Ott Tänak : "Dans les Alpes, nous pouvons nous attendre à tout"

La première étape du Rallye Monte-Carlo 2021 a souri à Ott Tänak, premier leader. Grâce à deux meilleurs temps, l'Estonien a parfaitement débuté son week-end en dépit de quelques soucis techniques.

Ott Tänak : "Dans les Alpes, nous pouvons nous attendre à tout"

Malgré des problèmes d'essuie-glace dans la première spéciale et deux coupures moteur à quelques secondes du départ du second tronçon chronométré, Ott Tänak a maîtrisé son sujet en prenant la tête du classement général.

Ce jeudi, le Champion du monde a été incisif pour empocher les deux meilleurs temps et ne s'est pas laissé déconcentrer par ces éléments perturbateurs. Habituellement disputée de nuit, la première étape a cette année, COVID-19 oblige, été décalée en milieu d'après-midi. Un ajustement qui, à première vue, ne l'a pas perturbé.

"Ça fait vraiment du bien de commencer le Rallye de Monte-Carlo de jour. Normalement nous partions de nuit, avec de la glace et de belles figures, c'était toujours assez tendu. Je ne peux pas dire qu'il n'y avait pas de tension cette fois-ci", a commenté le leader du classement général, de retour au parc d'assistance de Gap. "Mais dans l'ensemble, la première spéciale a été un peu plus régulière alors que la seconde a été délicate, avec beaucoup de cordes et de boue, comme d'habitude ici. Au final, c'était difficile, mais c'était bien de faire la première boucle en plein jour quand on peut voir où on va."

Lire aussi:

Parmi les autres modifications imposées par les mesures sanitaires, l'annulation du shakedown a marqué les esprits. Sans cette dernière séance de tests, la majorité des pilotes n'a pas pu peaufiner les derniers détails avant le départ et certains ont eu plus ou moins de conséquences.

"Un shakedown n'aurait pas été de trop, nous nous serions rendus compte que les essuie-glace ne fonctionnaient pas – c'est à cela que sert le shakedown. Cela manquait cette fois-ci et j'avais d'autres choses à découvrir dans ces deux premières spéciales", a-t-il constaté avant de relativiser. "Au final, cela ne nous a pas coûté trop de temps."

Avec un choix de pneus relativement "simple" pour cette première journée, le casse-tête n'a pas véritablement commencé ce week-end. Les 41,36 km, avalés tout de même à plus de 102,2 km/h de moyenne, ont cependant permis à l'Estonien de se faire une première idée du comportement des nouvelles gommes Pirelli.

"Les pneus semblaient plutôt corrects. Sur un asphalte lisse et mouillé, ils avaient l'air assez bien pour la course et les performances étaient là, mais dans d'autres endroits où les slicks n'étaient pas vraiment adaptés, la performance a chuté assez rapidement et cela peut vous surprendre. Je suis sûr que nous allons continuer d'apprendre et que nous pourrons découvrir les limites."

Leader après la première journée disputée sous la pluie, il sait également que les trois prochaines étapes pourraient être nettement plus compliquées à aborder au niveau des conditions de route, sans pour autant s'en préoccuper pour le moment. "Nous sommes dans les Alpes, nous pouvons donc nous attendre à tout. On dort plus facilement en ne pensant pas à ces choses."

partages
commentaires
Richard Millener : "Travailler dur pour arriver à ça, c'est décevant"

Article précédent

Richard Millener : "Travailler dur pour arriver à ça, c'est décevant"

Article suivant

Matinée idéale pour Ogier, nouveau leader du Rallye Monte-Carlo

Matinée idéale pour Ogier, nouveau leader du Rallye Monte-Carlo
Charger les commentaires