Le point sur l'affaire JR Racing, team absent du début de saison

partages
Le point sur l'affaire JR Racing, team absent du début de saison
Par :
19 mars 2015 à 16:43

Les pilotes du World Superbike prennent la pose
Troy Corser
Toni Elias, San Carlo Honda Gresini
Ayrton Badovini

Retenue par les instances dirigeantes pour faire partie de l'échiquier 2015 du Championnat du Monde Superbike, l'équipe JR Racing manquait à l'appel lors de la première manche en Australie. D'aucuns trouvaient ce retard pardonnable pour une nouvelle équipe, or la situation s'est considérablement obscurcie ces dernières semaines et JR Racing ne sera pas non plus en Thaïlande pour la deuxième épreuve.

C'est pourtant un programme séduisant qui était présenté à l'automne dernier, unissant des investisseurs de la République Dominicaine et une structure sportive allemande, Alpha Racing, qui bénéficie du soutien direct de BMW. Quatre motos avaient été commandées au constructeur et JR Racing devait s'installer à Rosenheim, siège du département course de BMW.

La propriétaire dominicaine de l'équipe, Chary Yoselin Robinson, pouvait compter sur un visage connu des paddocks - Gemma Voces Pons - pour assumer le rôle de team manager. Cerise sur le gâteau, le double Champion du Monde Troy Corser, ambassadeur BMW depuis sa retraite, était nommé directeur sportif. Quant aux pilotes, ils étaient choisis parmi les plus prometteurs du plateau : Ayrton Badovini et Toni Elias. Présenté en grande pompe à Magny-Cours en octobre dernier, le team mettait en avant le soutien du promoteur du championnat et même du gouvernement dominicain.

"Personne n'a reçu un centime"

Et puis, plus rien. L'équipe ne dispute aucune séance d'essais et annonce son forfait de la manche inaugurale sitôt l'entry list officielle du championnat publiée en janvier. A l'époque, Chary Robinson justifie le retard des paiements initiaux par la distance séparant le siège de l'équipe et la domiciliation de la banque, tout en expliquant que les délais de voyages requis par une première manche située hors d'Europe rendent ce déplacement impossible.

Deuxième épisode, quelques jours après Phillip Island. La Gazzetta dello Sport  se saisit de l'affaire, tentant de soutenir l'Italien Ayrton Badovini, embarqué bien malgré lui sur ce navire sans fond. "J'avais eu un doute en décembre : on aurait dû être en piste, mais les motos n'étaient pas encore là. Les responsables de l'équipe disaient aux mécaniciens et aux personnes impliquées de ne pas s'inquiéter, que l'argent pour lancer l'opération était en route et que tout aurait été réglé quelques jours plus tard. La route doit être longue, parce qu'on attend toujours," explique le pilote le 8 mars dernier. "Pour autant que je sache, rien n'a été acheté, pas même une vis. Je n'ai pas vu un euro et je pense qu'Elias, les mécaniciens et tous nos autres compagnons d'infortune non plus. A l'heure actuelle, nous n'avons rien, à part des contrats que l'on pourrait chiffonner."

S'en suit une réaction publique de la team manager, qui confirme la version du pilote et porte des accusations directes : "Personne n'a reçu un centime de la part des propriétaires de l'équipe, Yoselin Robinson et Manfredi Lombardi. Personne n'est à blâmer, à part ces deux personnes. Durant cette période difficile, la Dorna, BMW et Alpha Racing nous ont beaucoup soutenus. Nous avons travaillé durant plus d'un an et sommes très déçus et en colère face à cette situation. Pas seulement parce qu'il semble que nous ayons perdu notre temps, mais aussi parce que nous sommes 18 personnes sans travail."

Quatrième acte dans la foulée : la propriétaire de l'équipe répond à la team manager, par le biais d'un communiqué de presse très factuel visant à dénoncer ses fautes, à savoir avoir rendu publiques des informations internes et changé les mots de passe de messagerie de l'équipe. En outre, d'après Chary Robinson, il était de la responsabilité de Gemma Voces Pons d'informer les partenaires de JR Racing du retard pris, et ce dès la fin 2014.

En piste à Aragón ?

Dans cette dernière communication, la propriétaire de l'équipe s'excuse et assure que JR Racing pourra bientôt rejoindre les rangs du Superbike : "Yoselin Robinson tient à préciser que le travail acharné abattu pour mettre l'équipe en piste se poursuit et souhaite présenter ses excuses à toutes les personnes qui ont placé leurs espoirs dans JR Racing et ont été déçus par ce retard. JR Racing ira de l'avant en dépit de ces contretemps et, d'ici très peu de temps, nous pourrons annoncer des nouvelles positives à ce sujet."

De son côté, la team manager promettait début mars : "Nous sommes plus que prêts à commencer si les propriétaires décident de payer ce qu'ils doivent." Faut-il y voir la possibilité d'une solution pacifique ? Il est encore trop tôt pour le dire et pour savoir si les pilotes seront bien en piste avec JR Racing lors du premier rendez-vous européen du championnat, prévu à Aragón du 10 au 12 avril.

Début mars, Ayrton Badovini assurait à la Gazzetta dello Sport qu'il cherchait un autre guidon, affirmant se trouver dans une situation très délicate : "J'attends de la Dorna qu'elle nous aide en trouvant une façon de sauver notre saison. D'ailleurs, le team JR ne s'est même pas inquiété de me libérer de mon contrat, même si je considère bien évidemment que je suis absolument libre. Je pense même être en position de demander des dommages et intérêt, parce que ma carrière est sérieusement à risque à cause de cette affaire."

La situation de Badovini a ému le monde de la moto et des contacts ont eu lieu pour tenter de lui trouver un guidon. Quant à Toni Elias, resté discret ces dernières semaines, il a posté ce mercredi sur les réseaux sociaux un message sibyllin laissant penser qu'il se prépare pour ce rendez-vous d'Aragón.

Si l'on ignore à ce jour comment se conclura cette affaire, il semble bel et bien que l'arrivée du WSBK en Europe le mois prochain lui donnera un nouvel élan.

 

Article suivant
Buriram, un saut dans l'inconnue et dans la fournaise

Article précédent

Buriram, un saut dans l'inconnue et dans la fournaise

Article suivant

Troy Bayliss : "Les mêmes sensations qu'il y a 7 ans"

Troy Bayliss : "Les mêmes sensations qu'il y a 7 ans"

À propos de cet article

Séries WSBK
Pilotes Troy Corser , Toni Elias , Ayrton Badovini , Phillip Island
Auteur Léna Buffa