Maxime Berger, 1989-2017

L'année 2017 continue de charrier son lot de drames. Après un mois d'hospitalisation, Maxime Berger s'en est allé, à seulement 28 ans, plongeant à nouveau le monde de la moto dans une infinie tristesse.

Cela faisait quelques années que Maxime Berger s'était éloigné des pistes, s'adonnant à une autre passion, celle de la cuisine. Mais personne n'avait oublié le talent du Dijonnais, que l'on avait vu éclore en Championnat du monde à tout juste 16 ans, après qu'il ait fait ses gammes en France et en Espagne.

En 2005, ses débuts internationaux éclatants le voient partager la piste avec Niccolò Canepa ou encore Xavier Siméon, qu'il bat pour se classer troisième d'un championnat remporté par Claudio Corti. Dès l'année suivante, il troque sa Honda contre une Kawasaki, cette fois pour s'essayer au Supersport pour une saison qui se révèle très compliquée. Alors, en 2007, retour en Stock avec une R6, et cette fois c'est la consécration. Maxime Berger domine la deuxième course de l'année, à Valence et, dans la foulée, impose sa loi sur cette saison qui l'oppose tout particulièrement au regretté Andrea Antonelli et à Michele Magnoni.

Repéré par l'équipe Ten Kate, le Dijonnais intègre le Superstock 1000 en 2008. Deuxième course, et déjà première victoire, devant Michele Pirro et Xavier Siméon. Cette première saison en STK1000 est riche et disputée. Corti est toujours de la partie, Antonelli aussi, et puis il y a Freddy Foray, Sylvain Barrier ou encore Davide Giugliano, ainsi qu'Alex Polita ou Brendan Roberts. C'est ce dernier qui remporte le championnat lors de la dernière manche, dans un exceptionnel final à quatre. Berger se classe deuxième.

En 2009, Maxime Berger et sa Honda Ten Kate retentent leur chance mais trois abandons, dont une lourde chute à Brno alors qu'il était sur le point de s'imposer, profitent à un Xavier Siméon royal et à un Claudio Corti régulier, qui le devancent tous deux sur le podium du championnat. L'année suivante, toujours avec la même équipe, Berger se bat à nouveau pour le titre mais trouve cette fois sur sa route Ayrton Badovini, imbattable avec ses neuf victoires consécutives. La seule qui lui échappe revient au Dijonnais, son dauphin au championnat.

Maxime Berger

À 21 ans, il est temps à présent d'intégrer le World Superbike. Le défi est de taille avec la Ducati 1098R du team Supersonic et ses débuts auraient eu de quoi l'échauder si l'on se souvient de la roue qu'il a perdue en pleine course, dès son troisième départ. Mais Berger termine à une honorable 16e place avec notamment cinq entrées dans le top 10. En 2012, il connaît des soucis au sein du team Liberty Racing et manque à l'appel à Portimão, avant-dernière manche de la saison. De retour à Magny-Cours avec Red Devils Roma, il termine au pied au podium, puis 11e. Ce sera sa dernière course dans ce championnat.

En 2013, alors qu'il est déjà titillé par l'envie d'arrêter, Berger accepte de rejoindre le GMT94 en Endurance, en tant que remplaçant pour l'équipage Checa-Foray-Lagrive. Puis au terme de la saison, il s'éloigne pour de bon afin d'embrasser sa nouvelle carrière.

Ces quelques années d'absence des pistes n'ont pas effacé des mémoires la gentillesse et le talent pur de Maxime Berger, à en croire la peine exprimée par ses anciens compagnons de route et admirateurs depuis l'annonce de son hospitalisation il y a un mois. Un drame poignant qui a pris fin lundi et qui suscite auprès de tous une peine immense, à laquelle s'associe Motorsport.com.

Les obsèques de Maxime Berger seront célébrées lundi 9 octobre, à 15h, au crématorium de Dijon.

Maxime Berger
A propos de cet article
Séries WSBK
Pilotes Maxime Berger
Type d'article Hommage