Toyota "déteste perdre, et cela s'applique au WRC"

partages
commentaires
Toyota
Par : Jean-Philippe Vennin
17 déc. 2016 à 14:00

Ainsi s'est exprimé mardi le président de Toyota Gazoo Racing, Akio Toyoda, lors de la présentation de la nouvelle Yaris WRC qui sera alignée en 2017 par l'équipe dont le programme rallye est entre les mains de Tommi Mäkinen.

Détails de la Toyota Racing, Toyota Yaris WRC 2017
Toyota Racing, Toyota Yaris WRC 2017
Toyota Racing, Toyota Yaris WRC 2017
Toyota Racing, Toyota Yaris WRC 2017
Toyota Racing, Toyota Yaris WRC 2017
Toyota Racing, Toyota Yaris WRC 2017
Björn Waldegård, Hans Thorszelius, Toyota Celica Twin Cam Turbo
Carlos Sainz, Luis Moya, Toyota Celica GT-4
Carlos Sainz, Luis Moya, Toyota Celica Turbo 4WD
Juha Kankkunen, Juha Piironen, Toyota Celica Turbo 4WD
Didier Auriol, Bernard Occelli, Toyota Celica Turbo 4WD

Le retour de Toyota était dans l'air depuis quelques années maintenant, plus particulièrement depuis que Toyota Motorsport Group (TMG), l'antenne compétition du constructeur à Cologne où a été basé son programme en F1 et l'est toujours celui en Endurance, avait mené des tests assez intensifs - sur tous types de terrain - avec une Yaris WRC pilotée notamment par Stéphane Sarrazin, Éric Camilli et Teemu Suninen.

Lorsque j'ai assisté en spectateur au Rallye de Finlande 2014, de nombreux passionnés m'ont demandé quand Toyota ferait son retour en rallye”, a expliqué Toyoda avant la présentation de la nouvelle voiture et de ses pilotes, mardi. “J'ai été extrêmement surpris et comblé de voir que, plus de dix ans après [Toyota avait quitté le championnat fin 1999], beaucoup de gens se souviennent que Toyota a couru en WRC.”

Du fait qu'ils impliquent une compétition sur tous les types de routes, les rallyes sont le stade optimal sur lequel montrer les capacités de nos membres et de nos voitures”, a poursuivi le PDG du team. “Toyota n'a pas été présent à ce stade depuis longtemps, mais je suis vraiment content de ce retour.”

La nouvelle Yaris présentée cette semaine ne reprend que le moteur évolué de la première version, après que le programme a été transféré à la structure de l'ancien pilote et quadruple champion du monde Tommi Mäkinen, en Finlande, et officialisé à l'été 2015.

Tommi Mäkinen a remporté de nombreux rendez-vous du WRC, et il a l'expérience d'avoir couru sur une variété de voitures, y compris des Mitsubishi et Subaru”, a expliqué Toyoda. “C'est précisément parce que nous avons compris que Tommi pourrait donner à Toyota une variété d'expériences qui étaient inimaginables jusque-là, que nous lui avons demandé de mener notre voiture et la construction de notre équipe.”

Non seulement Mäkinen n'a jamais piloté pour Toyota, mais encore a-t-il barré la route du titre mondial aux pilotes de la marque en 1998 et 1999 - s'imposant devant Carlos Sainz puis Didier Auriol respectivement. Sous la houlette d'Ove Andersson - un autre ancien pilote - à partir de 1972, à Uppsala, en Suède, puis Bruxelles et enfin Cologne, sous les appellations d'Andersson Motorsport puis de Toyota Team Europe et enfin de TMG après son rachat en 1993, l'équipe avait toutefois rapporté trois couronnes des constructeurs et quatre des pilotes à Toyota jusqu'en 1999.

Hommage aux stars du passé

Je voudrais saisir cette opportunité pour exprimer mon respect envers tous ceux qui ont créé un lien fort entre le rallye et Toyota, et gravé ce lien dans la mémoire des gens, y compris le regretté Ove Andersson, qui a lancé l'équipe Toyota dans les années 70 et l'a menée par la suite”, a d'ailleurs souligné Toyoda, avant d'énumérer également : “Le regretté Björn Waldegard, qui a catapulté Toyota au sommet du WRC dans les années 1980 [victoires à répétition au Safari et en Côte d'Ivoire], et Carlos Sainz, Juha Kankkunen et Didier Auriol, qui ont décroché des championnats des pilotes pour Toyota dans les années 1990.”

Si le choix de revenir via l'équipe de Mäkinen en Finlande, plutôt qu'avec un programme que l'on pourrait qualifier de 100% officiel dirigé depuis Cologne, a pu faire douter certains de la réussite future du projet, l'implication de Toyota n'en est pas moins sérieuse et vise à retrouver le lustre d'antan dans la discipline, si l'on en croit les propos d'Akio Toyoda.

Comme je l'ai dit après les 24 Heures du Mans de cette année, Toyota Gazoo Racing ‘déteste’ perdre”, a-t-il rappelé, évoquant le souvenir cruel d'un abandon dans le dernier tour. Et d'ajouter : “Soyez assuré que la même attitude s'applique au WRC.”

Prochain article WRC
Mäkinen - Ogier a bien fait de ne pas signer chez Toyota

Previous article

Mäkinen - Ogier a bien fait de ne pas signer chez Toyota

Next article

Camilli devrait courir, Østberg sur une WRC 2017

Camilli devrait courir, Østberg sur une WRC 2017

À propos de cet article

Séries WRC
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Actualités