Ogier estime que "tout est encore possible" au Portugal

Sébastien Ogier a connu une fin de première étape heureuse sur le Rallye du Portugal. Nettement désavantagé par sa première position sur la route, le pilote Toyota a profité de l'ES7 pour faire un bond au classement général et récupérer ainsi un meilleur ordre de départ en vue de la très longue deuxième journée.

Ogier estime que "tout est encore possible" au Portugal

Sébastien Ogier a beau co-détenir (avec Markku Alen) le record du nombre de victoires sur le Rallye du Portugal, il n'arrive pas à se faire au rôle ingrat d'ouvreur, même après une décennie à dominer le Championnat du monde des Rallyes. Ce vendredi, le pilote Toyota Gazoo Racing a toutefois pu intégrer le top 5, qui ne semblait pourtant pas lui être destiné.

"Une journée difficile comme prévu avec le balayage. Le plus important, c'est de ne pas lâcher", a-t-il rappelé."C’est toujours frustrant de piloter le premier jour et de ne faire aucun bon temps. Vous perdez constamment du temps. Le plus difficile dans ces moments-là est de rester concentré et de continuer à donner le meilleur à chaque spéciale en pensant à la journée du lendemain pour récupérer la meilleure position possible."

Lire aussi :

Repoussé au septième rang à plus de 41" du leader après l'ES6, il a bénéficié du scénario animé de la spéciale de Mortágua (ES7) pour faire finalement une excellente opération au classement général. Grâce à son seul meilleur temps dans la spéciale considérée pourtant comme la "pire" de la première journée, il a pu gratter deux positions pour intégrer le top 5 au meilleur moment."Évidemment, c'est bien meilleur que ce qu'a été la journée au final. Une seule spéciale nous a sauvés, la dernière vraie spéciale, l’ES7. Beaucoup de choses s'y sont passées", a-t-il expliqué. "Le fait d’ouvrir la route toute la journée nous a permis de préserver énormément nos pneumatiques et ils étaient encore frais pour la dernière spéciale [ES7]. Nous avons réussi à faire un très bon chrono."

L'erreur de Neuville et les déboires de Rovanperä avec ses pneumatiques ont certes été un réel coup de pouce. Mais le Français a paradoxalement su tirer profit de sa première position sur la route pour se démarquer une nouvelle fois dans un domaine où il excelle, la gestion de ses gommes.

"Et dans le même temps comme je l'ai dit, de nombreux pilotes ont eu des problèmes avec leurs pneus. Au final, cela a l'air bien mieux pour nous qu’avant l'ES7, et maintenant [avant la deuxième étape], je crois que tout est encore possible car demain [samedi] est une très longue journée. Au sujet des pneus, je pense que ce n'est pas fini et que nous allons continuer à entendre beaucoup de choses là-dessus, il y a beaucoup de problèmes avec ces pneus et cela s’annonce difficile.”

Disputée cette fois au nord de Porto, la deuxième étape du Rallye du Portugal offre un profil différent de celui proposé par la journée du vendredi. “Les spéciales sont un peu plus sablonneuses demain avec notamment la plus longue du rallye, 37 kilomètres à faire deux fois, ce sera encore un gros morceau. Les deux premières demain matin [samedi] sont aussi très cassantes, c’est la grosse journée du week-end pour moi.” Malgré ces difficultés, le septuple Champion du monde compte bien revenir sur les hommes de tête en s'élançant en cinquième position samedi. "C’est sûr que notre position est bien meilleure que ce que l’on pouvait espérer et elle nous laisse envisager de nous battre pour les avant-postes jusqu'à la fin du rallye !"

partages
commentaires
Neuville après son abandon : "Je ne voulais pas prendre de risques"
Article précédent

Neuville après son abandon : "Je ne voulais pas prendre de risques"

Article suivant

ES9 à 11 - Tänak survole les débats, Ogier cède du terrain

ES9 à 11 - Tänak survole les débats, Ogier cède du terrain
Charger les commentaires