WSS - Sofuoglu s'impose au terme d'une course maintes fois reportée

partages
commentaires
WSS - Sofuoglu s'impose au terme d'une course maintes fois reportée
Par : Willy Zinck
15 mai 2017 à 10:04

Le pilote Kawasaki a signé sa deuxième victoire de l'année après avoir réalisé une belle remontée depuis la cinquième place sur la grille, à l'issue d'une épreuve qui a connu pas moins de quatre départs !

Podium : le vainqueur Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing
Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing, Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team, P.J. Jacobsen, MV Agusta
Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing
Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing, Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team, P.J. Jacobsen, MV Agusta
Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing, Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team, Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing
Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team, P.J. Jacobsen, MV Agusta
Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
P.J. Jacobsen, MV Agusta
P.J. Jacobsen, MV Agusta
P.J. Jacobsen, MV Agusta
Sheridan Morais
Jules Cluzel, CIA Landlord Insurance Honda
Jules Cluzel, CIA Landlord Insurance Honda
Christian Gamarino
Christian Gamarino
Podium : le vainqueur Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing, le deuxième, Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Podium : le vainqueur Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing, le deuxième, Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
P.J. Jacobsen, MV Agusta
P.J. Jacobsen, MV Agusta

Et de deux pour Kenan Sofuoglu, qui poursuit sa remontée au championnat Supersport après son nouveau succès acquis cette fois-ci à Imola. Absent des deux premières manches de la saison sur blessure, le Turc grappille cinq nouveaux points au leader du classement général, le Français Lucas Mahias, deuxième dimanche.

La cinquième épreuve du calendrier Supersport a donné lieu à un véritable scénario hollywoodien. Et autant dire que la patience devait être une vertu pour les spectateurs, qui ont dû attendre le milieu d'après-midi et la fin de la Course 2 du Superbike pour enfin voir les pilotes de la catégorie en découdre sur le tracé italien. 

Quatre départs au total

Initialement prévu à 11h30, le créneau habituel de la course de la catégorie, le départ a été une première fois retardé de dix minutes suite à un problème mécanique sur la Yamaha du transalpin Federico Caricasulo dans le tour de formation, qui allait devenir l'arlésienne de cette course à rebondissements.

On a bien cru alors que le deuxième départ, donné à 11h40, serait le bon. Peine perdue, puisqu'un autre transalpin, cette fois-ci Roberto Rolfo, perdait le contrôle à la fin du premier tour de sa MV Agusta en mordant le vibreur intérieur dans la dernière chicane de la Variante Bassa et s'effondrait au beau milieu de la piste, répandant des graviers sur l'ensemble de l'enchaînement. 

Le drapeau rouge était alors de nouveau brandi et le départ, le troisième, était ajourné de plusieurs dizaines de minutes. L'ensemble du plateau Supersport se donnait donc à nouveau rendez-vous peu après midi pour un énième envol, que tout le monde espérait être le bon alors que le départ de la seconde course Superbike prévu quant à lui à 13h ne laissait plus de place à une énième incartade. 

Troisième départ donc, et encore manqué, alors que la course n'allait pas au-delà du troisième tour et était de nouveau interrompue suite à l'accrochage au point de corde de Tosa entre Roberto Rolfo (encore lui !), Marco Malone et Kazuki Watanabe.

 

C'en était trop pour la Direction de course, qui prenait cette fois-ci la décision de repousser le départ de l'épreuve après la Course 2 du Superbike. Cette quatrième tentative fut enfin la bonne, les quelques heures d'attente ayant sans doute calmé les ardeurs de bien des pilotes.

Mahias prend la tête

Le plateau s'élançait ainsi pour une course réduite à 11 tours. Lucas Mahias prenait ainsi le meilleur départ et dépassait le poleman PJ Jacobsen à l'approche de la première chicane rapide de Traguardo. Derrière les deux leaders, Kenan Sofuoglu se rachetait une conduite après sa décevante qualification en cinquième position et pointait rapidement à la troisième place. 

Au rang des bons départs, on pouvait citer également l'excellent envol de Kyle Smith, qui passait de la septième place à la cinquième à l'issue du premier tour. Le pilote britannique tentait même de faire l'intérieur sur Christian Gamarino, quatrième, mais ressortait trop large et laissait ainsi à l'Italien toute latitude pour lui faire une contre-trajectoire et reprendre l'avantage. 

Un premier tour se passait relativement sans encombre, une sortie de route de Kyle Ryde à la sortie de la dernière chicane exceptée, mais qui n'eut fort heureusement aucune conséquence sur le déroulement de la course, enfin lancée !

 

Sofuoglu vient à bout de Mahias

Aux avant-postes, Sofuoglu poursuivait sa belle remontée en se défaisant de Jacobsen dans la deuxième boucle, pour se lancer à la poursuite de Mahias. Le pilote Kawasaki mettait la pression sur son homologue de chez Yamaha, en enchaînant les meilleurs tours de course. 

Le quintuple Champion du monde de la discipline apparaissait alors en tête de la course, mais l'affichage était trompeur, le transpondeur de Mahias étant tombé en panne et ne transmettant plus les données chronométriques au stand !

Le leadership du Turc ne fut ainsi que virtuel l'espace de quelques tours, avant de devenir bien réel à l'issue de la troisième boucle, lorsque celui-ci réalisa une merveille de dépassement au freinage sur Mahias. Le pilote montois tentait de suite de répliquer dans la ligne droite suivante, mais le double Champion en titre tenait bon et maintenait ainsi son avantage. 

 

Très vite, le top 3 composé de Sofuoglu, Mahias et Jacobsen se détachait du reste du peloton, l'écart excédant rarement la demi-seconde entre le Turc et le Français. Gamarino servait en effet de bouchon à la quatrième place, bloquant derrière lui Smith et Sheridan Morais. L'Italien allait finalement craquer sous la pression dans le cinquième tour, en tirant tout droit à la chicane de la Variante Alta, chutant de fait en sixième position.

Mais le calvaire continuait pour le pilote Honda, qui se retrouvait désormais sous la menace du Français Jules Cluzel. L'Auvergnat allait lui aussi obtenir gain de cause, en passant à son tour son adversaire dans le septième tour. 

Derrière eux, plusieurs batailles animaient le peloton notamment entre le Belge Loris Cresson et le Japonais Hikari Okubo pour l'acquisition de la huitième place, ainsi qu'entre Alessandro Zaccone et Jack Kennedy pour la dixième, les premiers cités remportant leur duel.

Encore du chemin pour Sofuoglu malgré la victoire

En tête de course, Kenan Sofuoglu conservait l'avantage jusqu'au drapeau à damier et signait ainsi sa seconde victoire de la saison après celle obtenue il y a deux semaines à Assen. Il revient ainsi à cinq points au championnat de son principal rival pour le titre, son dauphin du jour Lucas Mahias, qui montait sur son quatrième podium en cinq courses.

Avec un handicap de deux courses de moins que ses adversaires et une qualification difficile, Sofuoglu rappelait après la course que peu d'options se présentaient à lui avant le départ de cette cinquième manche. "Mon objectif est de gagner le plus possible", a-t-il ainsi affirmé au micro du site officiel du Superbike. "Aujourd'hui, ce fut une journée difficile avec tous ces drapeaux rouges. Je n'avais plus de pneus pour la course. Ce n'était pas l'idéal, car si vous utilisez vos gommes une seconde fois, il n'y a plus tellement de grip. Mais avant la course je me suis dit qu'il n'y avait pas d'excuses, pas de quoi se plaindre : il fallait que je vise la victoire."

 

Grâce à ce succès, le pilote turc remonte de la neuvième à la quatrième place, mais reste encore à bonne distance de Mahias, toujours leader du général avec 35 points d'avance sur le pilote Kawasaki, soit plus d'une victoire. 

Le Montois se satisfaisait ainsi à l'arrivée du bilan comptable de ce week-end italien. "Je suis content car c'est une bonne opération au championnat", a-t-il souligné, rappelant le déroulé atypique de cette cinquième manche. "Ce fut une course étrange, car on est passé de 17 à 11 tours, ce qui n'a pas rendu les choses faciles pour moi, car je suis plus rapide en pneus usés, et la stratégie est elle aussi très différente. Mais le résultat est bon pour moi, car c'est la première fois que je finis une course à Imola."

L'ensemble du plateau Supersport a à présent rendez-vous à Donington, du 26 au 28 mai prochains, pour la sixième échéance du championnat.

WSBK - Imola - Course

Pos   Pilote  Moto  Écart
1  Kenan Sofuoglu Kawasaki 20'36.422 
2  Lucas Mahias Yamaha 0.438
3  PJ Jacobsen MV Agusta 1.573
4  Sheridan Morais Yamaha 8.405
5  Kyle Smith Honda 9.181
6  Jules Cluzel Honda 9.474
7  Christian Gamarino Honda 12.979
8  Loris Cresson Yamaha 16.665
9  Hikari Okubo Honda 16.966
10  Alessandro Zaccone MV Agusta 17.957
11  Anthony West Yamaha 19.390
12  Jack Kennedy Triumph 21.035
13  Luke Stapleford Triumph 23.545
14  Michael Canducci Kawasaki 25.494
15  Gino Rea Kawasaki 28.574
16  Hans Soomer Honda 29.233
17  Rob Hartog Kawasaki 29.736
18  Robin Mulhauser Honda 45.845
19  Lachlan Epis Kawasaki 46.057
20  Hiromichi Kunikawa Honda 52.633
21  Nacho Calero  Kawasaki 52.961
22  Jacopo Cretaro Suzuki 53.204
23  Péter Sebestyén  Kawasaki 1'01.255
24  Giuseppe Scarcella Honda 1'26.959
25  Connor London Suzuki 1'56.598
Ab.  Kazuki Watanabe Kawasaki 3 tours
Ab.  Federico Caricasulo Yamaha 3 tours
Ab.  Jaimie van Sikkelerus Yamaha 5 tours
Ab.  Niki Tuuli Yamaha 6 tours
Ab.  Alex Baldolini MV Agusta 7 tours
Ab.  Marco Malone Kawasaki 8 tours
Ab.  Kyle Ryde Kawasaki  
Ab.  Daniele Corradi Kawasaki  
Ab.  Roberto Rolfo MV Agusta  
Ab.  Zulfahmi Khairuddin Kawasaki  
Ab.  Davide Pizzoli MV Agusta  
Prochain article WSBK
Après Assen, un nouveau week-end sans pour Yamaha

Previous article

Après Assen, un nouveau week-end sans pour Yamaha

Next article

Melandri : "Ce résultat n'est pas représentatif de notre potentiel"

Melandri : "Ce résultat n'est pas représentatif de notre potentiel"

À propos de cet article

Séries WSBK
Événement Imola
Catégorie Course - Supersport
Lieu Imola
Équipes Kawasaki
Auteur Willy Zinck
Type d'article Preview