Aprilia distancée? "Au moins jusqu'à la fin de la saison" d'après Biaggi
Max Biaggi, Aprilia Racing Team
Jordi Torres, Aprilia Racing Team et Max Biaggi, Aprilia Racing Team
Max Biaggi, Aprilia Racing Team
Leon Haslam, Aprilia Racing Team
Jordi Torres, Aprilia Racing Team
Leon Haslam, Aprilia Racing Team
Max Biaggi, Aprilia Racing Team
Jordi Torres, Red Devils Roma

Max Biaggi est certainement le pilote qui connaît le mieux l'Aprilia RSV4 RF engagée en WSBK, à la fois grâce à son rôle de pilote essayeur pour le constructeur de Noale et à sa participation, le week-end dernier, à la manche de Misano en tant que wild-card.

Pourtant, malgré plusieurs centaines de kilomètres à son guidon, l'Italien estime ne pas avoir encore parfaitement saisi les limites de la machine. "J'aurais eu besoin de plus de temps et de tester des choses différentes," juge-t-il pour Omnicorse. "Par exemple, depuis que je pilote cette RSV4 RF, je ne suis jamais tombé, ce qui n'est pas toujours bon. Parfois, une glissade aide à comprendre ses propres limites et celles de la moto, que l'on ne peut pas vraiment connaître si l'on ne tombe jamais."

Je ne suis jamais tombé avec la RSV4 RF. Parfois, une glissade aide à comprendre ses propres limites et celles de la moto.

Max Biaggi

En prenant part à la manche de Misano, Max Biaggi a tout de même pu juger de près les performances des différentes machines qui animent les avant-postes du Championnat du Monde Superbike. Et son bilan est sans appel : entre Kawasaki, Ducati et Aprilia, "cela ne fait aucun doute que c'est Aprilia qui s'est fait le plus distancer. Tout le monde le voit."

"Kawasaki a fait d'énormes progrès. Ducati a bien exploité le nouveau règlement. Ils en ont tiré profit de façon intelligente et leur moto a beaucoup progressé, pour devenir une machine capable de gagner," analyse le double Champion du Monde de la discipline. "Ducati travaille beaucoup pour revenir au sommet et gagner le plus vite possible, mais il ne fait aucun doute que le règlement leur a donné un coup de main. Il a enlevé quelque chose à Aprilia et Kawasaki pour le donner à Ducati, cependant chez Kawasaki ils ont été très forts pour maintenir un niveau très élevé, avec une moto équilibrée et rapide. Ils ont de très bons pilotes, mais quand tu domines tout le temps il est évident que la moto a quelque chose que la concurrence n'a pas."

Max Biaggi a également pu remarquer que Ducati et Aprilia usaient particulièrement leurs pneus, problème que ne semble pas rencontrer Jonathan Rea, leader incontesté de cette campagne mondiale. "La Ninja a un équilibre incroyable, elle exploite bien les pneus. La différence se remarque moins dans les courses chaudes, mais avec les températures plus basses elle est notable," reconnaît l'Italien. "Je pense que le secret de Kawasaki vient du moteur, qui est petit et compact, et qui permet d'avoir un amortisseur arrière très long, c'est un bel avantage."

Sur les seize courses disputées depuis le coup d'envoi de la saison, quatorze ont été remportées par Kawasaki, les deux autres victoires ayant récompensé Aprilia et Ducati. Une tendance bien maigre et qui ne suffit pas à rassurer Biaggi sur le potentiel de sa machine, trop inférieure à la Ninja de référence. "L'Aprilia gagnait, maintenant elle a du mal. Elle n'a remporté qu'une course en 2015 et c'est vraiment peu par rapport au passé récent," rappelle-t-il.

Je ne sais pas pourquoi le moteur a été abaissé. On a fait plusieurs tentatives de positionnement du moteur : chaque fois qu'on l'a abaissé, on a obtenu de mauvais résultats.

Max Biaggi

"Le problème d'Aprilia, c'est d'abord ce moteur abaissé. Ce ne sont que quelques millimètres mais cela affecte son comportement et sa maniabilité," explique l'Italien, qui voit là les premiers progrès à accomplir : "Avant toute chose, il va être fondamental d'élever le moteur. Je ne sais pas pourquoi il a été abaissé. Cette moto, je l'ai développée en partant de zéro et on a fait plusieurs tentatives de positionnement du moteur. Chaque fois qu'on l'a abaissé, on a obtenu de mauvais résultats."

Ce changement demandé par Max Biaggi implique une vision à long terme, qu'Aprilia n'a pas forcément. "Rien ne pourra changer la moto radicalement en quelques mois, et cela est aussi dû au règlement. Cette tendance, avec Kawasaki et Ducati devant, se maintiendra au moins jusqu'à la fin de cette saison," estime le pilote. "Si la marque veut continuer en Superbike, ils savent où intervenir pour améliorer la moto et se battre à nouveau pour la victoire à l'avenir."

 

partages
Superstock 600 - Le titre, déjà, pour le protégé de Kenan Sofuoglu
Article précédent

Superstock 600 - Le titre, déjà, pour le protégé de Kenan Sofuoglu

Article suivant

Carlos Checa de retour au guidon de la Ducati Superbike

Carlos Checa de retour au guidon de la Ducati Superbike