Une année 2017 éprouvante sur les plans humain et sportif pour Ten Kate

L'équipe néerlandaise a connu un début de saison catastrophique, marqué par des résultats décevants, et surtout par le décès de Nicky Hayden.

Une année 2017 éprouvante sur les plans humain et sportif pour Ten Kate
Ronald Ten Kate, Honda World Superbike Team
Alex Lowes, Pata Yamaha, Stefan Bradl, Honda World Superbike Team
Stefan Bradl, Honda World Superbike Team, Jake Gagne, Honda World Superbike Team, Randy Krummacher
Stefan Bradl, Honda World Superbike Team
Stefan Bradl, Honda World Superbike Team
Roman Ramos, Team Go Eleven, Stefan Bradl, Honda World Superbike Team, Jake Gagne, Honda World Superbike Team
Roman Ramos, Team Go Eleven, Stefan Bradl, Honda World Superbike Team, Randy Krummenacher, Puccetti Racing
Stefan Bradl, Honda World Superbike Team
Stefan Bradl, Honda World Superbike Team
Hommage à Nicky Hayden avec ses motos
La moto de Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team, Stefan Bradl, Honda World Superbike Team, avec Ronald Ten Kate et Marco Chini
Stefan Bradl, Honda World Superbike Team
Stefan Bradl, Honda World Superbike Team
Stefan Bradl, Honda World Superbike Team

C'est avec le moral en berne et surtout le cœur lourd que le team Ten Kate a bouclé la première partie du championnat 2017 de Superbike. Une saison qui tient du cauchemar pour l'équipe néerlandaise jusqu'ici, alors qu'à des résultats très en-deçà des attentes est venue s'ajouter la disparition, fin mai, de son pilote de pointe Nicky Hayden.

Tout laissait pourtant à penser en début de saison que l'équipe allait poursuivre sur sa lancée enclenchée en 2016, où elle avait terminé l'exercice à la troisième place, avec une victoire décrochée par le Kentucky Kid sur une piste détrempée à Sepang, agrémentée de trois autres podiums.

Forte d'un nouveau partenariat de sponsoring avec Red Bull et de l'arrivée de Stefan Bradl, en provenance directe du MotoGP avec cinq saisons passées dans la catégorie reine dans ses bagages, la structure pouvait légitimement espérer franchir un nouveau cap.

Mais l'arrivée tardive de la nouvelle Fireblade, juste avant le début de la saison à Phillip Island, a provoqué un retard considérable dans le développement, que l'équipe n'a pour le moment pas réussi à combler. "Cela a été une première partie de saison très compliquée pour nous", admet le team manager de l'équipe, Ronald Ten Kate, au micro du site officiel du Superbike. "D'abord, sur le plan sportif, cela a été difficile avec l'arrivée tardive de la moto, on a été sur le reculoir à cause de cela. Mais le plus grand impact pour nous cette saison a été la disparition de Nicky Hayden. Cela a été difficile pour nous, mais aussi pour les fans." 

Retard dans le développement 

Au lieu d'en découdre d'emblée avec les Kawasaki et les Ducati à l'avant du peloton, il a donc fallu essuyer les plâtres et tenter d’éradiquer, lors des week-ends de courses, les maladies de jeunesse, nombreuses, qui affublent cette nouvelle Honda. 

Loin d'être en mesure d'aller chercher la performance, les deux pensionnaires de l'équipe ont donc dû concentrer leurs efforts sur le déverminage de la moto. Un travail d'autant plus nécessaire que cette dernière avait été profondément remaniée avec un nouvel électronique censé solutionner le déficit d'accélération et de régime moteur de la précédente machine, tout en adoucissant la distribution de puissance et en octroyant un meilleur feeling de l'arrière aux pilotes.

Beaucoup de temps perdu donc lors des épreuves, sans réellement avoir la possibilité de se battre pour des résultats tangibles. Le cas particulier de Bradl mis à part, Hayden était resté scotché à deux reprises en cinq manches en Superpole 1 jusqu'à Imola, loin de son niveau de performance de l'an passé. "Avec l'arrivée tardive de la moto, nous avons dû faire beaucoup de travail que normalement nous faisons durant l'hiver", reprend Ten Kate. "C'est très dur pour nous de nous mettre à niveau durant les week-ends de course, et avec l'interdiction des essais, nous ne pouvons pas tester où nous le voulons. Mais nous progressons, même si cela n'est pas forcément visible en piste, et nous sommes assez confiants sur le fait de pouvoir disposer d'une moto de nouveau compétitive d'ici la fin de la saison."

Pour cela, tous les espoirs de l'équipe repose désormais sur les épaules de Bradl, débutant dans la discipline, et actuellement à la 13e place du championnat. Une charge de travail et des responsabilités importantes pour un pilote qui ne bénéficie plus à présent de référence au sein du garage, et doit prendre le pli d'une machine résolument distincte de celles du MotoGP. "La plupart des gars qui viennent du MotoGP rencontrent les mêmes problèmes je dirais", reprend le patron du team. "La philosophie de la moto est différente, les pneus sont différents. Mais il progresse, et de notre côté nous devons progresser également pour qu'il puisse piloter au niveau souhaité, ce qui n'est pas le cas pour le moment." 

Pour ce faire, le pilote allemand pourra compter sur un intense programme de développement de la CBR, fruit d'un travail acharné de l'équipe durant l'été. "Nous avons quelques tests de prévus durant la pause estivale, donc ça ne va pas être des vacances de tout repos nous concernant", poursuit Ten Kate. "Nous allons apporter plusieurs changements fondamentaux sur la moto, essentiellement au niveau électronique, et cela devrait nous remettre dans l'avancée de nouveau."

partages
commentaires
Une saison faite de hauts et de bas pour Davies
Article précédent

Une saison faite de hauts et de bas pour Davies

Article suivant

Dauphin de Rea, une position peu enviable pour Sykes

Dauphin de Rea, une position peu enviable pour Sykes
Charger les commentaires