Aprilia sur le point de cesser son engagement officiel en Superbike

Après moult hésitations, Aprilia semble décidé à mettre un terme à son engagement officiel en Championnat du Monde Superbike, afin de recentrer son attention et ses ressources sur le MotoGP.

En anticipant d'un an son arrivée dans la catégorie reine des Grands Prix, le constructeur de Noale s'est lancé dans une aventure coûteuse, qui ne laisse pas de place à l'approximation. En parallèle, la marque espérait que la RSV4 engagée en WSBK pourrait profiter de ses bonnes bases et poursuivre sur la lancée du titre décroché l'an dernier par Sylvain Guintoli. Las, elle n'a pas été en mesure de contrer le rouleau compresseur Kawasaki, ni même de rivaliser durablement avec Ducati.

Le Superbike a joué un rôle important dans l'histoire d'Aprilia, mais nous n'aurons pas d'équipe factory l'année prochaine.

Romano Albesiano, Aprilia

Le constat est donc sans appel : sans implication complète de la marque, la RSV4 n'est pas à la hauteur des exigences et mieux vaut cesser là un engagement qui peut écorner l'image d'un constructeur au palmarès riche en dérivées de séries. Car il ne faut pas oublier qu'Aprilia en Mondial Superbike, ce sont sept titres Pilotes (Biaggi 2010/2012, Guintoli 2014) et Constructeurs (2010, 2012, 2013 et 2014).

"Le Superbike a joué un rôle important dans l'histoire d'Aprilia, mais nous n'aurons pas d'équipe factory l'année prochaine," a indiqué Romano Albesiano, responsable du département course, à Bikesportnews. "Les efforts requis par le projet MotoGP sont tellement grands qu'ils demandent notre pleine implication. Notre avenir est en MotoGP."

"L'objectif cette année était la troisième place du Championnat du Monde et nous sommes toujours en train de nous battre pour cela," rappelle le patron, sachant que Leon Haslam aurait 36 points à combler sur Tom Sykes pour atteindre le top 3. "La saison a bien commencé, puis nous avons eu plus de mal. Cette année, notre implication était triple avec le MotoGP, le Mondial Superbike et un team en Superstock 1000, où nous sommes leaders avec Savadori. C'est beaucoup de travail!"

La priorité stratégique est d'arriver au top en MotoGP en l'espace de trois ans.

Romano Albesiano

Cette décision a beau être un crève-coeur, elle semble donc ferme et irrévocable. "Nous ne pouvons pas tout faire," suggérait déjà cet été Albesiano à GPone. "Le Superbike est une part très importante de l'histoire de notre marque, mais en ce moment la priorité stratégique est d'arriver au top en MotoGP en l'espace de trois ans. Ce n'est pas simple, et il faut investir encore plus d'énergies."

Un programme privé est toujours possible

Depuis que les doutes des responsables d'Aprilia ont émergé, les solutions proposées n'ont pas manqué. Plusieurs sponsors ont été envisagés pour couvrir la totalité des frais et permettre de mener un train de vie à la hauteur des ambitions de la marque, et Max Biaggi a même suggéré qu'il aimerait prendre les rênes du projet... Rien de tout cela n'a abouti à ce jour.

Si Albesiano annonce désormais sans détour que l'engagement d'Aprilia cessera à la fin de cette saison, une bouée de sauvetage est encore possible. "Bien sûr, si des teams satellites sont intéressés, Aprilia restera en Superbike," suggère-t-il en effet.

L'avenir d'Aprilia en WSBK ne peut donc passer que par un team privé, qui déciderait de reprendre les motos et de faire perdurer la présence des RSV4 en grille, mais cela sans compter sur le moindre investissement de la marque.

Des pilotes dans l'expectative

Cette annonce est une claque pour les nombreux pilotes attirés par la RSV4, une machine titrée encore récemment. Si Leon Haslam est depuis plusieurs mois sous le feu des critiques de ses patrons à cause de résultats jugés trop modestes au regard de son expérience, le rookie Jordi Torres a, lui, convaincu par sa capacité d'adaptation à la discipline et assure qu'il souhaite poursuivre l'aventure.

Les récentes tractations laissaient penser que l'Espagnol aurait pu être rejoint par un autre néophyte, l'Italien Lorenzo Savadori, actuellement engagé avec la marque italienne en Superstock 1000. Ou bien par un Champion du Monde, l'Américain Nicky Hayden, qui doit trouver un point de chute à l'heure de quitter le MotoGP. Un binôme Hayden-Torres ne manquerait pas de panache et nourrirait une ambition limpide : viser le titre dès 2016.

Quant à Sam Lowes, un temps envisagé, il est sur le point d'officialiser une saison supplémentaire en Moto2, avant un passage annoncé en MotoGP à l'horizon 2017, faisant ainsi fructifier le pré-contrat qu'il avait signé avec Aprilia en Grands Prix.

L'avenir est donc particulièrement flou pour Aprilia, l'un des acteurs historiques et majeurs du Superbike. Il faut désormais que les candidats sortent du bois pour tenter de monter un projet suffisamment solide pour être à la hauteur du prestige de la marque et des pilotes qui pourraient s'embarquer dans cette aventure.

Rappelons que, l'an dernier déjà, Aprilia avait annoncé son retrait du Championnat du Monde Superbike, avant de se rétracter et d'appuyer son programme sur le team Red Devils. Des tergiversations qui ont eu de lourdes conséquences, car ce temps de latence a laissé filer ceux qui auraient souhaité accompagner ce projet, à l'image de Sylvain Guintoli.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WSBK
Pilotes Nicky Hayden , Max Biaggi , Leon Haslam , Jordi Torres
Équipes Aprilia Racing Team
Type d'article Actualités
Tags annonce, aprilia, retrait, romano albesiano