Guyot : Di Meglio "un pilote au-dessus, un potentiel exceptionnel"

Christophe Guyot est devenu le premier fan de Mike Di Meglio, qu'il accompagnera dans les deux programmes qu'il mènera de front en 2018, en Endurance et en Supersport.

Le GMT94 s'engage à relever un défi aussi excitant qu'ambitieux en 2018, en alignant Mike Di Meglio en Championnat du monde Supersport en parallèle de son engagement en Endurance. Tandis qu'elle tentera de conserver son titre en EWC, l'équipe française accompagnera le Champion du monde 125cc 2008 vers la vitesse, où il n'a plus couru depuis son retrait du MotoGP fin 2015.

Ce programme est une évidence pour Christophe Guyot, séduit par le Toulousain, qui a rejoint la famille du GMT94 il y a un an pour s'associer à David Checa et Niccolò Canepa en cours de saison. D'emblée, le team manager a trouvé dans son nouveau poulain les qualités d'un grand champion qu'il rêve à présent d'accompagner vers un titre en Endurance tout en jouant les outsiders de luxe en Mondial Supersport. Il s'en est expliqué à Motorsport.com.

C'est un sacré challenge d'aller en Mondial Supersport en 2018, avec Mike Di Meglio !

Mike est hyper motivé pour être Champion du monde d'Endurance. Ce sera la priorité pour le team et pour Mike, qui deviendrait le premier pilote Champion du monde Grand Prix à être Champion du monde d'Endurance. C'est le premier challenge, celui pour lequel nous allons d'abord beaucoup travailler. Après, nous avons toujours beaucoup d'ambition, un nouveau projet qui est fabuleux, une opportunité à saisir. Le règlement en Supersport nous ouvre maintenant la porte parce qu'il offre la possibilité à tous de gagner. On ne peut pas laisser passer ça et la Dorna nous accueille à bras ouverts, malgré les problèmes de calendrier que nous pouvons rencontrer. C'est vrai que c'est une saison très excitante qui s'annonce.

#94 GMT94 Yamaha : Christophe Guyot avec Niccolo Canepa et Mike di Meglio

Pourquoi miser sur Mike Di Meglio ?

Nous avons une équipe internationale. Nous avons vraiment une réunion de nationalités qui se fait de manière naturelle parce qu'on essaye de rassembler les compétences. En pilotes, nous avons un Italien, un Espagnol et un Français. Mais un Championnat du monde de vitesse, je ne le conçois pas sans un pilote français. Nous pourrons un jour avoir un deuxième pilote d'une autre nationalité, mais je pense qu'il est important aussi de développer des valeurs à travers le monde, c'est le but du sport, on le fait avec l'Endurance. En Endurance, nous avons de toute façon toujours eu un pilote français dans l'équipe, il est arrivé qu'il y en ait même trois – même si depuis David Checa ça fait longtemps que ça n'est pas possible d'en avoir trois. On a aussi des valeurs locales à défendre, une nationalité. Je pense qu'on peut aller dans le sens d'un monde beaucoup plus uni, d'une Europe soudée, en transportant aussi les valeurs de chacun, que chacun puisse avoir son identité. C'est la raison pour laquelle dans notre engagement en vitesse il y aura de toute façon un pilote français.

Quelles sont les valeurs de Mike en tant que pilote, qu'apporte-t-il comme qualités ?

Le premier mot qui me vient à l'esprit, c'est qu'il a tout. Ce sont tellement de choses… Il a vraiment tout. Le talent il l'a, on le savait. Après, ce qui est très important c'est la confiance et, là, elle est mutuelle. Il a une immense confiance dans ce qui se passe autour de lui et il réalise des performances éblouissantes, époustouflantes. Je comprends pourquoi il a été Champion du monde 125cc. C'est sûr que c'est un pilote au-dessus, c'est un pilote qui a un potentiel exceptionnel. Moi-même je suis surpris, je ne m'attendais pas à un tel niveau de performance. Je savais qu'il serait très rapide, je savais qu'il serait au niveau, il n'y aucune question, mais pour qu'il arrive à dépasser des limites comme il en a dépassé que ce soit aux 24H du Mans ou à Suzuka, c'est qu'il est en hyper confiance.

Après, dans les qualités importantes, il y a chez lui une réelle ambition, telle que rien ne lui importe d'autre que de gagner. Mais rien, c'est rien. C'est le seul pilote que je n'ai jamais eu en Endurance qui a accepté de laisser le guidon aux deux copains quand il fallait qu'ils jouent leur titre en Allemagne et qu'il fallait prendre tous les risques. Il en avait le niveau, largement, mais je ne pouvais pas le mettre dans la position d'être par terre – parce que c'était gagner ou finir par terre. Et en même temps, au Japon, quand c'était les deux autres qui étaient moins bien, jamais notre R1 n'a roulé aussi vite à Suzuka depuis 15 ans qu'on y va. Il a cette capacité d'intégrer complètement toutes les stratégies et ça va avec la confiance, mais en même temps il met son ego de côté, c'est hallucinant.

David Checa, Niccolo Canepa, Mike Di Meglio, GMT 94 Yamaha

Cela veut dire aussi qu'il a eu une excellente capacité d'adaptation entre vitesse et endurance.

S'il est le premier pilote de l'Histoire à remporter ses trois premières courses en Endurance, dont les 24H du Mans, ça n'est pas un hasard. À un certain moment de la saison, il y a eu un petit facteur chance pour nous parce qu'on a pris tous les risques, mais je trouve quand même que ça n'est pas un hasard et que c'est mérité. Oui, c'est un pilote d'exception dans la catégorie Endurance aussi, et il va être dur à battre parce que c'est un vrai compétiteur qui a tout pour la vitesse et qui a tout pour l'Endurance, c'est rare. Pour moi, il mériterait les deux titres – il en a un –, je pense que ça récompenserait la valeur.

Comment pourra-t-il passer d'un programme à l'autre l'année prochaine ?

Il n'y a aucun problème. Tous les pilotes que j'ai eus ont toujours été impliqués dans un programme de vitesse, il n'y a aucun changement chez le GMT94. Kenny Foray a été Champion de France 1995 en Stock 1000, David Checa Champion de France Superbike en 2016. La seule année où nous n'avons pas fait de vitesse en 25 ans de course c'est 2017 parce qu'on préparait 2018, il fallait tout structurer, tout préparer. Si tout va bien, David Checa devrait reconduire son projet en Championnat de France Superbike, Niccolò Canepa est test rider et il va faire deux wild-cards en Mondial Superbike et Mike va faire le Mondial Supersport. Nos trois pilotes sont impliqués dans un programme de vitesse, il n'y a pas de différence entre eux à ce niveau-là. Mike va en Mondial Supersport, on aura le soutien de la Fédération française de moto, des partenaires français qui sont vraiment intéressés par ce projet-là, c'est normal que ce soit concentré sur Mike. Mais pour nous il n'y a pas de changement, si ce n'est qu'au lieu de faire sept courses en Championnat de France, nous allons en faire 12 ou neuf ou dix en fonction des concordances de dates en Mondial.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WSBK , FIM Endurance
Pilotes Mike di Meglio
Type d'article Interview
Tags christophe guyot