Neuville certain de progresser dans la communication avec son copilote

Leur récente association fait que Thierry Neuville et Martijn Wydaeghe doivent encore fignoler leur binôme, mais le pilote belge se veut confiant.

Neuville certain de progresser dans la communication avec son copilote

Thierry Neuville se dit convaincu que la barrière de la langue qui s'est parfois fait sentir entre son copilote, Martijn Wydaeghe, et lui lors de l'Arctic Rally Finland est un problème qui pourra être résolu avant la prochaine manche du Championnat du monde des Rallyes, qui aura lieu en Croatie fin avril.

Les deux hommes se sont associés en dernière minute avant le début de la saison, au mois de janvier, et s'ils sont tous deux belges, l'un est germanophone et l'autre flamand et la communication dans la voiture se fait en français. Or, à leurs efforts de compréhension pendant l'épreuve finlandaise s'est ajouté le fait que l'annonce des notes faite par Martijn Wydaeghe a été gênée par des problèmes d'intercom lors de la première boucle de samedi, ce qui a provoqué chez Thierry Neuville quelques hésitations à l'approche d'un certain nombre de virages.

Une fois ce problème technique résolu, leur persévérance a été récompensée durant les spéciales de samedi après-midi, puisqu'ils ont pris l'avantage sur Craig Breen et Paul Nagle pour la troisième place. Dimanche, ils ont consolidé cette position et sont allés chercher trois points supplémentaires lors de la Power Stage qui concluait le rallye.

"Je suis très satisfait de notre week-end et de notre troisième place, même si la deuxième était très proche", se félicite Thierry Neuville, qui a terminé à 2"3 du second, Kalle Rovanperä. "Nous avons continué à y croire jusqu'au bout. Nous avons marqué de gros points pour les deux [championnats, pilotes et constructeurs], ce qui était vraiment nécessaire après le Monte-Carlo."

Lire aussi :

"Mon partenariat avec Martijn était également meilleur. Nous avons encore quelques soucis de communication à résoudre, pour que sa formulation soit plus claire et que je le comprenne mieux, mais je suis sûr que nous allons être meilleurs sur ce point", assure le pilote belge.

"Nous avons un système de communication différent dans la voiture. Cela fonctionnait plutôt bien avec mon ancien copilote [Nicolas Gilsoul], mais Martijn parle français alors que sa langue maternelle est le flamand, donc c'est déjà parfois difficile pour lui d'avoir la bonne prononciation et, avec le problème d'intercom en plus, j'ai parfois eu du mal à clairement entendre la différence entre un 50 et un 75. À chaque fois, j'hésitais. On s'est fait quelques chaleurs à cause de ça, mais il y a aussi quelques endroits où j'ai perdu du temps parce que j'avais compris que le virage était plus lent qu'il ne l'était [réellement]."

Thierry Neuville, cinq fois vice-Champion du monde, souligne également qu'il se sent à présent en totale harmonie avec la Hyundai i20. "Ça faisait longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir que ce week-end à la piloter", commente-t-il. "La voiture a très bien fonctionné, je n'ai pas eu à me plaindre. Elle a fait exactement ce que je voulais qu'elle fasse et je me suis tout simplement senti à l'aise même si certaines spéciales étaient très compliquées."

"Nous n'avons eu aucun problème avec la voiture, pas d'erreurs, la voiture a bien fonctionné et l'équipe a fait un travail incroyable. Ils nous ont aussi donné l'opportunité de faire un test avant cette épreuve [en disputant un rallye local en Estonie, ndlr] et au final ça a marché."

partages
commentaires
Vainqueur de l'Arctic Rally, Ott Tänak a dû "pousser" Hyundai
Article précédent

Vainqueur de l'Arctic Rally, Ott Tänak a dû "pousser" Hyundai

Article suivant

Jean Todt salue la "flexibilité" dont a été capable le WRC

Jean Todt salue la "flexibilité" dont a été capable le WRC
Charger les commentaires