Le Rallye de l'Acropole chamboulé par une météo inattendue ?

Les fortes pluies qui ont précédé le retour en WRC du Rallye de l'Acropole ce week-end ont modifié les spéciales devenues très glissantes et rendu encore plus incertain un scénario déjà imprévisible.

Le Rallye de l'Acropole chamboulé par une météo inattendue ?

Des pluies abondantes et relativement rares pour la saison ont joué un mauvais tour aux équipages du WRC cette semaine en perturbant les reconnaissances. Un épais brouillard et des routes rendues glissantes par la boue n'ont pas facilité la tâche lors de la prise de notes sur ces spéciales découvertes par une grosse partie des équipages engagés, l'épreuve faisant son retour en mondial après huit ans d'absence.

Habituellement, le Rallye de l'Acropole est connu pour ses spéciales cassantes et rugueuses où la chaleur est également un facteur important. Cette semaine, la météo capricieuse a rendu la surface beaucoup plus molle, avec une boue décrite "comme de la glace" diminuant sensiblement le niveau d'adhérence.

Les trois équipes (M-Sport, Hyundai et Toyota) ont effectué des tests avant le départ dans des conditions nettement plus traditionnelles, mais ces informations ne seront probablement utiles que si les spéciales s'assèchent au cours du week-end. Les prévisions laissant toutefois entrevoir une amélioration au fil du week-end.

Du côté de Hyundai, Andrea Adamo, a confié que la rugosité des spéciales, qui pourrait avoir des conséquences sur les i20 Coupe WRC comme lors des précédents rallyes sur terre, n'était pas une préoccupation au contraire des conditions humides.

"Écoutez, je ne suis pas inquiet. Nous allons aborder le rallye comme nous le faisons habituellement", a déclaré Adamo à Motorsport.com"Nous avons fait trois bonnes journées d'essais, nous améliorons beaucoup de choses. Nous sommes concentrés sur ce que nous devons faire ici et nous savons que le rallye sera difficile car les fortes pluies ont ameubli les routes et cette boue est glissante à souhait. Je pense qu'il y aura des ornières plus profondes. Le rallye était difficile et maintenant il le sera encore plus."

Dernier vainqueur en date sur le Rallye d'Ypres, Thierry Neuville partage un avis similaire et pense même que l'épreuve sera plus une endurance qu'un sprint compte tenu des incertitudes engendrées par cette mauvaise météo.

"L'approche doit être prudente parce que ça va être vraiment délicat là-bas [dans les spéciales] et le risque de crevaison va être plus élevé que tout le reste, même sur le sec, et sur le mouillé, sur ces routes vraiment glissantes", a déclaré Neuville. "La boue forme une sorte de pâte, c'est une boue vraiment collante, vous ne pouvez rien faire quand vous êtes dessus, c'est pourquoi je vois la course comme une course de bout en bout plutôt qu'une course de sprint."

Le leader du championnat, Sébastien Ogier, a quant à lui révélé qu'il lui avait été difficile de garder le contrôle de son mulet lors des reconnaissances effectuées en début de semaine dans ces conditions.

"Dans ces pays qui ne sont pas habitués à avoir de la pluie, le sol est extrêmement glissant et certaines sections n'ont absolument aucune adhérence en reconnaissance, vous arrivez sans vitesse et vous perdez déjà la voiture", a déclaré le Gapençais. "C'est sûr que s'il pleut ou s'il y a plus de pluie pendant la course, je pense que ce sera plus difficile parce que le grip est compliqué à lire. Samedi, il y a une section de montagne à une altitude assez élevée, donc il se peut que le temps ne soit pas sec partout. Ce n'est pas la course que nous attendions mais c'est le rallye et nous devrons faire avec."

S'exprimant après le Shakedown disputé ce jeudi matin sur un terrain boueux et remporté par Kalle Rovanperä, son coéquipier Elfyn Evans a admis que les conditions étaient "assez différentes" de la normale.

"Les reconnaissances ont été délicates et tout le monde est plus ou moins en train d'écrire de nouvelles notes. Quand vous avez du brouillard qui rend les choses très difficiles et de la boue, c'est compliqué d'avoir des sensations et d'écrire des notes précises", a déclaré Evans.

Lire aussi:

Le Rallye de l'Acropole, en Grèce

partages
commentaires
ES1 - Ogier premier leader dans les rues d'Athènes

Article précédent

ES1 - Ogier premier leader dans les rues d'Athènes

Article suivant

Départ de Suninen : une option en moins pour M-Sport en 2022

Départ de Suninen : une option en moins pour M-Sport en 2022
Charger les commentaires