Razgatlioglu pénalisé après une plainte de Kawasaki, Yamaha dépité

Voir Kawasaki saisir la direction de course pour un dépassement des limites de piste minime par Toprak Razgatlioglu à Magny-Cours a provoqué l'agacement du clan Yamaha.

Razgatlioglu pénalisé après une plainte de Kawasaki, Yamaha dépité

Patron de l'équipe principale Yamaha en WorldSBK, Paul Denning a fait part de son amertume envers Kawasaki après la réclamation qui a fini par priver Toprak Razgatlioglu de la victoire dans la Course Superpole de dimanche, à Magny-Cours.

Ce n'est que plusieurs heures plus tard, après la conclusion de la dernière manche du week-end, que la pénalité du Turc a été annoncée. Il lui a été reproché d'avoir dépassé les limites de la piste dans le dernier tour de cette courte épreuve, ce qui a conduit à la victoire sur tapis vert de Jonathan Rea et a privé Razgatlioglu d'un triplé à Magny-Cours alors qu'il a remporté les deux courses longues. Au championnat, cela a également eu pour effet de réduire son avance, la faisant passer de 13 à sept points.

 

Il est apparu que cette pénalité a été décidée après que Kawasaki, alerté par Rea dans le parc fermé, a déposé une réclamation. Les images prises par la caméra embarquée du Britannique ont en effet montré que la Yamaha de Razgatlioglu était passée sur la partie verte du bitume à la sortie du virage 10. Un dépassement très léger et qui, selon Paul Denning, n'a apporté aucun avantage à son pilote. Dépité, le patron britannique a affirmé que, si les rôles avaient été inversés, Yamaha n'aurait pas soulevé le problème auprès des commissaires.

"C'est décevant, bien sûr", a déclaré Paul Denning dimanche après-midi auprès du site officiel du WorldSBK. "Ce week-end, nous avons assisté à une bagarre incroyable entre les deux protagonistes du championnat. Pour notre équipe, c'était la première fois que nous remportions les trois courses. Pour Toprak, c'était [également] la première fois qu'il remportait les trois courses. Un spectacle sportif incroyable et un respect incroyable entre ces deux fantastiques pilotes."

"Et puis, après la fin de la Course 2, pour laquelle nous avions occupé la pole position compte tenu du résultat de la Course Superpole, les commissaires ont pris la décision, à la suite d'une protestation, qu'il y avait eu une minuscule infraction dans le dernier tour de la part de Toprak, qui a touché le vert à la sortie des virages 9 et 10. Cela a été causé par une protestation déposée par Kawasaki. C'est décevant parce qu'honnêtement, sincèrement, ce n'est pas quelque chose que nous aurions fait pour un pilote qui n'a obtenu aucun avantage."

"On parle de 5 mm du pneu arrière qui touche le vert, quelque chose que la direction de course elle-même avait vu, avait vérifié sur les images du direct et pour quoi elle avait décidé qu'il n'y avait absolument aucun problème parce qu'il n'y avait aucun avantage et qu'il n'était pas clair qu'il était sur le vert. Mais, après avoir reçu la protestation, ils ont dû utiliser tous les outils à leur disposition, et cela inclut les images embarquées de la moto de Jonathan. Ils ont pu voir qu'il y avait une petite partie [du pneu] sur le vert. Si c'est la façon dont Kawasaki veut jouer, alors peut-être que l'atmosphère sportive va un peu changer."

Guim Roda, l'homologue de Paul Denning chez Kawasaki, s'est quant à lui défendu sur la page Instagram de son équipe en citant le précédent créé lors de la course d'Assen de la catégorie Supersport 300, lorsqu'Ana Carrasco, qui court pour Kawasaki, a reçu une pénalité similaire.

"À titre d'exemple, à Assen, la direction de course a pénalisé Ana Carrasco dans le dernier tour parce que quelqu'un l'a poussée hors des limites de la piste", a souligné l'Espagnol. "C'était malheureux et aussi malchanceux. Ana s'en est plainte, mais je lui ai dit : 'Une règle est une règle, nous devons l'accepter et être plus intelligents la prochaine fois'."

"Avec ces règles, dans le dernier tour de toute course il est très important de rouler à la limite mais sans la franchir... et l'une des choses les plus importantes à prendre en compte, c'est de ne pas sortir de la piste. Au niveau où Rea et Toprak se battent, cette partie de la piste à Magny-Cours apporterait un avantage – petit mais un avantage malgré tout. Pour moi, cela était suffisant pour nous référer au règlement et faire un commentaire auprès de la direction de course. Au final, ce n'est pas moi qui prends la décision, c'est la FIM qui l'évalue en toute indépendance, et c'est la même chose pour tout le monde."

Lire aussi :

"Pour moi, cela a été un week-end incroyable", a quant à lui commenté Toprak Razgatlioglu, "car c'était mon rêve de signer trois victoires d'affilée en un week-end, et je suis vraiment heureux. OK, quelqu'un a décidé que l'on n'avait pas gagné la Course Superpole, mais pour moi je l'ai gagnée et j'aime beaucoup cette bagarre. On a fait tout ce que l'on pouvait, alors un grand merci à mon équipe qui a réalisé un travail incroyable. Ils améliorent ma moto à chaque course et on se bat battons pour la victoire."

Bien qu'il assure qu'il "ne regarde pas le championnat", les gros points amassés à chaque meeting permettent aujourd'hui à Toprak Razgatlioglu de tenir solidement tête à un Jonathan Rea invaincu au classement général depuis 2015. Les sept points qui les séparent promettent un final haletant, avec encore cinq meeting prévus, dont trois dans les quatre prochaines semaines, et 62 points en jeu à chaque fois.

partages
commentaires
Magny-Cours s'est engagé avec le WorldSBK jusqu’en 2024
Article précédent

Magny-Cours s'est engagé avec le WorldSBK jusqu’en 2024

Article suivant

Imola renomme sa Variante Alta en hommage à Fausto Gresini

Imola renomme sa Variante Alta en hommage à Fausto Gresini
Charger les commentaires