Tänak : Ogier ? "Il m'a poussé dans mes retranchements"

partages
commentaires
Tänak : Ogier ?
Par : Willy Zinck
20 août 2018 à 16:30

L'Estonien, vainqueur du Rallye d'Allemagne dimanche, a eu fort à faire face au Français, jusqu'à la crevaison de ce dernier samedi après-midi.

Et de trois ! Ott Tänak et son copilote Martin Järveoja, qui fêtait ses 31 ans ce week-end, ont décroché leur troisième succès cette saison, cette fois-ci en Allemagne. Les deux hommes de chez Toyota ont mené la majeure partie de l'épreuve, ne cédant le leadership que durant l'ES2 à Sébastien Ogier. 

Ce dernier a imprimé une pression de tous les diables sur le duo, jusqu'à ce que ses espoirs de victoire ne s'évaporent à la suite d'une crevaison samedi après-midi. Un rebondissement qui allait donner une bonne bouffée d'air frais à Tänak et Järveoja, et les assurer d'un triomphe qui leur permet de consolider leur troisième position au championnat, et de revenir à 13 points du Français.

Lire aussi :

Ott, cela vous fait deux victoires de suite désormais. Il y a eu ce succès en Finlande et maintenant sur asphalte en Allemagne. À quel point cette victoire a-t-elle été difficile pour vous ?

Ott Tänak : C’était bien sûr un week-end difficile. Dès la première spéciale nous avons dû mener une lutte intense face à Seb. Il attaquait vraiment très fort. Je me suis senti très à l’aise lors du premier jour dans les vignobles. J’ai eu un peu plus de difficultés le samedi matin, je n’étais plus autant à l’aise. Je suis sûr que Seb l’a observé et m’a poussé dans mes retranchements. C’était difficile. J’ai dû garder mon sang-froid et maintenir un rythme soutenu. Nous sommes revenus à l’assistance, et les gars ont réussi à faire progresser la voiture. L’après-midi a été meilleur, et j’ai été très en confiance dans la voiture. Ensuite, Seb a fait une petite erreur et a crevé, ce qui a signifié que nous avions déjà une grosse avance.

Est-ce que vous avez été soulagé de voir que Séb ne représentait plus une menace ?

OT : Oui, clairement. Il est peut-être le meilleur pilote, mais ce n’est pas le meilleur [à avoir derrière soi] quand il vous chasse et vous met la pression ! En fait, j’ai apprécié le combat. Les chronos étaient très proches sur chaque spéciale. J’avais confiance dans la voiture, et tout était OK. Nous savons tous que tout peut arriver. Cette fois, ce fut en notre faveur. Je suis très content pour l’équipe et pour nous, après un week-end qui s’est avéré très solide.

Lire aussi :

Votre objectif pour le reste de la saison, c’est à présent d’être le meilleur, et d’empocher la victoire sur chaque rallye. C’est ce que vous avez commencé à faire ici. Parlez-nous de dimanche : vous disposiez d’un avantage de 40 secondes, ce qui était une bonne chose pour vous, mais vous avez débuté la Power Stage en expliquant que votre position sur la route ne vous offrait pas la possibilité d’aller jouer les points. Cependant, ce ne fut clairement pas le cas, et vous avez inscrit de bons points. Alors, est-ce que vous avez attaqué au final ?

OT : J’ai essayé de faire de mon mieux, mais j’étais toujours hésitant dans beaucoup de sections rapides, je n’étais pas à fond. Dans cette posture, c’est très difficile d’attaquer pleinement. J’ai attaqué dur, j’ai eu de bonnes sensations, et j’ai fait trois bonnes spéciales aujourd’hui [dimanche]. Je n’ai pas surpiloté, comme l’a peut-être fait Thierry [Neuville, deuxième de l'épreuve]. Je pense que c’était la clé. Ce n’est pas sympa de manquer les [cinq] points pour juste un dixième de seconde. Mais peut-être que Seb a été chanceux cette fois.

Vous êtes toujours en lice au championnat, et vous vous êtes rapproché de Seb. Est-ce que le résultat obtenu ici change votre façon de penser, ou vous continuez à prendre les événements les uns après les autres ?

OT : C’est bien sûr sympa de voir que nous allons dans la bonne direction, mais il nous reste encore beaucoup de chemin. Mon objectif reste le même : prendre les rallyes les uns après les autres. Je vais à présent me concentrer sur la prochaine manche, en Turquie. Nous allons avoir un test bien long avant le rallye, et nous allons essayer d’être très bien préparés. C’est un événement que nous ne connaissons pour ainsi dire pas du tout. Il va donc y avoir beaucoup d’incertitudes. Nous allons faire de notre mieux, et être le mieux préparés possible.

Martin, félicitations pour cette nouvelle victoire. Cela a été un beau cadeau d’anniversaire ! Vous repartez d’ici avec pas mal de points en poche, et un autre succès à votre tableau de chasse, et vous pouvez enfin célébrer cela ce soir. Êtes-vous un homme comblé ?

MJ : Oui. C’est notre deuxième victoire de suite. Ce gars [Tänak] m’a offert un beau cadeau d’anniversaire. C’est une bonne victoire, aussi, pour le Championnat des constructeurs. Cette année, le rallye a pris place un peu plus tôt que l’an passé, donc c’était peut-être un peu plus facile. D’un autre côté, l’Allemagne n’est jamais une manche facile. Les routes étaient tellement sales, pour ainsi dire dans tous les virages. Au final, ce fut un bon week-end cependant.

Quid de la pression ? Ott a expliqué qu’il avait senti la pression d’Ogier derrière lui. À quel point la situation était-elle tendue ? Avez-vous ressenti cette pression ?

MJ : Non, je n’ai ressenti aucune pression. J’étais détendu.

Prochain article WRC
Championnat - Neuville creuse légèrement l'écart avec Ogier

Previous article

Championnat - Neuville creuse légèrement l'écart avec Ogier

Next article

Le Rallye du Japon a reçu le feu vert du WRC pour 2019

Le Rallye du Japon a reçu le feu vert du WRC pour 2019
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Catégorie Étape 3
Pilotes Martin Jarveoja , Ott Tänak
Équipes Toyota Racing
Auteur Willy Zinck
Type d'article Interview