WRC - Bilan saison : Retour réussi pour Hyundai

Jeudi 16 janvier 2014, Saint-André-de-Rosans

Jeudi 16 janvier 2014, Saint-André-de-Rosans. Dani Sordo tente une dernière fois de redémarrer le moteur de sa Hyundai i20 WRC, alors qu'il est sur le point de prendre le départ de la cinquième spéciale du Rallye Monte Carlo. Le contact est enclenché. Le moteur tousse. Rien n'y fait : le quatre cylindres 1,6l turbo s'est éteint.

Un officiel s'approche de l'équipe technique entourant la voiture coréenne : "Alors ? Vous comptez prendre le départ à l'heure ?" demande-t-il benoîtement. Les voitures suivant Sordo se présentent déjà au point-stop : il faut prendre une décision, et vite. Les mécaniciens de Hyundai ont alors parfaitement conscience qu'ils ne peuvent compter sur un forfait temporaire sur cette cinquième spéciale, pour mieux repartir en Rally2* plus tard dans la course.

*Solution qui permet à une voiture de reprendre la course après de longues réparations et plusieurs spéciales ratées, moyennant un temps de pénalité.

"Signifiez "Abandon" sur votre papier", lâche alors le responsable technique de Hyundai envers le commissaire. Toute l'équipe est dépitée. Et il y a de quoi : les deux i20 engagées ne verront même pas la fin de la toute première étape de la saison. Thierry Neuville est en effet sorti de la route après seulement six kilomètres sur la première spéciale, alors qu'il avait signé le meilleur temps lors du premier split. Rageant.

Préparation express

Pourtant, le simple fait d'être parmi les engagés de ce Rallye Monte Carlo était en soi un vrai exploit pour Hyundai. Seuls 394 jours ont en effet séparé ce fameux 16 janvier 2014 de la prise de quartier de l'équipe, un certain 19 décembre 2012, dans l'usine d'Alzenau, près de Francfort en Allemagne.

Trois mois plus tôt, la marque coréenne avait annoncé en grande pompe son retour en WRC lors du Mondial de l'Automobile de Paris. Des essais studieux avaient suivi, avec pas moins de 8 000 km parcourus en Corée et dans la région de Francfort. Un véritable tour de force orchestré par Michel Nandan, transfuge de Peugeot Sport, parvenu à rendre l'équipe opérationnelle en à peine douze mois.

Hors de question cependant de réitérer les erreurs du passé : la marque coréenne avait en effet effectué un premier passage en WRC de 2000 à 2003 en alignant une Hyundai Accent. Avec des résultats mitigés et aucune victoire au compteur.

Hyundai se présente donc en ce début d'année 2014 avec des objectifs modestes : terminer le plus souvent possible, et décrocher au gré des faits de course un podium ici ou là. Il est vrai que la philosophie du constructeur coréen diffère nettement de celle appliquée par Volkswagen un an plus tôt.

Avant son retour en 2013, la marque allemande avait en effet déjà réalisé une saison complète, sur une Skoda Fabia S2000, dans le simple but de roder ses équipes. Mais tout le monde n'a pas les moyens de se payer une année de simulation grandeur nature. Hyundai engage donc sa i20 WRC dès son retour dans la discipline pour apprendre sur le tas. Difficile donc de pousser plus loin la comparaison entre les deux équipes.

De la Corona au champagne

La voiture va donc présenter quelques maladies de jeunesse, et notamment une faiblesse au niveau des suspensions, ainsi qu'un manque criant de puissance moteur.
Néanmoins, les deux voitures parviennent à voir l'arrivée dès la deuxième manche de la saison en Suède. Certes les deux bolides terminent l'épreuve pantelants, loin des points après avoir été reversés en Rally2, mais tout de même.

La progression se fait encore plus prégnante dès la manche suivante, au Mexique, lorsque Thierry Neuville signe le premier podium de l'équipe, après un scénario improbable : en proie à des bris mécaniques et avec 33 km restant à parcourir, le pilote belge alimente son radiateur percé avec... de la bière Corona ! Symbole de la détermination et de l'ingéniosité qui ont animé Hyundai cette l'année.

Les rallyes passent et l'équipe coréenne monte en puissance. Les arrivées dans les points se font plus régulières, et Thierry Neuville, seul pilote engagé à plein temps, ne tardent pas à renouer avec le champagne du podium. C'est chose faite en Pologne, avant l'apothéose du Rallye d'Allemagne, à la fin du mois d'août.

Là, sur les terres de Volkswagen, Hyundai va damer le pion à l'équipe allemande et décrocher le premier succès de son retour dans la discipline. Et devenir le seul team cette saison à priver la firme de Wolfsburg de victoire. Excusez du peu. Comble de l'extase, Dani Sordo assure le doublé, un an quasi jour pour jour après avoir remporté sa première victoire en Mondial sur une DS3 WRC, déjà en Allemagne.

Bien sûr, les mauvaises langues prétexteront que les i20 n'étaient pas vraiment dans le rythme ce jour-là. Qu'elles ont profité des faits de course, et notamment des abandons de Sébastien Ogier, Jari-Matti Latvala et Kris Meeke pour s'imposer.

Mais si Hyundai accusait un aussi important déficit de vitesse, pourquoi un certain Andreas Mikkelsen, troisième au terme de l'épreuve et évoluant pourtant sur une Polo R, n'est-il pas parvenu à signer sa première victoire en WRC ce jour-là ?

On oublie aussi que Thierry Neuville et son copilote Nicolas Gilsoul avaient débuté de la pire des manières ce rallye. En effet, lors du shakedown, les deux compères furent victimes d'une violente sortie de route et de multiples tonneaux dans les vignobles de Trèves.

Arrivée au service park dans un piteux état, les mécaniciens de Hyundai réussirent la prouesse de remettre la voiture d'aplomb pour le départ de la première spéciale... 18 heures plus tard ! La vérité est que l'équipe coréenne, du haut de ses neuf rallyes d'expérience, était celle qui avait le mieux gérer sa course sur l'ADAC Rallye Deutschland.

Objectif 2015

Hyundai fut même en lisse pour la place de dauphin de Volkswagen au classement général jusqu'à l'ultime épreuve de la saison, au Pays-de-Galles. Mais elle terminera finalement cette première saison à une brillante quatrième position avec 187 points, à moins d'une victoire de Citroën, deuxième.

Au final, l'équipe Hyundai peut être satisfaite de sa première saison dans le cadre de son retour en WRC. Ses trois podiums et son succès en Allemagne ont en effet bien préparé le terrain pour une saison 2015 qui s'annonce prometteuse.

Avec une i20 améliorée capable de suivre le rythme de la Polo R, et des pilotes du calibre de Thierry Neuville, bien épaulé par l'expérimenté Dani Sordo et le fougueux Hayden Paddon, le désastre de Saint-André-de-Rosans ne devrait pas se reproduire en janvier.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Pilotes Kris Meeke , Jari-Matti Latvala , Michel Nandan , Andreas Mikkelsen , Sébastien Ogier , Hayden Paddon , Thierry Neuville , Nicolas Gilsoul
Type d'article Actualités