Quand le WRC veut s'inspirer du... MotoGP

partages
commentaires
Quand le WRC veut s'inspirer du... MotoGP
Par : David Evans
25 févr. 2017 à 11:00

Les instances dirigeantes du Championnat du monde des Rallyes souhaitent se pencher sur l'importance de la représentation des constructeurs et sur la solution d'accueillir davantage d'équipes privées.

Le départ
Mads Ostberg, Ola Floene, Ford Fiesta WRC
Mads Ostberg, Ola Floene, Ford Fiesta WRC
Mads Ostberg, Ola Floene, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Mads Ostberg, Ola Floene, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Mads Ostberg, Ola Floene, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Loris Baz, Avintia Racing
Cal Crutchlow, Team LCR Honda

Même si le nombre de constructeurs engagés en WRC cette année est satisfaisant, puisqu'ils n'ont pas été davantage que quatre depuis plus de dix ans, la FIA et le promoteur du championnat réfléchissent à des façons d'augmenter encore les effectifs, en faisant davantage la part belle à des équipes privées. D'autre part, l'importance de l'influence de ces mêmes constructeurs a peut-être de quoi faire débat, comme l'ont démontré l'impossibilité pour eux de se mettre d'accord à l'unanimité afin d'autoriser l'homologation de la Volkswagen Polo 2017 et, pour la FIA, l'obligation de se plier à leur décision.

Dans leur recherche de solutions, les instances dirigeantes sont donc entrées dans une phase d'observation de ce qui se fait ailleurs, et notamment en MotoGP où les équipes officielles cohabitent avec des structures privées.

"Nous discutons depuis deux ou trois ans du fait qu'il nous faut avancer vers un championnat pour équipes, où il y ait aussi une place pour les constructeurs", a déclaré Juho Mahonen, responsable des rallyes de la FIA, à Autosport. "Ce sera sur notre agenda désormais. Nous allons regarder ce que nous pourrions faire à partir de 2018."

Équipes satellites

En MotoGP, les six constructeurs engagés sont incités à équiper des équipes satellites en plus de celles les représentant officiellement, lesquelles ont remporté trois Grands Prix la saison dernière.

"Nous devons observer d'autres disciplines comme le MotoGP, où des équipes sont en compétition, mais il y a aussi une place pour les constructeurs", a confirmé Mahonen. "Nous ne pouvons couper les liens avec les constructeurs – le rallye est la seule discipline où ils sont vraiment représentés –, mais il est temps de se moderniser."

Un autre exemple à suivre sans être incompatible pourrait être celui du Championnat du monde de rallycross où les constructeurs impliqués, quatre également en 2017, le sont en étant adossés à des équipes privées – même si leur influence paraît plus importante avec l'arrivée notamment de Volkswagen et Audi (en plus de Peugeot et Ford). Ce moyen de réduire les coûts pourrait inciter à la fois davantage de constructeurs et d'équipes indépendantes à se tourner vers le "Mondial" des rallyes.

En WRC, Citroën, Hyundai et Toyota – via la structure de Tommi Mäkinen – sont présents via une équipe 100% officielle alors que Ford est représenté par M-Sport sans lui apporter de soutien officiel. La Fiesta est d'ailleurs la seule WRC 2017 disponible cette année pour des pilotes indépendants, Mads Østberg (photo ci-dessus) ayant été en Suède le premier à prendre le départ d'un rallye. 

Propos recueillis par David Evans

Prochain article WRC
Wilson - "La compétition la plus serrée que j'aie connue"

Previous article

Wilson - "La compétition la plus serrée que j'aie connue"

Next article

Pour Mäkinen, Latvala peut clairement jouer le titre

Pour Mäkinen, Latvala peut clairement jouer le titre

À propos de cet article

Séries WRC
Pilotes Mads Østberg
Auteur David Evans
Type d'article Actualités