Jordi Torres confirme son potentiel, mais attend la victoire

Rookie le plus en vue de ce début de saison en WSBK, Jordi Torres a une nouvelle fois fait étalage de son talent lors de la manche thaïlandaise, en décrochant deux quatrièmes places.

Quatrième, c'était déjà le niveau qu'il avait affiché en Australie à l'occasion de ses débuts en Championnat du Monde Superbike, le mois dernier. Arrivé du Moto2, l'Espagnol avait immédiatement séduit le paddock WSBK en bataillant vaillamment contre les experts de la discipline. Et c'est justement une bagarre contre Tom Sykes qui l'avait poussé à la faute en Course 2, alors qu'il tentait de rééditer la quatrième place décrochée quelques heures plus tôt.

En Thaïlande, l'objectif était avant tout d'apprendre le tracé, inédit pour lui comme pour ses adversaires. La pluie ayant contraint les pilotes à rester aux stands durant la troisième séance d'essais libres, Jordi Torres a perdu un temps précieux, ce qui ne lui a toutefois pas empêché de bien se positionner sur la grille de départ. Alors que la Superpole australienne avait été interrompue, c'est en Thaïlande qu'il a utilisé pour la première fois le pneu qualifs proposé en WSBK, décrochant ainsi la cinquième place sur la grille.

"Je suis très heureux du travail que l'on a réalisé ce week-end parce que, même en manquant une séance, on a réussi à bien revenir," se félicite Jordi Torres. "Les Essais Libres 2 sont importants pour moi. La première séance d'essais libres me permet d'apprendre une nouvelle piste, puis j'ai besoin de la deuxième séance pour définir la base depuis laquelle entamer le travail. Ensuite, le samedi, il faut que je me concentre pour être rapide en qualifications et en Superpole."

L'Aprilia RSV4 a été conçue pour gagner. C'est lorsque j'atteindrai cet objectif que je pourrai être satisfait à 100%

Jordi Torres

En course, Jordi Torres a solidement défendu ses chances. Lors de la première épreuve du jour, il s'est défait de Troy Bayliss et Chaz Davies pour terminer dans le sillage de Tom Sykes, à 8 secondes du vainqueur. En Course 2, c'est en prenant l'avantage sur le Champion du Monde 2013 qu'il a réédité ce résultat.

Pour arriver à ses fins, l'Espagnol a notamment exploité la vitesse de pointe de son Aprilia dans les lignes droites du circuit thaïlandais et c'est à lui que revient la meilleure V-Max du week-end avec 308 km/h. Il a cependant eu plus de difficultés dans les zones de freinages et le travail abattu durant tout le week-end ne lui a pas permis de stabiliser sa moto autant qu'il l'aurait souhaité dans les freinages les plus appuyés, domaine sur lequel il entend poursuivre ses efforts lors des prochaines manches.

"Quand je me suis retrouvé derrière Sykes, j'ai repensé à Phillip Island où j'avais chuté en essayant de le dépasser," explique-t-il. "En Course 1, j'ai décidé de rester calme et de l'étudier sans prendre de risques. Cela m'a été utile pour la deuxième course. Au final j'ai terminé à la même place, mais j'apprends tour après tour."

"Comme je l'ai dit, l'Aprilia RSV4 a été conçue pour gagner et ça n'est que lorsque j'atteindrai cet objectif que je pourrai être satisfait à 100%," annonce sans détour Jordi Torres, actuellement cinquième du Championnat du Monde avec 39 points, 2 de moins que Sylvain Guintoli qui le devance.

 

A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Buriram
Sous-évènement Course
Circuit Chang International Circuit
Pilotes Troy Bayliss , Tom Sykes , Sylvain Guintoli , Chaz Davies , Jordi Torres , Phillip Island
Type d'article Actualités
Tags aprilia, buriram, chang international circuit, jordi torres