Les Kawasaki ont d’abord joué entre elles

Si Chaz Davies a été impérial sur sa Ducati du côté de Laguna Seca, c’est aussi parce que chez Kawasaki, on avait surtout la tête à un duel fratricide qui pose déjà les jalons de la prochaine saison. Bien remonté à la seconde place au championnat, Tom Sykes retrouve du mordant après une entame de campagne passée à subir la loi de son équipier Jonathan Rea, fraîchement arrivé dans le box d’Akashi.

L’Anglais regrette 125 points de retard sur ce binôme et premier rival et, avec 200 points encore à prendre, il faudrait un sacré renversement de situation pour priver l’Irlandais du Nord d’une couronne promise. Cependant, rien n’oblige le Champion du Monde 2013 à précipiter l’échéance en rendant les choses faciles.

Et surtout pas des consignes d’écurie que Loris Baz, alors pilote Kawasaki, n’avait pas suivi l’an dernier dans la dernière épreuve au Qatar, offrant la consécration à Sylvain Guintoli au détriment de Tom Sykes. Ce dernier s’est montré pour le moins déterminé à Laguna Seca à ne pas laisser passer la moto sœur, même si le prix à payer a été de laisser filer une Ducati vers la victoire. De fait, Sykes a montré qu’il serait un protagoniste de cette dernière partie du championnat.

Si j’avais voulu passer, j’aurais dû forcer la décision dans un dépassement risqué. Et seize points c’est mieux que zéro

Jonathan Rea

"Jonathan et moi nous sommes livrés une belle bataille durant toute la première course." a déclaré Sykes. "Mon stand m’affichait un +0 durant toute l’épreuve, et j’ai fait avec. Mon pneu arrière s’est dégradé et j’ai compensé sur certains points en tentant des choses différentes. Ce n’était pas l’idéal, mais au final, je suis heureux de cette seconde place au regard des circonstances."

"Ensuite, on a fait des changements pour la deuxième manche et j’ai d’abord senti que j’avais une super moto. Puis la pluie est arrivée et Chaz Davies a pris plus de risques pour prendre de l’avance. C’est là que la course s’est jouée. J’ai essayé de hausser le rythme mais j’ai eu quelques alertes. Il y avait trop de risques à prendre et ces deux secondes places sont acceptables."

Ceci dit, si les risques n’ont pas été pris pour recoller à la Ducati, ils ont été assumés pour garder Jonathan Rea derrière : "Lors de la première manche j’étais clairement plus rapide que Tom" a analysé le leader du championnat. "J’ai essayé de le passer, mais il n’y avait rien à faire car il avait tout de même un bon rythme. Si j’avais voulu passer, j’aurais dû forcer la décision dans un dépassement risqué. Et seize points c’est mieux que zéro. Dans la seconde manche, j’étais bien aussi mais j’ai fait quelques erreurs. Tom et moi avons perdu du temps sur Chaz Davies. Troisième est le meilleur résultat que je pouvais obtenir."

Un résultat qui est aussi le pire pour le pilote à ce stade de la saison. C’est dire le rythme imposé par celui qui revendique à présent dix-huit podiums en autant de courses disputées. Mais Tom Sykes n’en a cure, il ne sera pas un spectateur ébahi par cette marche triomphale. Au contraire, il compte bien se rappeler au bon souvenir de son équipe et du plateau.

Questionné sur cette conjoncture, le patron Guim Roda a déclaré sur GPOne qu’il pourrait donner la consigne à Rea de favoriser Sykes pour qu’il assure sa place de dauphin au championnat. Une belle pirouette pour éviter le sujet qui fâche, même si Chaz Davies, maintenant troisième provisoire, n’a effectivement pas dit son dernier mot.  

A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Laguna Seca
Sous-évènement Course 2
Circuit Laguna Seca
Pilotes Tom Sykes
Équipes Kawasaki
Type d'article Actualités
Tags jonathan rea, kawasaki, laguna seca, superbike, tom sykes, wsbk