étaient peut-être pas parfaites pour les pneus durs", ajoute-t-il. "Nous avons tout de même réussi à faire une boucle de 110 km avec un seul train de pneus. Quoi qu'il en soit, nous connaissons la durabilité des KX H. Nous avons mené notre développement sur des routes parmi les plus rugueuses et les plus abrasives et nous l'avons fait entre 40°C et 50°C. Notre stratégie était d'effectuer des tests extrêmes et nous l'avons fait."

Lire aussi :

Du côté de Toyota, le directeur technique Tom Fowler est satisfait du travail accompli par Pirelli, devant produire deux composés destinés à des rallyes très différents. "Ce n'est pas tellement facile pour le manufacturier", reconnaît Fowler. "[Pirelli] arrive sur des surfaces qui varient de la fournaise de l'Acropole à la boue galloise, même si cette dernière n'est finalement plus au programme. Ils doivent couvrir toutes les routes entre ces deux extrêmes avec seulement deux composés, donc autant dire que la tâche est grande."

"De manière générale, tout s'est bien passé lors des essais. La principale différence est que le pneu dur est vraiment dur par rapport à ce à quoi nous étions habitués [avec Michelin]. Mettre les gommes à bonne température était l'un des principaux défis lors de ce test en Espagne, mais il n'y a eu aucun problème et les pneumatiques ont fonctionné."

partages
commentaires

Related video

Premières images de WRC 10, qui proposera un mode historique

Article précédent

Premières images de WRC 10, qui proposera un mode historique

Article suivant

Greensmith veut relancer sa saison avec un nouveau copilote

Greensmith veut relancer sa saison avec un nouveau copilote
Charger les commentaires