Concurrence et encadrement des coûts : le règlement WSBK change

Face à la domination de Kawasaki, seulement troublée par Ducati, le World Superbike réagit en dévoilant des changements réglementaires visant à rendre le championnat plus concurrentiel mais aussi à en encadrer les coûts.

Concurrence et encadrement des coûts : le règlement WSBK change
Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Leon Camier, MV Agusta, Jordi Torres, Althea Racing
Takumi Takahashi, Honda World Superbike Team, Davide Giugliano, Honda World Superbike Team
Chaz Davies, Ducati Team, Tom Sykes, Kawasaki Racing
Daniel Carrera, Gregorio Lavilla, Dorna
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Jonathan Rea, Kawasaki Racing, Chaz Davies, Ducati Team
Xavi Fores, Barni Racing Team, prend la tête au départ
Chaz Davies, Ducati Team

À l'approche de la dernière manche de la saison, la Commission Superbike a voté cette semaine les changements à appliquer au règlement du Championnat du monde Superbike pour l'année prochaine. La promesse est triple : niveler le championnat, le rendre plus disputé et en limiter les coûts.

"Le règlement 2018 a été approuvé après l’examen de nombreux aspects du championnat. Une analyse détaillée a été réalisée en collaboration avec les équipes, les pilotes et les constructeurs, une attention particulière étant portée sur la parité, l'accessibilité et la concurrence", expliquent les instances dirigeantes.

Parmi les changements annoncés, le World Superbike applique un plafonnement des prix et un processus de validation à plusieurs pièces clés du cadre, des suspensions et du moteurs des motos. Appelées "pièces approuvées", celles-ci se veulent accessibles pour toutes les équipes, et ce avec des coûts encadrés.

Des points de concessions pour des mises à jour

Par ailleurs, un système de points de concessions va faire son apparition au règlement technique dans le but de restreindre le développement des moteurs pour les motos les plus rapides. Dans la pratique, les équipes qui auront cumulé le moins de points de concessions à un certain stade de la saison seront autorisées à introduire des mises à jour.

Ces points seront attribués sur la base du résultat de chaque course sèche, à raison de trois points par victoire, deux points par deuxième place et un point par troisième place obtenue, le tout sur une base de départ de zéro point en début de championnat. Au bout de trois courses, chaque constructeur ayant obtenu au minimum neuf points de moins que le constructeur qui en possédera le plus pourra faire une mise à jour de son choix au cours de la saison. Si cette différence atteint au moins 36 points à la fin de la saison, une mise à jour pourra être faite pour la saison suivante.

De plus, les équipes privées auront accès à des pièces de moteur à prix plafonnés, une aide qui doit leur permettre d'atteindre des niveaux de performance similaires à ceux des équipes qui disposent du soutien officiel des constructeurs.

Enfin, le système d’équilibrage utilisant des limiteurs d’admission d’air a été remplacé par un système limitant le régime moteur. Les limites du régime moteur seront définies par marque, là aussi dans un souci d'équilibrer les performances.

partages
commentaires
MV Agusta recrute Jordi Torres pour 2018

Article précédent

MV Agusta recrute Jordi Torres pour 2018

Article suivant

Rolfo remplace Badovini au Qatar

Rolfo remplace Badovini au Qatar
Charger les commentaires