WSS - 1er succès pour Tuuli, Mahias redevient leader du championnat

Si Niki Tuuli a marqué les esprits en remportant sa première victoire en Supersport à Magny-Cours, la bonne opération est réalisée par Lucas Mahias, qui profite du forfait de Kenan Sofuoglu pour reprendre la tête du championnat.

La manche française du calendrier Supersport pourrait bien constituer un tournant de la saison. En effet, alors qu'il disposait de la dynamique avec lui avec cinq victoires lors des six dernières courses, Kenan Sofuoglu a perdu gros ce week-end dans la Nièvre.

Le Turc a en effet été victime d'une lourde chute lors des qualifications, où il occupait la troisième place samedi, et souffre de trois fractures situées au niveau de la hanche. Logiquement forfait à Magny-Cours, l'incertitude prédomine concernant sa participation à la prochaine manche, dans trois semaines à Jerez.

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Lucas Mahias, qui avait perdu le bénéfice de sa place de leader du championnat lors du dernier rendez-vous au Portugal, s'est donc retrouvé avec le champ libre suite au retrait de son adversaire.

Mais nul n'est prophète en son pays, et le Français a conclu la séance de qualifications à une décevante 12e position – qui s'est donc par la suite transformée en 11e place sur la grille.

La pole position, c'est Niki Tuuli qui se l'est adjugée pour 0"152 d'avance sur Sheridan Morais, le vainqueur sur le Lausitzring. Et malgré la pression qui a reposé sur les épaules du jeune Finlandais de 21 ans tout au long de la course, alors que celui-ci avait effectué jusqu'ici une saison pour le moins délicate, la victoire et la lumière ont pu enfin être aperçues au bout du tunnel.

 

Pour ce faire, le vainqueur du jour a pu compter sur un choix de gommes opportun, qui lui a octroyé un avantage décisif en fin de parcours. "Ce fut une saison vraiment difficile, mais la moto et mon style de pilotage ont été en s'améliorant", a rappelé Tuuli au micro du site officiel du Superbike. "J'aime cette piste, c'est toujours sympa de venir ici. Je pense qu'on a fait le bon choix de pneus. J'ai pris un pneu plus dur que Federico [Caricasulo] et les autres gars. J'ai donc pu faire des temps réguliers."

Un choix de pneus payant pour Tuuli

Il fallait bien cela pour contrer le véritable harcèlement en piste auquel s'est livré son plus tenace adversaire, l'Italien Federico Caricasulo. Ce dernier, après avoir hérité de la troisième position, a même occupé un temps la tête de course après avoir profité de la rude bataille qui a opposé Tuuli et Morais lors de la première partie de l'épreuve.

Le Sud-Africain n'ayant pas tenu la distance en termes de rythme, Tuuli a ensuite eu les coudées franches pour fondre sur sa proie, et empêcher celle-ci de signer sa seconde victoire après celle obtenue en Thaïlande en tout début de saison.

La différence entre les deux hommes s'est d'ailleurs probablement faite peu après la mi-course, au 12e tour, lorsque Caricasulo a manqué son freinage à l'épingle d'Adélaïde, et laissé filer son rival finlandais qui a alors pu bénéficier d'un répit bienvenu. "C'est une très bonne performance, je suis content", a tout de même déclaré le pilote italien à l'issue de l'épreuve. "Malheureusement, j'ai fait une erreur en milieu de course et j'ai perdu du temps sur Niki. Mais j'ai été très rapide, je suis très content de ma moto."

Pendant ce temps, Mahias a entamé sa remontée depuis le ventre mou du peloton. À son rythme, sans prendre de risques non mesurés – hormis lors du premier tour ou une ruade de sa Yamaha a bien failli le projeter au sol, le faisant momentanément tomber en 15e position –, le Montois a déposé un à un ses adversaires. 

 

Onzième à l'entame du cinquième tour, un rang qui lui permettait dès lors de reprendre virtuellement la tête du championnat, celui-ci n'a pas baissé de rythme et a tenté de récupérer autant de points que possible en l'absence de Sofuoglu.

Mahias surmotivé

Surmotivé par cette occasion unique de rattraper le terrain perdu sur son rival turc au général, Mahias a alors enchaîné les meilleurs tours, pour pointer dans le top 10 lors de la septième boucle. Le numéro 144 a poussé son avantage jusqu'à effectuer la jonction et enclencher une belle bagarre avec son compatriote Jules Cluzel à dix tours de l'arrivée.

La lutte entre les deux Français a atteint des sommets au 13e tour, lorsque le Montois a dépassé au freinage l'Auvergnat à Adélaïde, avant de se faire décroiser à la ré-accélération. Ce n'était cependant que partie remise pour le pilote Yamaha, qui s'est emparé de la quatrième place quelques centaines de mètres plus loin, en sortie de la chicane rapide du Nürburgring. 

 

Deux batailles se sont donc profilées dans les derniers tours et ont animé la fin de course. Le duel pour la première place entre Tuuli et Caricasulo bien sûr, mais aussi celle pour la troisième place entre PJ Jacobsen et Mahias. 

 

Las pour ce dernier, son ascension dans la hiérarchie s'arrêtera au pied du podium, suffisant tout de même pour reprendre le leadership au championnat pour neuf petits points sur Sofuoglu.

Mais compte tenu de la dégradation des pneus de son concurrent américain, un podium était peut-être possible à domicile. "Ce fut une course vriament difficile", a confirmé Jacobsen à l'issue de l'épreuve. "Je n'avais pas de grip à la fin de la course. Sur les sept ou huit derniers tours, j'étais juste en train de patiner partout, et je ne pouvais pas suivre les deux Yamaha. Mais je pense qu'on a fait de notre mieux aujourd'hui, et je suis content qu'on soit de retour sur le podium."

Tuuli a quant à lui résisté jusqu'au bout pour signer sa première victoire en Supersport, alors qu'il effectue cette année sa première saison complète dans la catégorie. 

Derrière le quatuor de tête de tête, on retrouve donc Jules Cluzel, qui après une belle bataille avec Morais, a profité en fin d'épreuve des difficultés de son adversaire, finalement huitième, pour engranger des points précieux et revenir à seulement sept unités du Sud-Africain au championnat.

 

On le voit bien, si le Superbike a accouché ce week-end de son Champion du monde 2017, en la personne de Jonathan Rea, la gestation promet en revanche de durer un peu plus longtemps en Supersport, alors que le suspense reste entier aussi bien pour l'attribution du titre entre Sofuoglu et Mahias, que pour l'obtention de la troisième place, entre Morais et Cluzel.

Voilà qui promet deux dernières manches à couper le souffle, en Andalousie puis au Qatar.

 WSS – Magny-Cours - Course

Pos. Pilote Moto  Temps/Écart
1  Niki Tuuli Yamaha  32'28.952 
2  Federico Caricasulo Yamaha 0.875
3  PJ Jacobsen MV Agusta 5.692
4  Lucas Mahias Yamaha 9.433
5  Jules Cluzel Honda 13.340
6  Lorenzo Zanetti MV Agusta 13.452
7  Michael Canducci Kawasaki 13.809
8  Sheridan Morais Yamaha 14.216
9  Kyle Smith Honda 16.571
10  Luke Stapleford Triumph 18.057
11  Hikari Okubo Honda 20.096
12  Christoffer Bergman Honda 24.040
13  Hannes Soomer Honda 26.424
14  Alex Baldolini Yamaha 27.482
15  Christian Gamarino Honda 30.415
16  Cédric Tangre Suzuki 39.362
17  Rob Hartog Kawasaki 40.229
18  Stefan Hill Triumph 41.281
19  Zulfahmi Khairuddin Kawasaki 42.115
20  Jaimie Van Sikkelerus Yamaha 42.791
21  Péter Sebestyén Kawasaki 43.862
22  Kyle Ryde Kawasaki 51.599
23  Stéphane Frossard Yamaha 51.695
24  Lachlan Epis Kawasaki 51.929
Ab.  Roberto Rolfo Honda 3 tours
Ab.  Kazuki Watanabe Kawasaki 4 tours
Ab.  Alessandro Zaccone MV Agusta 9 tours
Ab.  Nacho Calero Kawasaki 15 tours
Ab.  Gino Rea Kawasaki  
 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Magny-Cours
Sous-évènement Course WSS
Circuit Circuit de Nevers Magny-Cours
Type d'article Résumé de course