Jordi Torres - "Avec BMW, je vise le top 5 ou 6"

Après sa première saison Superbike aux côtés d'Aprilia, Jordi Torres opère déjà un changement radical.

Jordi Torres - "Avec BMW, je vise le top 5 ou 6"
BMW S 1000 RR, Althea Racing
Jordi Torres, Althea Racing, BMW S1000RR
Markus Reiterberger, Jordi Torres et Raffaele De Rosa, Althea Racing
BMW S 1000 RR, Althea Racing
Jordi Torres, Althea BMW Racing
Jordi Torres, Althea Racing
Markus Reiterberger, Jordi Torres et Raffaele De Rosa, Althea Racing
Jordi Torres, Althea Racing, BMW S1000RR
Markus Reiterberger, Jordi Torres et Raffaele De Rosa, Althea Racing
Jordi Torres, Althea Racing, BMW S1000RR
Jordi Torres, Althea Racing
Jordi Torres, Aprilia Racing Team
BMW S 1000 RR, Althea Racing
Raffaele De Rosa, Markus Reiterberger et Jordi Torres, Althea Racing
Le podium de la Course 1 : Jordi Torres, Aprilia Racing Team, avec Jonathan Rea et Tom Sykes, Kawasaki Racing Team
BMW S 1000 RR, Althea Racing
Markus Reiterberger et Jordi Torres, Althea Racing
Jordi Torres, Aprilia Racing Team, vainqueur de la Course 1
BMW S 1000 RR, Althea Racing
Raffaele De Rosa, Markus Reiterberger et Jordi Torres, Althea Racing
BMW S 1000 RR, Althea Racing

Dans moins de trois semaines, le pilote espagnol fera ses débuts en course avec le team Althea BMW. Adieu la RSV4 RF, place à une BMW S1000 RR qu'il a découverte il y a quelques semaines et dont il apprend à connaître les spécificités.

Au terme d'une intense intersaison d'essais, Jordi Torres s'est confié à Motorsport.com. Attentes, points forts et développements à venir, il aborde tous les aspects essentiels de cette nouvelle aventure.

Pourquoi avoir choisi de lier ton avenir à celui du team Althea BMW ? Quelles étaient tes autres options pour 2016 ?
"J'avais plusieurs options pour 2016, mais après avoir conclu la saison 2015 sur une victoire, je voulais faire un choix sûr afin de continuer à apprendre et d'avoir encore le maximum de chances de croître en tant que pilote. C'est vrai, avec l'arrivée de Yamaha cette année, la forte implication de Hayden avec Honda, une Kawasaki aussi forte et l'évolution des travaux en cours chez Ducati, j'ai dû choisir une équipe forte, ayant l'expérience et l'envie de bien faire. Althea est un team expérimenté, idéal pour développer la BMW S1000 RR."

Après avoir disputé ta première saison Superbike avec Aprilia, comment s'est passée ta première rencontre avec ton nouveau team ?
"Quand un pilote intègre une nouvelle équipe, il y a beaucoup de choses à prendre en compte. Tu dois apprendre à connaître la moto et il est également nécessaire d'apprendre à connaître la méthode de travail de l'équipe afin de comprendre jusqu'où il est possible d'arriver.

Dans un premier temps, il est nécessaire de faire la connaissance de toute l'équipe, pour faire en sorte que les flux d'informations arrivent rapidement jusqu'au pilote. Je me sens très à l'aise au sein du team Althea et, même si je me rends compte qu'on a du pain sur la planche, je sens que l'équipe a envie de bien faire et qu'elle veut se donner à fond.

L'année dernière, avec Aprilia, je voulais juste "apprendre le championnat", mais cette année, étant donné que je sais comment se comportent les pneus et comment ils s'adaptent au style de pilotage du Superbike, le travail que je dois réaliser est très différent. Ma responsabilité est plus grande, il ne s'agit pas seulement de développer la BMW, je dois aussi modifier mon style de pilotage et l'adapter aux nouveaux réglages du moteur quatre cylindres en ligne."

Ma responsabilité est plus grande, il ne s'agit pas seulement de développer la BMW, je dois aussi modifier mon style de pilotage.

Jordi Torres

Quelle impression t'a fait ta nouvelle moto après ton premier test ?
"Le moteur de la BMW S1000 RR est meilleur que ce que je pensais. Il est rapide, très agile et il offre beaucoup de grip arrière. Par contre, il demande un style de pilotage très différent de l'Aprilia. L'inertie moteur aide en entrée de virage, mais à la sortie la trajectoire s'ouvre beaucoup."

"Je dois encore beaucoup travailler sur mon pilotage, mais mon plus gros travail va être de comprendre la moto, les informations qu'elle me donne, et d'identifier le parcours de travail qui va rendre la BMW plus compétitive. Il va falloir un peu de temps pour interpréter au mieux la BMW ; ceci dit, les essais de Vallelunga nous ont aidés à avoir un premier contact pour prendre les mesures de la moto et comprendre comment elle fonctionne."

Quel aspect de la moto t'a frappé positivement ?
"Ce qui m'a le plus surpris de la S1000 RR c'est son moteur, sa puissance brutale à haut régime. Il reste encore beaucoup à faire pour gérer toute cette puissance avec l'électronique, être compétitifs et rapides tout en maintenant la roue avant au sol."

Outre l'électronique, quels sont les autres composants qui devront être améliorés en 2016 ?
"On a essentiellement besoin de comprendre la partie arrière. Elle déverse beaucoup de chevaux sur le bitume et apporte énormément de grip, mais elle pousse beaucoup en sortie de virage. Il faut comprendre comment jouer sur l'adhérence de la roue arrière pour qu'elle pousse à la fois en milieu et en sortie de virage."

Quelle première comparaison pourrais-tu faire entre l'Aprilia RSV4 RF que tu pilotais en 2015 et la BMW S1000 RR ?
"L'Aprilia a un ADN racing, elle est née pour la compétition et il est très facile de travailler avec elle : l'électronique est très intuitive, les techniciens Aprilia la connaissaient parfaitement, le châssis aide à délivrer beaucoup de vitesse dans les virages, mais cette disposition du moteur fait qu'il est difficile d'avoir un angle fermé dans les virages."

"La BMW est une moto très agile, avec beaucoup de grip arrière, elle est nerveuse et très puissante, et son pilotage demande des virages plus anglés. Elle a une très bonne base de départ, avec un grand potentiel que l'on va découvrir."

Tu as été le Rookie de l'année Superbike en 2015. Quel est ton objectif pour la saison à venir ?
"Mon objectif pour cette année c'est de m'habituer à la moto, en comprendre les informations et apprendre à changer mon style de pilotage. Mon objectif a toujours été de faire de mon mieux et d'être le plus proche possible des avant-postes. Ça ne va pas être facile, mais je vise le top 5 ou 6."

Tu penses pouvoir te battre régulièrement pour le top 5 ?
"Je l'espère. Il va y avoir des circuits sur lesquels il sera moins simple pour moi de modifier le style de pilotage que j'ai adopté l'année dernière, et d'autres qui me seront plus favorables."

À quel point l'appui de BMW Motorrad Motorsport va-t-il s'avérer important dans les mois à venir ?
"BMW Motorrad Motorsport est à la base du projet avec Althea Racing et ils sont responsables du moteur et de l'électronique. Les techniciens BMW ont beaucoup d'expérience sur la S1000 RR, ils vont donc s'occuper principalement de cela, tandis que le team Althea Racing mènera le développement de toute la partie châssis puisqu'il a beaucoup d'expérience sur les motos de course et les circuits."

J'aimais beaucoup le format de deux courses dominicales, je pense que la vraie essence du WSBK est là.

Jordi Torres

Que penses-tu du nouveau format des week-ends de course Superbike ?
"J'aimais beaucoup le format de deux courses dominicales, je pense que la vraie essence du WSBK est là. Ce nouveau format, avec une course le samedi et une autre le dimanche, augmentera le spectacle et aidera la télévision et l'organisation, mais pour le moment je préfère le format classique de deux courses le dimanche."

Tu penses que le fait de disputer la première course le samedi pourrait être un avantage pour les pilotes et les équipes ?
"Ce changement va aider les équipes à considérer les courses indépendamment l'une de l'autre et à jouer la stratégie, tandis qu'avant c'était pratiquement un tout. Il y aura plus de temps pour réparer la moto en cas de chute, pour mettre au point l'électronique entre les courses et éventuellement pour partager les données. Peut-être que, pour le spectateur qui vient habituellement le dimanche, ce sera moins simple d'être sur le circuit pendant deux jours. Par contre, il est vrai aussi que le fan aura la possibilité de profiter de deux jours de course au lieu d'un."

partages
commentaires
Essais Aragón - L'heure des choix pour Kawasaki et Milwaukee
Article précédent

Essais Aragón - L'heure des choix pour Kawasaki et Milwaukee

Article suivant

Ducati se renforce encore et vise le titre

Ducati se renforce encore et vise le titre
Charger les commentaires