Boycott en Argentine : Laverty s'en prend à Rea

partages
commentaires
Boycott en Argentine : Laverty s'en prend à Rea
Par :
13 oct. 2019 à 08:32

Scène peu habituelle en Argentine ce samedi, puisque seuls 12 pilotes ont pris le départ de la Course 1 du week-end WorldSBK, suite à un boycott, trop peu suivi du goût d'Eugene Laverty.

Très poussiéreuse en début de week-end, la piste de Villicum en Argentine a vu son état empirer au fur et à mesure que la température augmentait. Cela avait pour conséquence que de l'huile remontait de sous la surface du tracé, rendant un tarmac déjà très glissant encore plus délicat à négocier. Le Français Loris Baz a été piégé lors de la Superpole, et s'est cassé le poignet. Les pilotes étaient alors bien décidés à boycotter la première manche du week-end, selon Eugene Laverty.

Le Nord-Irlandais a finalement été l'un des six pilotes n'ayant pas pris le départ, tout comme Chaz Davies, Marco Melandri, Sandro Cortese, Leon Camier et Ryuichi Kiyonari, laissant 12 machines sur la grille. Selon Laverty, les organisateurs n'ont pas respecté leur parole, appelant à une nouvelle réunion entre les pilotes et eux. Le pensionnaire de l'équipe Go Eleven s'est également montré très critique vis-à-vis de Jonathan Rea, tout fraîchement couronné Champion du monde pour la cinquième fois consécutive.

Lire aussi :

"Nous nous étions mis d'accord avec les organisateurs pour nous rencontrer", a expliqué Laverty au micro d'Eurosport. "En EL3 ça allait mieux comme il faisait moins chaud, mais en Superpole c'était très limite avec l'augmentation de la température. Nous savions que nous allions donc leur parler de nouveau, mais ils ont ensuite fait quelque chose de très sournois. Ils ont parlé aux team managers, pour nous mettre la pression pour courir, donc nous les pilotes nous sommes réunis, et un bon 90% des pilotes étaient d'accord pour ne pas courir."

"Il y a toujours quelques idiots qui veulent courir, et il y avait donc des gars comme Bautista ou Rinaldi qui voulaient faire la course peu importe les conditions. Mais nous avions des gars comme le Champion du monde Jonny Rea qui nous soutenaient. Il ne voulait pas courir, Alex Lowes non plus, van der Mark, tous ces gars. Peu de pilotes voulaient courir, et je suis très déçu par Jonny Rea, qui nous représente en tant que Champion du monde. Il aurait dû avoir plus de courage, il a pris une décision très 'molle' en prenant le départ, et nous a laissés tomber, je vais devoir lui en parler ensuite."

Le pilote Ducati Chaz Davies s'est fait écho des critiques face au pilote Kawasaki, mais il sait également à quel point la pression était sur les épaules de Rea. Ce dernier est le visage du Superbike depuis cinq ans maintenant, et il a forcément été mis sous une pression intense par différents organismes avant le départ à Villicum.

"Il avait une énorme pression de la part de son équipe pour prendre le départ, il n'était pas vraiment ravi de le faire, mais il s'est présenté sur la grille. Il vaut beaucoup plus que nous, il parle pour 10 ou 15 d'entre nous. Je suis juste super déçu de cela", a indiqué Davies. De son côté, Eugene Laverty a bien indiqué que sa "petite rébellion" ne concernait que la course de samedi, des températures plus clémentes étant attendues ce dimanche.

Article suivant
Alex Lowes officialisé chez Kawasaki pour 2020

Article précédent

Alex Lowes officialisé chez Kawasaki pour 2020

Article suivant

Rea défend sa décision de ne pas boycotter la course de samedi

Rea défend sa décision de ne pas boycotter la course de samedi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Catégorie SBK Course 1
Lieu Circuit de Villicum
Auteur Michaël Duforest